Confiance en soi

Merci de m’avoir laissé partir

Jamais je n’aurais cru te remercier un jour… Pourtant, aujourd’hui, je te remercie de m’avoir laissé partir. je te remercie d’avoir renoncé à moi et de m’avoir abandonnée.

Malgré les douleurs de la rupture…

Les ruptures sont toujours des moments extrêmement difficiles. Qui dit rupture dit aussi processus de guérison. Et ce processus peut très bien prendre des mois comme des années. C’est une véritable reconstruction de soi qu’il faut entreprendre.

Quand tu m’as quittée, j’étais détruite. Je pensais que jamais plus je ne tomberai amoureuse. J’avais l’impression de me noyer. C’est comme si quelque chose était mort en moi.

Quand on quitte la personne avec qui l’on a tant partagé, ce n’est pas uniquement cette personne qu’il faut oublier.  C’est une vie entière qu’il faut “oublier” pour en reconstruire une autre. Il faut mettre de côté des centaines de souvenirs et il faut réapprendre entièrement le quotidien.

Il faut oublier les blagues que l’on ne partage qu’à deux, les chansons qui nous font penser à l’autre et jusqu’au tee-shirt que l’on portait pour dormir. Bref, c’est une douleur intense. C’est un apprentissage tout nouveau.

Et pourtant, une rupture peut aussi être bénéfique. C’est ce que la nôtre a été pour moi, mais il a fallu du temps, beaucoup de temps même.

À l’époque, quand nous avons rompu, jamais je n’aurais pu imaginer te dire ça un jour. Jamais je n’aurais cru que tes adieux auraient pu se transformer en quelque chose de positif.

Mais aujourd’hui, après mille souffrances et des larmes à n’en plus finir, je te remercie. Tout est clair. J’ai compris que notre séparation était inéluctable et je te remercie de l’avoir précipitée.

Merci de m’avoir abandonnée

Grâce à toi, j’ai finalement compris que je pouvais m’en sortir seule. J’ai compris que je pouvais être la femme indépendante et autonome que j’avais toujours rêvé de devenir. J’ai surtout compris que je n’avais pas besoin de toi pour survivre ou pour vivre tout court !

Tu m’as en quelques sortes forcée à réapprendre la vie seule. J’ai dû, bien malgré moi réapprendre à vivre sans toi. Sans tes bras pour me réconforter. Sans tes mots pour me consoler. Sans ton sourire pour m’endormir. Même si ce sont des choses que tu ne faisais jamais vraiment, je pouvais tout du moins compter sur ta simple présence (physique).

Surtout, j’ai appris à me redécouvrir et à redécouvrir la vie. J’avais pris l’habitude de me remettre en question, sans cesse. Je passais mon temps à m’interroger sur toutes ces choses que tu détestais en moi. Je ne me sentais pas à la hauteur et j’essayais, par tous les moyens, de m’améliorer pour te plaire et te satisfaire.

Mais ton départ m’a poussée à réapprendre à m’aimer. J’ai appris, lentement, à m’accepter telle que j’étais. J’ai appris à vivre avec mes défauts et à les apprécier, parce qu’ils font aussi partie de ce que je suis.

J’ai tellement culpabilisé d’être celle que j’étais et j’ai tellement été dure avec moi-même que j’en ai oublié d’être humaine. J’avais oublié la gentillesse et la douceur. La compassion et la tolérance. Surtout, j’avais oublié la confiance et l’estime de soi.

Même pour tes mensonges, je te remercie

Grâce à toi, j’ai compris qu’être honnête avec les autres ne signifiait pas qu’ils le seraient à leur tour. J’ai appris que même en étant aussi sincère que possible, notre partenaire pouvait quand même nous mentir effrontément, sans vergogne et sans regret.

J’ai compris ou plutôt, j’ai enfin accepté la réalité de la nature humaine. Nous ne sommes pas tous bons et bien intentionnés. Notre gentillesse ne nous est pas toujours rendue, bien au contraire.

J’ai compris que les égoïstes sont nombreux et que beaucoup de gens sont prêts à mentir si cela peut servir leurs intérêts.

Mais la plus grande leçon que tu m’aies apprise est celle-ci : on peut très bien mentir sur ses sentiments, sur sa relation entière pour garder l’autre. Même si l’on ne l’aime pas. Même si l’on se fiche complètement de lui. S’il nous est d’une quelconque utilité, on peut lui faire croire qu’on est amoureux. Pendant des mois et même des années parfois.

On ment pour recevoir de l’attention. On ment pour ne pas être seul. On ment pour flatter son égo. On ment par égoïsme. Ceci dit, j’ai aussi compris que quand on aime vraiment, on ne ment pas.

Merci de n’avoir jamais fait de moi une priorité

Peut-être parce que grâce à toi, j’ai fait le tri. J’ai tiré un grand trait entre ce que je veux et ce que je ne veux plus jamais.

En me traitant comme une option, comme un à-côté, comme un paillasson même, tu m’as fait comprendre que je devais d’abord penser à moi. Tu m’as obligée à faire de moi ma priorité. Parce que j’ai compris, que dans notre couple, j’étais la seule à pouvoir le faire.

Tu m’as en quelques sortes forcée à faire de ma vie une priorité. Tu m’as appris à prendre la bonne décision. Parce qu’en vivant à tes côtés, je n’avais que deux choix :

  • Me choisir moi.
  • Ou choisir de demeurer une option aux côtés d’un homme incapable de m’apprécier à ma juste valeur.

