Un jour, tu me chercheras dans chaque personne, mais tu ne me trouveras pas

Je ne sais pas quand cela arrivera. Mais c’est un jour que j’attends avec impatience mais que je déplore. Parce que ce jour-là, j’en aurai fini avec toi. Je ne te voudrai plus comme je te veux depuis si longtemps. Je ne me languirai pas de toi comme je le fais. Tu ne seras plus l’objet de toutes mes pensées dans une journée bien remplie. J’aurai tourné la page.

Parce que tu es bien plus que ça. Tu es quelqu’un que je voulais tellement être l’amour de ma vie. Mais pour une raison mystérieuse, tout ce que j’ai donné, tout ce que j’ai investi n’a pas suffi. Et je me suis retrouvée à me regarder comme si c’était moi qui n’étais pas assez bien.

Ce qui m’a pris du temps à réaliser, c’est que parfois, le meilleur de soi-même ne sera jamais assez bon si ce n’est pas la bonne personne.

Mais je jurais que tu l’étais. J’aurais parié dessus. J’ai laissé l’amour aveugler mon jugement en investissant du temps et des émotions dans quelqu’un qui ne pouvait pas me rendre la pareille.

Mais un jour, tu le regretteras.

Un jour, tu me verras rire et sourire avec quelqu’un d’autre comme je le faisais avec toi. La seule différence, c’est que ce quelqu’un d’autre ne me fera probablement pas pleurer la nuit pour m’endormir.

Peut-être que je ne te verrai pas quand tu me regarderas de l’autre côté de la pièce.

Peut-être qu’on va se croiser et qu’au début, mon cœur va s’embraser quand nos yeux se croiseront. Je me demande si tu peux encore me lire comme avant. Je me sentirai coupable quand les sentiments reviendront sans aucun contrôle. Mais je ne te dirai pas que tu me manques. Je ne te dirai pas que je t’aime. Au lieu de ça, je te présenterais la personne à côté de moi. Et tu réaliseras que ça aurait pu être toi. Ça aurait dû être toi.

Mais les “peut-être” et les “un jour” et la confusion ne m’apportaient pas la relation dont j’avais besoin. Et je ne pouvais pas te donner assez d’amour pour compenser ce qui te manquait.

Tu me regarderas et même si je suis devant toi, je te manquerai. Tu comprendras ce que j’ai pu ressentir par le passé. Parce que j’ai appris, que ce qui est le plus dur quand quelqu’un nous manque, c’est quand cette personne est là mais qu’elle n’est pas ce dont nous avons besoin.

Mais ce qui te manqueras le plus, ce sont les petites choses .

Les conversations qui ne continuaient que quand tu le voulais te manqueront. Ne parler que de toi te manquera. Tu regretteras l’attention et le fait de savoir que quelqu’un se souciait de toi, même si tu ne pouvais pas lui rendre la pareille. Les appels que tu ignorais te manqueront.

Puis, me renvoyer un texto quand tu en avais envie. Tu regretteras les photos que j’avais l’habitude d’envoyer. De partager chaque bon moment. Tu regretteras de ne pas être le premier à savoir quand quelque chose de bien est arrivé.

Tu n’entendras pas parler des mauvaises choses non plus. Être l’épaule sur laquelle je m’appuyais parfois quand j’en avais besoin. Le besoin, le désir et l’amour te manqueront.

Tu vas regretter ce que j’avais l’habitude de te dire. Les messages que j’envoyais. Les mots gentils qui te faisaient sourire quand tu étais occupé, même quand tu ne répondais rien. Les snaps auxquels je répondais trop vite te manqueront. Et tu te demanderas pourquoi je n’ai pas regardé ta story en premier. Tu te demanderas pourquoi je n’ai pas voulu regarder du tout. Tu te demanderas où je suis et avec qui je suis.

Et tu songeras à m’envoyer un texto, mais tu ne le feras pas. Tu ne le feras pas parce que même toi, tu sais que je mérite mieux que quelqu’un qui a dû me perdre pour réaliser ma valeur.

Les “Et si” vont se glisser tard dans la nuit. Comme ils l’ont fait pour moi. Et comme je me retournais et me questionnais sur toi, tu feras la même chose.

Je te rencontrerai peut-être dans des rêves qui te hanteront.

Peut-être qu’à ce moment-là, tu comprendras.

Peut-être que tu seras allongé à côté de quelqu’un que tu voudrais être moi.

Peut-être que tu auras le courage de venir me voir.

Peut-être que tu te demandes juste si je me soucie toujours de toi.

Je pense que peu importe le temps qui passe, tu es quelqu’un que j’aimerai toujours profondément. Mais je ne pouvais pas continuer à attendre que tu m’aimes en retour. J’ai joué toutes mes meilleures cartes pour que tu m’aimes. Ce que j’ai réalisé, c’est qu’une relation ce n’est pas censée être si douloureuse que ça. Mais il n’y avait aucun doute que je t’aimais.

Parfois, il faut perdre quelque chose pour se rendre compte de ce qu’on avait.

Je connais assez bien l’amour pour savoir qu’une fois qu’il commence à faire mal, ce n’est plus le bon amour.

Et m’éloigner m’a tout enlevé. Parce que me remettre de toi a été la chose la plus dure que j’aie jamais eu à faire. Parce que tout comme il y a des moments où je te manque et des moments où tu me cherches chez tous les autres. C’est aussi mon cas. Et même si je souris et tiens la main de quelqu’un d’autre, il y a des moments où j’aimerais que ce soit toi.

Mais je ne pouvais pas continuer à attendre, à souhaiter et à espérer tout en mettant en péril mon amour-propre. J’ai dû m’en aller. J’ai dû arrêter d’essayer. J’ai dû tomber amoureuse de toi dans l’espoir qu’en mon absence, tu apprendrais peut-être à m’aimer de la même façon.