14 Signes indiquant que vous êtes face à un narcissique

Lorsque l’on veut savoir si l’une des personnes que l’on connaît est narcissique, nous avons tendance à nous compliquer la vie. Pour ma part, j’utilise le test de la poule … Si ça ressemble à une poule et si ça fait le même bruit qu’une poule, c’est probablement une poule. Il n’y a aucun test sanguin, aucune technique d’imagerie cérébrale, ou autre examen qui soient capables d’identifier un narcissique avec certitude. Pour ce faire, même les psys doivent savamment observer les comportements, les attitudes et les réactions d’une personne.

Mais ce qui nous facilite la tâche, c’est que l’on sait exactement à quoi ressemble un narcissique. Je liste ci-dessous les symptômes et les comportements desquels il vous faut vous méfier. Notez que tous n’ont pas besoin d’être identifiés afin de valider l’existence d’un trouble de la personnalité narcissique. D’après le DSM, utilisé comme guide par tous les psychologues, seulement 55% des caractéristiques listées doivent être manifestes afin qu’une personne puisse être dite « narcissique ». La liste ci-présente a une vocation descriptive, de manière à ce que vous puissiez clairement vous représenter les comportements communs d’un narcissique.

1. Supériorité et légitimité

Dans le monde d’un narcissique, tout est binaire et se divise entre bien/mal et supérieur/inférieur. Il y a une hiérarchie définie et le narcissique se situe en son sommet – le seul endroit où il se sent en sécurité. Les narcissiques doivent être les meilleurs, ceux ayant toujours raison, les plus compétents, etc. Ils font tout à leur manière ; possèdent tout et contrôlent tout le monde. Curieusement, les narcissiques peuvent aussi expérimenter ce sentiment de supériorité en étant les plus mauvais ; en ayant toujours tort ; en étant les plus malades, contrariés ou blessés pendant un certain laps de temps. Ils se pensent aussi légitimes à recevoir de l’attention et du réconfort. Ils ont même un droit légitime à vous faire du mal ou à exiger des excuses.

2. Un besoin excessif d’attention et d’approbation

Les narcissiques ont besoin d’une attention constante – ils vous suivent partout chez vous, vous demandent de leur retrouver des objets ou sont sans cesse en train de vous parler pour avoir votre attention. L’approbation ne compte que lorsqu’elle vient des autres. Et même dans ce cas, elle n’est pas si importante que ça. Le besoin de validation d’un narcissique est un peu comme une cheminée. Vos mots de soutien rentrent par une oreille et sortent aussitôt par l’autre. Peu importe à quelle fréquence vous dites à un narcissique que vous l’aimez, que vous l’admirez ou qu’il a votre soutien ; ce n’est jamais assez, parce qu’au fond ils pensent que personne n’est capable de les aimer. Malgré leur vanité égocentrique et grandiose, les narcissiques sont en fait très anxieux et ont peur de ne pas tenir la distance. Pour soutenir leur égo fragile, ils essaient constamment de recevoir des louanges et l’approbation des autres. Mais quoi qu’on leur donne, ils en veulent toujours plus.

3. Le perfectionnisme

Les narcissiques ont un besoin pressant de perfection, en tout. Ils pensent qu’ils doivent être parfaits, que vous devez être parfaite, que tout doit se dérouler comme ils le désirent et que la vie doit être telle qu’ils la désirent. C’est évidemment un besoin impossible à assouvir. Ceci explique le chagrin et l’insatisfaction ressentis par les narcissiques la plupart du temps. Leur exigence de perfection les amène à constamment se plaindre et à être d’éternels insatisfaits.

4. Un besoin immense de contrôle

Puisque les narcissiques sont constamment déçus de l’imperfection de la vie, ils souhaitent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour la contrôler et la façonner selon leurs désirs. Ils veulent et exigent d’avoir le contrôle. Et leur sentiment de légitimité les pousse à trouver ce besoin de contrôle total tout à fait logique. Les narcissiques ont toujours un scénario en tête, décrivant ce que chaque « personnage » doit dire et faire au cours de leurs interactions. Lorsque vous ne vous comportez pas comme prévu, ils s’en trouvent énervés et perturbés. Vous ne suivez plus le script, et eux ne savent plus à quoi s’attendre. Ils exigent que vous disiez et fassiez exactement ce qu’ils espèrent, de manière à ce que la conclusion soit celle qu’ils désirent. Vous n’êtes qu’un personnage au sein d’une pièce infernale et non pas une personne réelle, animée de ses propres sentiments et pensées.

5. L’absence de responsabilité – reproches et évitement

Bien que les narcissiques souhaitent avoir le contrôle sur tout, ils ne veulent pas être tenus pour responsables des conséquences potentielles – à moins, évidemment que tout se passe comme prévu et qu’ils obtiennent les résultats escomptés. Lorsque les choses ne se déroulent pas comme ils le souhaitent, les narcissiques rejettent toute faute et responsabilité sur vous. C’est forcément la faute des autres. Parfois, il s’agit d’une responsabilité diffuse et généralisée – la police, les patrons, les professeurs, la droite et ainsi de suite. D’autres fois, le narcissique opte pour une personne ou une loi spécifique à blâmer – sa mère, un juge, une loi qui le limite. Mais le plus souvent, un narcissique blâme la personne de laquelle il est le plus proche émotionnellement. Il blâme celle qui lui est la plus loyale, attachée et aimante – vous. Pour maintenir l’illusion de perfection, les narcissiques doivent toujours trouver quelqu’un ou quelque chose d’autre à blâmer. Vous êtes celle qu’il est le plus simple de blâmer, parce que vous êtes moins susceptible de le quitter ou de le rejeter.

