Guérir après une ruptureRelation toxique

Les 5 Leçons à apprendre après une relation avec un “addict”

Une rupture avec une personne souffrant de dépendance (à l’alcool, la drogue, etc.) peut nous rendre particulièrement amers.

Les ruptures ne sont pas faciles, ce n’est un secret pour personne et elles sont encore plus difficiles lorsque la raison pour laquelle tout s’est effondré vous échappe.

Être capable d’identifier la raison d’une rupture offre au moins un semblant de confort, même si le monde semble quand même être devenu un endroit froid et triste.

Cependant, même quand on connait la raison, cela peut rester difficile à comprendre.

Dans le cas d’une dépendance, il est difficile de comprendre pourquoi quelqu’un déciderait de choisir l’objet de sa dépendance plutôt que vous

Comment pouvons-nous donner un sens à quelque chose comme ça ?

Le fait est que pendant longtemps, vous ne pourrez pas.

Vous ne pourrez pas comprendre le point de vue de votre ex et comme vous ne souffrez pas de dépendance vous-même, vous ne le comprendrez probablement jamais vraiment.

Tout ce que vous pourrez faire, c’est de retrouver un sens à votre propre vie. De ramasser les morceaux un par un pour créer quelque chose de nouveau à partir de ce qui restait.

Cela ne sera pas facile.

Les émotions arrivent en force très rapidement et les pires ont tendance à bien s’installer.

Être capable d’auto-analyse dans cet état est impossible.

À travers la colère ou la misère glaciale laissée dans le sillage d’une relation autrefois chaleureuse et florissante, vous n’y verrez rien.

Cela ne sera pas facile, oui, mais cela ne veut pas dire que cela sera impossible.

Vous serez ballotés d’un endroit à un autre, prendrez beaucoup de mauvaises décisions, mais en cours de route, vous découvrirez beaucoup de choses sur vous-même.

Et encore plus sur la relation et la personne avec qui vous étiez.

Le but de cet article est de vous aider, au travers de 5 leçons, à y voir plus clair et peut-être prendre de meilleures décisions une fois la rupture prononcée (et même avant).

1. Vous n’êtes pas le problème (avant), pardonnez (après)

La dépendance est une chose puissante.

Elle peut amener votre partenaire à agir d’une manière qui semble profondément hors de son caractère et à dire des choses que vous n’auriez jamais imaginé qu’il dirait.

Mais il est important de comprendre que vous n’êtes pas le problème.

La dépendance est le problème.

Pendant que vous êtes ensemble, la lutte peut être partagée, mais ce que vous faites pour essayer d’aider n’empire rien, même si c’est ce qu’il/elle pourrait vous dire.

Ensuite, blâmer est facile, c’est la raison pour laquelle la plupart d’entre nous choisissons par défaut cette réponse émotionnelle à la suite d’une rupture difficile.

Vous serez sûrement tentés de reprocher la douleur que vous ressentez, de le/la blâmer pour avoir choisi la dépendance plutôt que vous.

Ensuite, vous vous flagellerez. Vous vous direz que vous ne valez rien si ni votre temps ni votre affection n’ont pu être plus gratifiants et stimulants que l’objet de la dépendance.

Mais vous devez comprendre la nature de la dépendance : c’est une maladie, et ce n’est pas de leur faute.

C’est le danger du blâme.

Il évolue en un monstre hors de contrôle et peut brouiller toutes les pensées ou jugements rationnels que vous pourriez avoir.

Lorsque vous sentez que vous commencez à blâmer l’une ou l’autre des parties, arrêtez-vous et réfléchissez.

2. Vous n’êtes pas non plus la solution – Le temps de réflexion

La réflexion, contrairement au blâme, est difficile.

Surtout si vous sentez que vous n’avez rien fait de mal.

Sachez cependant que c’est une chance de réfléchir non pas à vos défauts, mais à vous en tant que personne.

Que pouvez-vous apprendre de cette expérience ? Pouvez-vous essayer de mieux comprendre la dépendance ?

Souvent, il y a place pour la croissance après une rupture.

Vous avez passé tellement de temps à vous concentrer sur quelqu’un d’autre qu’il est peut-être temps de vous concentrer sur vous-même.

Les relations et en particulier les relations difficiles, peuvent parfois rendre la confiance, l’amour et le bonheur difficiles à trouver à nouveau.

Assurez-vous cependant que vous êtes prêt à franchir cette étape, car parfois, la réflexion peut se transformer en blâme.

C’est souvent le cas lorsque la rupture sort de nulle part.

