10 Choses que vous faites parce que vous sortez tout juste d’une dépression, sans que les gens ne le réalisent

Vous avez passé les quelques semaines précédentes à vous cacher ; vous avez été recluse. Vous passiez vos journées à dormir, à manger n’importe quoi et à regarder l’intégrale de Friends (ou de « Seinfeld » si vous êtes l’une de « ces » personnes). Vous avez fini par sortir des ténèbres et désormais les choses semblent retrouver un équilibre. Vous avez fini par sortir de cet épisode dépressif le plus récent.

Peut-être que personne n’a remarqué. Peut-être que vos amis ont vraiment cru aux bribes de vérité que vous distribuiez (vous étiez « occupée »). Maintenant que vous entrevoyiez la sortie du tunnel, refaisant peu à peu surface, il est certainement des choses que vous faites justement parce que vous vous remettez tout juste de cet épisode dépressif mais sans que les gens ne le réalisent.

1. Vos habitudes de sommeil différent de la normale.

Votre rythme de sommeil « adulte » était réglé comme une horloge pendant des années, vous alliez au lit à 20h30 et vous leviez aux alentours de 05h30. Tout a périclité il y a deux semaines et vous avez commencé à passer beaucoup plus de temps au lit, essayant de vous extirper du monde pour quelques heures supplémentaires. Mais malheureusement, même maintenant que vous vous commencez à vous sentir mieux, un temps supplémentaire est nécessaire pour que vous vous synchronisiez. Il est possible que vous vous sentiez submergée au cours de la journée et ayez besoin d’une sieste mais qu’ensuite vous restiez debout tard, pleine d’énergie. Si personne n’a réalisé que vous étiez en dépression, ils ne se rendront pas non plus compte des bouleversement que subiront pour quelques semaines encore, vos habitudes de sommeil. (Bien qu’ils puissent vous demander pourquoi vous publiez sur Instagram à 01h du matin …)

2. Vous êtes soudainement devenue très sentimentale.

Vous vous retrouvez soudainement à rechercher l’affection de vos amis et à supplier pour leur attention après vous être isolée pendant plusieurs semaines. Ce peut-être via quelque chose d’aussi simple qu’un texto quotidien leur demandant comment ils vont ou via l’envoi d’une longue lettre ou d’un colis « juste comme ça ». Il est même possible que vous deveniez très démonstrative physiquement, les embrassant davantage et leur demandant des câlins par ci, par là. Tout le monde pense probablement que vous êtes un peu plus aimante mais vous savez qu’en réalité, vous êtes simplement reconnaissante de n’avoir pas perdu ceux que vous aimez et souhaitez vous assurer qu’ils sachent à quel point ils comptent au cas où, la prochaine fois, vous n’arriveriez pas à vous en sortir seule.

3. Vous êtes facilement submergée par vos sentiments et êtes émotive.

Vous ne vous êtes peut-être pas complètement stabilisée et vos humeurs sont un peu en dents de scie et peuvent souffrir du plus simple des événements. Il est possible que vous pleuriez plus facilement qu’à votre habitude ou que vous ayez subitement « besoin d’un moment » pour vous calmer si d’aventure vous vous énerviez ou étiez angoissée. Un bruit soudain ou fort semble vous accabler en un instant ; tout comme le fait de devoir assimiler un trop plein d’informations semble vous prendre plus de temps et d’ailleurs, une simple erreur peut vous ramener au fond du trou. Personne ne se rend compte de cela à part vous.

4. Votre appétit est sens dessus dessous.

Un jour, vous pouvez avaler tout ce qui vous tombe sous la main pour ensuite passer deux jours sans presque rien manger. Vous êtes affamée à la vue d’un plat, prenez une bouchée et êtes finalement incapable de le terminer. C’est à ça que ressemble la vie lorsque l’on sort tout juste d’une phase de dépression : les couleurs sont encore ternes, les odeurs moins intenses et tout semble un peu moins bien qu’habituellement.