6. L’absence de limites

Les narcissiques ont du mal à savoir où s’arrête leur liberté et où commence la vôtre. Ils ressemblent en fait énormément à un enfant de 2 ans. Ils pensent que tout leur appartient, que tous pensent et ressentent les mêmes choses qu’eux. Leur dire le contraire est extrêmement choquant et insultant. Si un narcissique désire quelque chose de vous, il se donnera beaucoup de mal pour l’obtenir : persévérance, exigence, rejet ou bouderies.

7. L’absence d’empathie

Les narcissiques ont des aptitudes empathiques extrêmement limitées. Ils tendent à être égoïstes, égocentriques et sont généralement incapables de comprendre le ressenti d’autrui. Les narcissiques s’attendent à ce que tous pensent et ressentent les mêmes choses qu’eux. Ils ne réfléchissent d’ailleurs que rarement à ce que peuvent ressentir les autres. Ils éprouvent tout aussi rarement de la contrition, des remords ou de la culpabilité.

Mais tout en étant aveugles aux sentiments des autres, les narcissiques sont très sensibles aux menaces, à la colère et au rejet. Ils interprètent souvent très mal les expressions faciales et ont généralement tendance à les percevoir comme négatives. À moins que vous ne vous exprimiez de manière théâtrale, un narcissique aura beaucoup de difficultés à correctement percevoir vos sentiments. S’il est au bord de la crise de nerfs, même un « je suis désolée » ou un « je t’aime » pourront avoir l’effet inverse. Il ne vous croira pas et pourra même prendre vos mots comme une attaque.

Qui plus est, si vos mots et vos expressions ne sont pas adéquats, un narcissique y répondra probablement de manière erronée. C’est pour cette raison que les narcissiques prennent souvent le sarcasme pour un signe d’accord ou une plaisanterie. Leur incapacité à correctement déchiffrer les expressions corporelles explique en partie leur absence d’empathie. Ils ne les voient pas, ils les interprètent mal et surtout, ils pensent que vous pensez comme eux.

Les narcissiques sont également incapables de saisir la nature des sentiments. Ils ne comprennent pas d’où leur viennent leurs sentiments. Ils croient que ceux-ci sont toujours le fait d’un élément extérieur. Ils ne réalisent pas que leurs sentiments sont le fait de leur propre fonctionnement biologique, de leurs pensées et de leurs interprétations. En conclusion, les narcissiques pensent que vous êtes toujours à l’origine de leurs ressentis – surtout s’ils sont négatifs. Ils en concluent que parce que vous n’avez pas suivi leur plan ou les avez poussés à se sentir vulnérables, vous êtes à blâmer.

Cette absence d’empathie rend difficile et même impossible toute relation ou connexion émotionnelle véritables. Ils ne remarquent simplement pas ce que ressentent les autres.

8. Le raisonnement émotionnel

Vous avez probablement déjà commis l’erreur d’essayer de raisonner ou d’user de la logique pour faire comprendre à un narcissique quels effets néfastes ses comportements avaient sur vous. Vous pensez que s’il comprend à quel point son attitude vous fait souffrir, il changera. Pour autant, vos explications ne font pas sens dans l’esprit d’un narcissique. Il ne semble capable que de prendre conscience de ses propres pensées et sentiments. Bien qu’un narcissique puisse dire qu’il comprend, ce n’est en réalité pas le cas.

En conséquence, les narcissiques basent la plupart de leurs décisions sur leurs propres ressentis. Ils doivent posséder cette voiture de sport rouge, parce qu’ils s’imaginent leur ressenti en la conduisant ; et non pas parce que c’est un bon choix pour leur famille ou leur budget. S’ils s’ennuient ou s’ils sont déprimés, ils ont envie de déménager, de rompre ou de démarrer une nouvelle entreprise professionnelle. Pour assouvir leurs besoins ou apaiser leurs sentiments, ils recherchent toujours un élément extérieur. Et ils attendent de vous que vous souteniez leurs « solutions ». Si ce n’est pas le cas, ils réagissent avec irritation et ressentiment.

9. La dissociation

La personnalité d’un narcissique se dissocie entre le bon et le mauvais, de même que toutes leurs relations. Toutes leurs pensées négatives et tous leurs comportements sont dus aux autres, pendant qu’ils s’attribuent le mérite de toute chose positive et bénéfique. Ils nient leurs phrases et leurs actes négatifs, tout en vous accusant continuellement de les désapprouver.

Ils ne se souviennent des choses que de manière manichéenne : ou c’était merveilleux, ou c’était horrible. Ils semblent incapables d’équilibre.