Il est difficile de réfléchir à ce que vous auriez pu faire différemment.

Auriez-vous pu être une meilleure personne ? Absolument.

Auriez-vous pu anticiper cette rupture ? Probablement.

Cela aurait-il changé quelque chose ? Probablement pas.

À lire aussi :  À l’aide ! Ma relation toxique me fait perdre la tête. Que dois-je faire ?

3. Apprendre vos limites

Une personne aux prises avec une dépendance fera parfois des choses qu’elle-même n’imaginerait jamais faire. Elle demandera parfois aux gens qu’elle aime des choses qui renforceront leur dépendance et les rendront plus dépendantes.

Connaître vos limites est une étape importante pour éviter de vous blesser et de blesser votre partenaire. C’est nécessaire pour éviter d’être un catalyseur.

Sachant qu’une personne sous influence ne changera pas si elle n’est pas disposée à le faire, il est très important que vous définissiez vos propres limites quant à ce qui est acceptable pour vous.

Cela peut signifier qu’elle ne sera pas autorisée à revenir à la maison lorsqu’elle est dans un état second ou que vous ne voulez pas lui parler lorsqu’elle est dans cet état.

Il existe de nombreuses variantes de limites qui peuvent s’appliquer, selon les circonstances particulières.

Le point important ici est que vous définissez les limites de ce que vous accepterez. Mais surtout, surtout, soyez intransigeants.

Ne laissez pas le/la dépendant(e) vous berner, vous intimider ou vous pousser à changer d’avis.

Si vous êtes dans une situation d’après rupture, il peut y avoir eu des moments dans votre relation où vous avez fait des choses et permis des choses avec lesquelles vous n’étiez certainement pas à l’aise.

C’est une leçon difficile à apprendre mais c’est néanmoins une leçon importante à retenir.

4. L’amour ne peut pas tout conquérir

“L’amour triomphe de tout” est un dicton qui sonne bien. Vous pouvez entrer dans une relation avec une personne dépendante en pensant que tout ce dont elle a besoin, c’est d’un peu d’amour.

Votre amour peut être important pour eux mais l’amour ne les aidera pas à vaincre la bête qu’est la dépendance.

Peu importe sa taille et sa force, votre amour ne résoudra pas le problème.

Ce changement, cette volonté de vaincre leur dépendance, vient de l’intérieur.

La dépendance, c’est un peu comme un barrage routier que vous ne pouvez pas éviter.

Vous passerez beaucoup de temps et d’énergie à essayer de tout contrôler alors qu’en fait, c’est impossible.

C’est humain, vous avez une idée de la façon dont vous aimeriez que les choses soient mais parfois, ce n’est pas la meilleure voie pour vous.

Apprendre à abandonner les choses que vous voulez contrôler vous libérera de l’anxiété et du poids sur vos épaules.

Mais apprendre à lâcher prise prend du temps. Nous sommes câblés pour contrôler et planifier tout dans nos vies. 

À vous de découvrir ce qui fonctionnera le mieux pour vous : voyage, écriture, méditation, etc.

Relâcher le contrôle est en tout cas l’une des clés vers la paix.

5. Prenez le temps dont vous avez besoin pour faire votre deuil

Beaucoup de gens se font une idée bien précise sur le temps qu’il faut consacrer à pleurer une relation.

Mais nous guérissons tous à notre propre rythme et après ce genre de relation, il n’y a rien d’étonnant à ce que cela puisse prendre du temps.

Vous pourriez penser que votre processus de guérison prend trop de temps mais chaque étape est nécessaire pour que vous vous reconstruisiez correctement.

Ce n’est PAS GRAVE si cela vous prend des années, tant que vous réalisez que vous allez surmonter cela.

Prenez le temps chaque jour de méditer et permettez-vous de ressentir tout ce que vous voulez, sans culpabilité.

Ces pensées et sentiments ne vous définissent pas, ce sont des choses que vous pouvez expérimenter. Puis lâchez prise.

Exprimez vos inquiétudes et vos craintes aux personnes dont vous êtes proche et qui vous écouteront.

Parlez-vous, même à voix haute. Parfois, en parler peut vous aider à surmonter vos luttes intérieures et à donner un sens à tout cela.

Soyez gentils avec vous-mêmes. Certains jours, vous aurez l’impression de ne faire aucun progrès, mais vous en ferez. Même si la guérison est lente, vous avancez chaque jour.

Écoutez vos besoins et remettez en question vos peurs. Prenez le temps d’investir en vous.

À lire aussi : Ces 7 Choses vont manqueront après une rupture et c’est tout à fait normal