Psychologie

Est-ce que tu as un parent émotionnel abusif ? Voici 10 Signes qui prouvent que cela t’affecte encore

L’abus émotionnel est le comportement verbalement et émotionnellement agressif qu’adoptent des parents ou des tuteurs envers un enfant.

Dans la pratique, il se traduit par la critique, l’humiliation, la dépréciation ou la réprimande. Isoler, ignorer ou rejeter un enfant sont également des abus émotionnels. 

On espère tous secrètement que nos parents sont des rôles modèles parfaits qui nous traitent avec respect.

Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Certains enfants grandissent dans un environnement familial très malsain.

Le comportement de leur mère et de leur père les blesse et leur cause des traumatismes qu’ils gardent pour le reste de leur vie.

Je dois avouer que mes parents, paix à leurs âmes, n’étaient pas forcément exemplaires dans leur modèle d’éducation.

En effet, même si je n’ai jamais eu à subir des abus physiques, la façon dont ils parlaient avec moi a laissé une trace indélébile sur ma personnalité.

Pour eux, rien n’était jamais assez bien. Tout le monde avait de mauvaises intentions et j’étais trop stupide pour apprendre à me défendre seule.

Donc, non seulement je ne faisais jamais rien correctement mais, en plus, ils contrôlaient mes faits et gestes, mes fréquentations, mes messages, etc.

Bref, tout était soumis à leur jugement. Et, quel jugement ! J’étais stupide, moche et, selon eux, j’aurais dû passer le reste de ma vie seule, sans amour.

Et, aujourd’hui, quand je me surprends à prononcer les mêmes mots, je me rattrape immédiatement.

Je n’ai aucune envie de reproduire le même schéma et de faire du mal à mes enfants. Donc, j’essaie d’apprendre de leurs erreurs pour ne surtout pas commettre les mêmes.

Ce serait peut-être mon pire cauchemar devenu réalité ! Et, si tu es dans le même cas que moi, tu comprends sûrement de quoi je parle.

Comment reconnaître le comportement d’un parent abusif ?

Il y a bel et bien des signes révélateurs qui prouvent que tu as eu un parent (ou plusieurs) qui ont émotionnellement abusé de toi.

Même si tu ne peux pas retourner dans le passé pour changer ce qu’il s’est passé et leur comportement, tu peux utiliser cette information à bon escient.

En effet, en optant la preuve que tu n’es pas quelqu’un qui imagine des choses ou qui s’invente une vie pour attirer l’attention et la sympathie des gens, tu te réappropries ta vie.

Tu as davantage confiance en toi et tu t’estimes plus. Et, en plus de ça, tu peux te servir de leurs erreurs comme des leçons essentielles.

En effet, si tu es conscient(e) de ce que tes parents t’ont fait subir, tu ne vas traiter les personnes qui t’entourent, ton/ta partenaire ou tes enfants de cette manière.

Peu de gens en sont conscients mais ces abus émotionnels endommagent le bien-être émotionnel et psychologique d’un enfant. 

De plus, ils détruisent son estime de soi. 

En tant que parents, on a tous des défauts. On est des êtres humains et donc on n’est pas parfaits. 

Pourtant, certains ont des problèmes psychologiques graves qui affectent leur comportement vis-à-vis de leur(e)s enfant(s).

Si tu as une relation distante voire froide avec tes parents, jette un œil aux signes ci-dessous.

En effet, leurs actions ont peut-être joué un rôle dans le développement et la détérioration de votre relation.

À lire aussi : Harcèlement moral : 10 Signes qui prouvent qu’il abuse émotionnellement de vous

Si ces comportements te paraissent familiers, tu as alors eu un parent (ou deux) émotionnellement abusif : 

1. Tu es d’une nature pessimiste.

Quand je dis “Nature”, je m’avance un peu… Ce n’est pas vraiment dans ta nature d’être pessimiste.

Mais, c’est plutôt la conséquence directe des abus émotionnels dont tu as souffert.

Tu ne peux pas voir le positif que la vie a à offrir car, dans ton enfance, tes parents t’ont donné une image négative de tout.

Les gens sont méchants. Tu es bête. La vie est dure. Tu n’as pas besoin d’amis car tu as des parents…

Les attaques personnelles et une exposition prolongée à la négativité impactent les fondations de l’espoir.