Martin considéra que ses vacances furent gâchées et les pires de toute sa vie, parce que sa chambre d’hôtel ne lui convenait pas et le temps n’était pas parfait. Robert a été blâmé pendant 20 ans par sa femme, parce qu’il n’était pas là lors de la naissance de son premier enfant, bien qu’il fut en fait coincé dans une autre ville, sous une tempête de neige. Le mari d’Hélène nia complètement ses préoccupations quant au coût énorme (30 000 euros) de l’aménagement paysager qu’il souhaitait, simplement parce que lui adorait.

Les narcissiques sont incapables de voir, de ressentir ou de se souvenir à la fois du positif et du négatif d’une situation. Ils ne savent gérer qu’un seul point de vue à la fois – le leur.

10. La peur

L’entière existence d’un narcissique est motivée et stimulée par la peur. La plupart des narcissiques musèlent et refoulent leurs peurs. Ils craignent constamment d’être ridiculisés, rejetés et opprimés. Ils sont susceptibles de développer des phobies de tous genres : des germes, de perdre leur argent, d’être violentés physiquement ou psychologiquement, d’être perçus comme des individus néfastes ou déficients, d’être abandonnés. Cela empêche partiellement ou totalement les narcissiques de faire confiance à qui que ce soit.

En fait, plus votre relation deviendra intime, moins il vous fera confiance. Les narcissiques craignent l’intimité et la vulnérabilité, parce qu’ils ont peur que vous entrevoyiez leurs imperfections, les jugiez et les rejetiez. Le fait de les réconforter ne semble être d’aucune aide, parce que les narcissiques haïssent et rejettent leurs propres imperfections honteuses. Les narcissiques semblent ne jamais avoir confiance en l’amour des autres. Ils vous testent continuellement, armés de leurs pires comportements et dans le but de découvrir vos limites. Les peurs paniques d’être « percés à jour » ou abandonnés semblent ne jamais s’atténuer.

11. L’anxiété

L’anxiété désigne la sensation diffuse et continue que quelque chose de terrible se trame ou va se passer. Certains narcissiques témoignent leur anxiété en parlant sans cesse de la catastrophe qui est sur le point d’arriver, pendant que d’autres cachent et répriment la leur. Mais la plupart d’entre eux projettent leur anxiété sur la personne qui leur est la plus proche, l’accusant d’être négative, de ne pas les soutenir, malade mentalement, de ne pas faire d’eux une priorité, de ne pas répondre à leurs besoins ou d’être égoïste. Tout ceci dans le but de transférer leur anxiété vers cet être proche et de ne plus la ressentir. Plus vous vous sentez mal, plus un narcissique se sent bien. Il est plus fort et se sent plus supérieur, au fur et à mesure que vous devenez anxieuse et entrez en dépression.

12. La honte

Les narcissiques n’éprouvent que peu la culpabilité, puisqu’ils pensent toujours avoir raison. Ils ne pensent pas non plus que leurs comportements puissent impacter les autres. Mais ils ressentent une honte farouche. La honte désigne cette sensation profonde que quelque chose en vous ne va pas ou est déficient de manière permanente. Quelque part, profondément enfouis en eux, se trouvent leurs angoisses, leurs peurs et leur besoin de se dissimuler aux yeux des autres et même d’eux-mêmes. Un narcissique a en réalité extrêmement honte de tous ces sentiments refoulés. J’ai par exemple eu un patient narcissique, faisant du saut en parachute et d’autres activités extrêmes et me disant qu’il n’avait jamais peur. Selon lui, la « peur » était un « démon ». Il était clairement en croisade pour la dompter.

Cacher ses vulnérabilités est essentiel pour un narcissique, pour son estime de soi et son faux moi. Ce qui les empêche d’être entièrement vrais ou transparents.

13. L’incapacité à être véritablement vulnérable.

En raison de leur incapacité à comprendre les sentiments, de leur absence d’empathie et de leur besoin constant d’auto-protection, les narcissiques ne peuvent pas réellement aimer ou se connecter émotionnellement aux autres. Ils sont incapables de percevoir le monde depuis le point de vue d’un autre. Ce qui les rend émotionnellement dépendants. Lorsqu’une relation n’est plus satisfaisante, il leur arrive souvent d’en démarrer une autre, sans pour autant mettre un terme à la précédente. Ils ont désespérément besoin de quelqu’un qui ressente leur douleur, qui compatisse et qui fasse les choses comme ils le souhaitent. Mais ils sont presque incapables de répondre à vos douleurs, à vos peurs ou même à vos besoins primaires de soutien et de sympathie.

14. L’incapacité de communiquer ou de travailler au sein d’une équipe

Les comportements prévenants et coopératifs exigent la compréhension de nos sentiments respectifs. Comment se sentira l’autre ? Est-ce que telle action nous satisfera à tous les deux ? En quoi cela impactera notre relation ? Ce sont des questions auxquelles les narcissiques n’ont ni la capacité, ni l’envie de répondre. N’attendez pas d’un narcissique qu’il comprenne vos sentiments, fasse des compromis ou abandonne quelque chose pour votre bien ; ce serait en vain.