5. Vous commencez à inonder les réseaux sociaux de spams « motivants ».

Vous êtes habituellement très ouverte. Quand ça va mal, ça se remarque notamment à mes publications sur les réseaux sociaux. Alors que vous tentez de retrouver un semblant de vie normale, vous êtes à la recherche d’expressions, de citations motivantes ou de petits pense-bêtes capables de vous aider à avancer. Mais vous développez une passion si grande pour ces publications censées aider à positiver que vous finissez par les partager à tout bout de champs pendant au moins une semaine ! Ceci est perçu par les autres comme un signe de votre tendance habituelle à vous préoccuper des autres et à veiller sur eux ; personne ne réalise que vos publications supposées être motivantes vous sont en fait uniquement destinées.

6. Vous évitez d’être seule.

Rester seule est presque toujours dangereux pour vous mais l’est tout particulièrement alors que vous vous sortez tout juste d’un épisode dépressif. Vous évitez évidemment de dire aux autres que pour vous, « être seule n’est pas sain » mais vous faites des efforts conscients soit pour être physiquement entourée, soit pour contacter les gens virtuellement lorsque vous savez que vous allez vous retrouver seule. Les gens font office de distraction mais aussi de filet de sécurité. Il est important que vous soyez entourée alors que vous essayez tant bien que mal d’aller mieux.

7. Vous écoutez de la musique sans cesse.

L’une des meilleures manières que vous ayez trouvée pour réguler et contrôler vos émotions est la musique. On vous a dit d’utiliser la musique de manière à rester consciente, pleine d’énergie et active. La dance et la pop des années 90 et 2000 sont idéales lorsque vous avez besoin de gaieté … Les gens entendront JT ou Ke$ha hurler et penseront simplement que vous êtes très en forme et d’humeur old school.

8. Vous achetez de nouvelles choses alors que vous n’en avez pas vraiment besoin.

La thérapie par le shopping n’est pas pure invention et vous en profitez ! Un simple lèche-vitrines vous donne l’occasion de sortir de chez vous et une nouvelle tenue est tout ce dont vous avez besoin pour vous sentir belle et apprendre à vous aimer à nouveau après les foudres de la dépression. Tout le monde pense que vous avez juste envie de vous sentir sexy et ne soupçonne rien d’autre.

9. Vous cherchez quelque chose à faire.

Votre psy vous a dit que le meilleur moyen de rester positive était de vivre dans le présent et « d’occuper vos pensées ». C’est-à-dire qu’il faut rester occupée. Choisir un nouveau passe-temps, mettre en place une nouvelle routine ou reprendre un art pour lequel vous aviez perdu tout intérêt au moment de votre dépression. Vos amis ne semblent rien remarquer parce que vous êtes toujours avide de nouveauté et avez l’habitude de les entrainer avec vous.

10. Vous êtes souvent en train de nettoyer quelque chose.

Vous êtes fière de votre organisation mais cette habitude tombe à l’eau dès lors que vous commencez à sombrer dans la dépression. Vous évitez tout ce qui serait susceptible de vous submerger et votre énergie est si faible que même une tâche simple comme le fait de remplir le lave-vaisselle requiert que vous fassiez une pause après. Dès que vous commencez à vous sentir mieux, le bazar que vous avez laissé s’accumuler vous met hors de vous et il vous faut ranger ! Vous ne voulez absolument pas que les gens sachent que vous avez laissé un tel bazar s’accumuler dès le départ, vous en seriez terriblement embarrassée.

La dépression peut toucher chacun d’entre nous et à n’importe quel moment. Bien qu’il y ait certains symptômes typiques, la dépression s’exprime chez tous, de diverses manières. Ce qui veut dire que les signes de guérison sont eux aussi très variables. Les 10 éléments que nous présentons ici sont de petits actes ou de petits signes et peuvent apparaître pour beaucoup comme étant normaux et ainsi passer inaperçus. La conscience de soi est très importante. Alors, si vous souffrez de dépression, il serait préférable de réfléchir aux effets que la dépression elle-même et aussi la guérison auront sur vous. Être conscient de ces quelques détails peut réellement faire une différence dans votre vie et même aider vos proches à savoir ce dont vous avez besoin.