Donc, au fil du temps, tu commences à te percevoir également de façon pessimiste.

Tu ne te trouves aucune qualité. Et, au fil des années, tu finis par consolider cette idée que tu n’es qu’un(e) bon(ne) à rien !

2. Ton estime de soi est très faible.

Faire face à des abus verbaux quand on n’est qu’un(e) enfant est très difficile.

Si tu étais constamment critiqué(e) ou comparé(e) aux autres, cela te poursuit durant toute ta vie.

Mais, tu dois bien comprendre que ce que tes parents te disaient quand tu étais petit(e) n’était pas forcément la vérité.

Accepter cela est la seule manière pour toi de reconstruire ton estime de soi en tant qu’adulte.

Tu as l’impression d’être un(e) moins que rien, tu doutes, tu te détestes et tu n’es pas conscient(e) de ta valeur.

Pourquoi ? Parce que les abus verbaux, les injures et les humiliations de ton enfance sont encore ancrés dans ton esprit.

Tes espoirs, ta fierté et ta motivation ont été détruits ! Les abus émotionnels dont tu as été la victime peuvent avoir des conséquences néfastes sur ta santé mentale.

Ainsi, tu es davantage sujet à la dépression ou aux déréglementations émotionnelles.

3. Tu caches tes émotions.

Le mécanisme de défense par excellence ! En effet, tu caches tes émotions car tu as appris à faire cela dans ton enfance pour te protéger des abus.

Si tu ignores un sentiment, tu n’es pas obligé(e) de le ressentir. Et, tu peux rendre la vie plus supportable quand les circonstances sont affreuses.

Mais, ce mécanisme de défense rend ta vie adulte difficile car il t’empêche t’associer aux gens et de les comprendre.

En tant qu’enfant, tu as appris à cacher tes émotions dans le but de survivre les attaques émotionnelles.

4. Ton/tes parent(s) te taquinai(en)t beaucoup trop.

Il est tout à fait normal de s’amuser mais la taquinerie peut parfois dépasser les limites du raisonnable.

Si tes parents ne t’impliquaient pas dans leurs blagues ou s’ils se moquaient de tes insécurités, cela relève de l’abus émotionnel.

Particulièrement, si cette moquerie était une forme de manipulation pour garder ton estime de soi au plus bas.

Et, s’ils se moquaient ouvertement de toi, cela t’a poussé(e) à avoir une vision négative de toi-même.

L’humiliation, les blagues, la moquerie et la dépréciation à répétition apprennent aux enfants à se comporter de la même façon avec les autres.

C’est triste mais vrai ! 

5. Tu as des relations malsaines avec les autres.

Il n’est pas facile d’avoir des relations saines avec les autres quand tes parents ne t’ont pas donné le bon exemple.

Si tes parents t’ont appris à être un(e) manipulateur/manipulatrice, à garder tes distances pour ne pas être blessé(e) ou à te comporter de manière passivement agressive, tu ne peux pas entretenir des liens durables avec tes amis ou tes partenaires.

Et, tous les problèmes relationnels que tu as aujourd’hui viennent de ton enfance. Après tout, la relation que tu entretiens avec tes parents est la première que tu formes.

Donc, elle peut avoir un effet papillon sur tout le reste de ta vie. Tu dois être socialement et émotionnellement compétent(e) pour créer des relations saines.

Or, quand tu as souffert d’abus émotionnels dans ton enfance, tu as du mal à faire confiance aux gens.

De plus, tu n’as pas les outils nécessaires pour créer et maintenir des relations stables et saines. 

6. Ton/tes parent(s) t’ignorai(en)t.

L’abus verbal est la forme la plus évidente et connue de l’abus émotionnel. Mais, c’est loin d’être la seule.

Être ignoré(e) ou stigmatisé(e) est également une forme d’abus émotionnel. Si tes parents faisaient exprès de t’exclure ou de te laisser de côté, tu as alors sûrement développé des schémas comportementaux négatifs.

Et, je le souligne : ce n’est pas de ta faute ! Par exemple, tu as exprimé un point de vue ou proposé une idée qui ont été vus comme stupides par tes parents.