Soit je prenais ma vie en main, soit je restais cette pauvre fille malheureuse et seule à en mourir. Mais c’est une décision que j’ai mis du temps à prendre, trop de temps. En te choisissant, j’ai fait une erreur. Une erreur que j’ai réussi à corriger et en cela, je suis fière de moi.

Ce n’est qu’avec le recul que j’ai compris l’ampleur de mon erreur. En te choisissant, j’avais abandonné toutes les merveilleuses opportunités qui s’offraient à moi. Des opportunités qui ne se représenteront peut-être jamais.

Mais malgré tout, je n’ai pas de regrets. J’ai fait une erreur et il est impossible de revenir en arrière. Tout ce que je peux faire aujourd’hui, c’est en tirer des leçons. Et pour cette sagesse que tu m’as permis de trouver, je te remercie aussi.

Parce qu’en fin de compte, grâce à toi, j’ai compris que jamais plus je ne me contenterai d’être un second choix. Jamais plus de ne serai un pis-aller.

Je te remercie de n’avoir jamais fait de moi une priorité parce que grâce à toi, j’ai compris que personne n’avait le droit de définir ce que je vaux. Personne n’a le droit de me définir tout court.

Merci de ne t’être jamais battu pour moi

Tu ne t’es jamais battu pour moi, encore moins comme moi je me suis battue pour toi. Tu ne m’as jamais rendu mes efforts. Tu ne m’as jamais rendu mes sacrifices, ni mon amour et finalement, je t’en remercie.

Je t’en remercie parce que j’ai compris qu’il fallait choisir ses combats. Certains n’en valent pas la peine et il vaut mieux abandonner avant qu’il ne soit trop tard. J’ai compris que se battre pour quelqu’un qui ne nous mérite pas n’a aucun sens et ne peut causer que des souffrances.

J’ai compris que me battre pour toi n’a été qu’une pure perte de temps et d’énergie.

Tu m’as aussi appris que l’amour ne se contrôle pas. Il ne peut pas être forcé. On ne convainc pas les gens de nous aimer. L’amour n’est d’ailleurs pas vraiment un choix. L’amour nous tombe dessus, sans crier gare.

Tu m’as appris que l’amour était quelque chose d’extrêmement simple. Un sentiment, une forme extrême de partage qui se manifeste d’elle-même et ne demande qu’à être entretenue. Tu m’as appris que le cœur à ses raisons que la raison ne comprend pas.

Merci de m’avoir permis de me découvrir

Si tu ne m’avais pas quittée, il m’aurait peut-être fallu des années pour me découvrir et me connaître réellement. Des années pour prendre conscience de mes diverses qualités et de tous mes talents. Des années aussi pour accepter mes défauts et apprendre à vivre avec.

Pendant des années, je me suis davantage souciée de toi que de moi. Et ce n’est qu’en y repensant aujourd’hui que je réalise à quel point j’ai été ridicule. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

À force de tout te donner, de te donner le meilleur de moi-même, je me suis oubliée. J’ai oublié de prendre soin de moi. J’ai oublié de m’aimer. J’ai même oublié d’évoluer et de m’améliorer.

Grâce à toi, j’apprends peu à peu à apprécier ma solitude. J’apprends à aimer le temps passé avec moi-même. J’apprends que je suis merveilleuse. Malgré tout ce que tu as pu me dire. Malgré tes plaintes et tes critiques, je suis quelqu’un de bien. Et si j’étais restée avec toi, peut-être que je ne l’aurais jamais compris. Ou en tous cas, il m’aurait fallu bien plus de temps que nécessaire.

Merci de m’avoir aidé à comprendre que je n’avais pas besoin d’un homme pour être complète et entière. Je n’ai besoin ni de toi, ni de personne pour aimer ma vie et m’aimer moi-même.

Merci de m’avoir rendue à la vie

Je le disais précédemment, tu m’as appris à faire le tri. Grâce à toi, j’ai compris ce que j’attendais de la vie et de l’amour. Mais j’ai surtout réussi à mettre le doigt sur toutes les choses que je ne voulais pas.

Grâce à toi, je peux enfin m’ouvrir aux autres et à celui qui sera un jour digne (véritablement) de partager ma vie. Grâce à toi, j’ai compris à quel point l’amour et l’estime de soi étaient essentiels. Sans ça, impossible d’aimer les autres et de les accueillir dans sa vie.

Mais surtout, j’ai aujourd’hui à cœur de chérir et de protéger ceux qui me sont chers. J’ai à cœur d’empêcher ma petite sœur, ma nièce ou n’importe quelle petite fille de tomber amoureuse d’hommes comme toi. Plus jamais.

Merci de m’avoir laissé partir parce que grâce à toi, j’ai enfin compris que la seule personne qui méritait vraiment tout l’amour que je te donnais, c’est moi.

Annabelle S.
Née et élevée à Gatineau, femme au foyer et heureuse maman de 2 enfants. Je suis une grande passionnée, en tout et par tout. Mais ma grande obsession, c’est l'écriture. J’ai toujours écrit, tenu des blogs, gribouillé des carnets par dizaines et récité des poèmes. Les lettres, la littérature c’est dans le cœur et on n’y peut rien.