L’envers du décor d’une relation entre un narcissique et un empathe

Que se passe-t-il lorsqu’une personne extrêmement empathique se retrouve engagée dans une relation avec un narcissique qui, lui, manque d’empathie et a un sens surdimensionné de sa propre importance ?

Quel est le résultat ? Toxicité et douleur (pour l’empathe).

Tous les narcissiques ont un point commun dont vous devriez avoir conscience – ils sont psychologiquement fragiles.

C’est souvent dû à un traumatisme d’enfance, les ayant marqués à vie. Ils se sont probablement sentis sous-estimés et sans valeur au cours d’une des périodes de leur vie ; ce qui les a poussés à constamment ‘rechercher’ l’approbation et l’admiration des autres.

Les empathes, au contraire sont des ‘guérisseurs’ sociaux. Ils sont extrêmement sensibles et empathiques au point d’arriver à ressentir les émotions des autres comme si c’était les leurs. Ils souhaitent aider et protéger toute personne étant dans le besoin et souhaitent également éliminer toute la douleur et les blessures psychologiques infligées par les narcissiques. Pour autant, cette vertu que possèdent les empathes peut causer leur perte s’ils ne font pas preuve de prudence.

Ainsi, lorsque ces deux opposés se rencontrent, l’attirance est immense – mais toxique.

C’est notamment parce que l’empathe est incapable de percevoir le côté sombre du narcissique. Un narcissique est capable d’aspirer l’âme de tous ceux entrant à son contact. Faire en sorte que les autres se sentent fragiles et déséquilibrés est un moyen pour les narcissiques de se sentir approuvés et d’utiliser les autres pour assouvir leurs besoins.

La situation peut être extrêmement troublante pour un empathe. Il arrive même qu’un empathe ne soit pas conscient d’être en face d’un narcissique, parce que leur nature sensible les pousse à ne voir que le bon en chacun de nous.

Les empathes ont tendance à penser que nous sommes tous comme eux, que les gens ont, au fond le cœur pur. Cette crédulité, certes admirable peut néanmoins leur causer du tort puisque tous ne sont pas aussi honnêtes et bons qu’eux – et chacun a des priorités différentes.

La priorité d’un narcissique est la manipulation. Il cherche à contrôler les autres et à les utiliser comme des « outils de validation » pour assouvir son besoin de se hisser au-dessus d’eux. La priorité d’un empathe, au contraire est d’aimer, de soigner et de guérir. Il est impossible qu’un équilibre se crée entre ces deux natures contrastées.

Cependant, s’ils s’engagent dans une relation, celle-ci se transformera très vite en un cercle vicieux dont il sera presque impossible de s’extirper. Plus l’empathe donne d’amour et d’affection, plus le narcissique prend le contrôle, faisant ainsi de l’empathe sa victime.

Très vite, l’empathe en sera blessé et commencera à se sentir comme une victime, ce qui peut paradoxalement lui conférer certains des traits d’un narcissique. Lorsque le narcissique verra les blessures de l’empathe, cela lui donnera probablement un sentiment de validation. Parce que plus l’empathe est malheureux, plus le narcissique se sent heureux. Alors, l’empathe commencera à rechercher amour et soutien en la personne du narcissique.

À ce moment, l’empathe ne sera plus concentré que sur sa douleur et recherchera ainsi la validation et l’amour, incapable de reconnaître que rien de tout cela n’est sa faute – la responsabilité est toute entière celle du narcissique. Il est essentiel que l’empathe se réveille et réalise cela avant de n’être plus qu’égocentrisme et de se transformer en narcissique ; parce qu’en vérité, tous ceux ayant été profondément blessés sont susceptibles de devenir des narcissiques.

Alors, comment est-ce qu’un empathe peut mettre un terme à la violence et à sa relation toxique avec un narcissique ?

Tout projet de discussion avec un narcissique est inutile puisque ce dernier, bien qu’il soit très charismatique est aussi un manipulateur et il essaiera de rendre l’empathe responsable de leurs douleurs respectives. Il fera en sorte que l’empathe se sente à l’origine de tous les problèmes existant au sein du couple.

L’empathe a un choix : il peut choisir de demeurer la victime des jeux du narcissique ou trouver la force nécessaire pour mettre un terme à la relation.

L’empathe doit accepter le fait que le narcissique ne changera jamais. Et attendre que le narcissique change est une perte de temps précieux.

Finalement, ce qu’il faut retenir, c’est que nous laissons les autres nous traiter en fonction de ce que nous pensons mériter. Si un empathe choisit volontairement de demeurer dans ce type de relation toxique avec un narcissique – c’est certainement qu’il ne pense pas mériter mieux.

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Les empathes doivent comprendre que réparer les autres n’est pas leur travail, tout particulièrement ceux qui ne souhaitent pas être réparés puisque n’étant pas conscients de leur maladie.

Les empathes doivent réaliser que la manière dont les traitent les narcissiques n’est pas la manière dont ils méritent d’être traités et ils doivent trouver le courage de s’en aller, vraiment.