Ils ont alors rejeté ton avis et t’ont tout simplement exclus de la conversation ou de leur vie.

7. Ton/tes parent(s) te mettai(en)t la pression et vérifiai(en)t tout ce que tu faisais.

Parfois, l’abus émotionnel se déguise en amour conditionnel. Est-ce que ça te rappelle quelque chose ?

Si l’affection de tes parents dépendaient de tes résultats scolaires, sportifs, etc, cela a laissé une empreinte sur ta personnalité.

Mais, tu dois comprendre que d’autres t’aimeront de manière inconditionnelle. Même si tu ne reçois pas cette promotion que tu désires, ton/ta partenaire t’aimera quand même.

Tu étais constamment sous pression et tes parents scrutaient tout ce que tu faisais. Donc, tu devais soit être au même niveau qu’eux (du moins au niveau qu’ils t’imposaient) soit perdre leur amour.

À cause de ça, tu as aujourd’hui des insécurités et tu penses que l’amour s’accompagne toujours de conditions.

8. Tu n’avais aucune vie privée.

Les limites sont importantes surtout dans la relation parents/enfant.

Si tes parents ne te laissaient avoir aucune vie privée, ils n’écoutaient et ne respectaient pas tes limites.

Ils inspectaient ton téléphone ou ton ordinateur ou ils lisaient ton journal intime simplement parce qu’à leurs yeux, tu te comportais de façon étrange ou suspicieuse.

Vraiment ? Et, ces mêmes parents accusent également leur enfant d’être sournois(e) alors que c’est leur propre comportement qu’ils projettent sur lui ou elle.

D’ailleurs, encore aujourd’hui, il est important pour toi d’avoir des limites et de faire comprendre à tes proches qu’ils ne doivent pas les franchir.

9. Tu as besoin de l’attention des gens.

Si, en tant qu’enfant, tu as été négligé(e), ignoré(e) ou si tu as seulement reçu de l’attention négative, tu cherches la validation émotionnelle et l’attention ailleurs.

Même si tu es entouré(e) de positivité dans ta vie actuelle, tu continues peut-être à la chercher activement car tu en as été privé(e) dans ton enfance.

Un(e) enfant qui ne reçoit pas d’éloges, qui n’est pas accepté(e) ou reconnu(e) pour qui il ou elle est vraiment, recherche une attention positive, une fois adulte.

Il ou elle a besoin de créer des connexions fortes. Les abus émotionnels affament un(e) enfant quand il s’agit de l’amour et de l’affection.

Donc, une fois adulte, cette personne se bat bec et ongles pour obtenir cette positivité de la part de son entourage.

10. Tu te sens toujours coupable.

Un parent abusif est un grand manipulateur. Dans n’importe quelle situation de ton enfance, ton/tes parent(s) abusif(s) t’ont poussé(e) à te sentir coupable pour le fait d’avoir des relations en-dehors de la vôtre.

Parfois, simplement pour avoir une réaction émotionnelle de ta part, ils te poussaient à te sentir coupable pour des choses qui n’ont rien avoir avec toi.

Même si ce n’est pas facile à comprendre mais ce n’est pas de ta faute. Ces parents utilisent des phrases du genre “Tu m’abandonnes” ou “Tu t”éloignes de moi’.

Ils cherchent à t’isoler des autres de cette manière et à te pousser à toujours les choisir eux ! 

Avoir des parents émotionnellement abusifs peut rendre ton enfance et ta vie adulte très difficiles à vivre.

Mais, tu n’es pas obligé(e) de souffrir seul(e). Tu dois travailler sur toi afin de pouvoir vivre une vie heureuse et définitivement laisser tes mauvais souvenirs dans le passé.

Si tu as des problèmes psychologiques liés à des abus émotionnels de ton enfance, n’hésite surtout pas à en parler autour de toi.

Que ce soit à un ami, un membre de ta famille ou un professionnel… Tu as besoin d’aide pour surmonter ce traumatisme.

N’oublie pas que ta santé mentale et ton bien-être sont en jeu. Si tu te sens bien et si tu es heureux/heureuse, tes proches le seront également.

Courage ! 

À lire aussi : 13 Signes indiquant qu’un parent est toxique et qu’il fait du mal à son enfant sans même le réaliser