Skip to Content

Relations toxiques : souffrez-vous du trouble relationnel post-traumatique ? 8 Signes qui indiquent que oui

Relations toxiques : souffrez-vous du trouble relationnel post-traumatique ? 8 Signes qui indiquent que oui

La fin d’une relation amoureuse peut créer des sentiments confus pour les anciens partenaires, dont certains peuvent être conflictuels.

Certains peuvent ressentir un sentiment de soulagement, libérés des des désaccords et des disputes. Alors que d’autres peuvent se sentir déprimés, seuls ou anxieux à l’idée de se frayer un chemin sans leur ancien partenaire.

Il est tout à fait naturel de s’engager dans une période de deuil pour la perte d’une relation.

Cependant, si après une rupture, vous semblez ne jamais pouvoir vous en remettre et modifiez votre comportement, vous devriez peut-être envisager la possibilité que vous souffrez d’un trouble relationnel post-traumatique.

Qu’est-ce que le TRPT ?

Vous ressentez des symptômes qui semblent similaires à ceux du trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Si vous expérimentez une émotion négative et intense qui survient généralement dans le contexte d’une nouvelle relation, de celui d’entrer dans une nouvelle relation ou lorsque vous réfléchissez à votre relation antérieure et/ou manifestez une méfiance prononcée à l’égard des autres et de leurs intentions, vous pourriez alors avoir des difficultés liées à un TRPT.

Le trouble relationnel post-traumatique est un syndrome de santé mentale nouvellement proposé qui survient après l’expérience d’un traumatisme dans une relation intime.

Il peut être défini comme un trouble anxieux qui survient à la suite de l’expérience d’abus physique, émotionnel ou psychologique dans le contexte d’une relation amoureuse.

Voici 8 conséquences qu’il peut avoir dans la vie des personnes qui en souffrent.

1. Vous devenez extrêmement méfiante, presque paranoïaque

Si vous ne vous êtes pas donnée le temps de guérir d’une relation passée, il n’est pas rare, lorsque vous entamez une nouvelle histoire, de vous attendre à ce que de mauvaises choses se reproduisent.

Après avoir vécu une relation toxique, une personne peut souvent se retrouver à mal réagir face à ses amis, sa famille ou face à ses nouvelles relations.

Elle utilisera des schémas de pensées malsains, sera pleine de soupçons ou attribuera par défaut de simples erreurs ou des échecs relationnels comme des attaques ou un franchissement de limites.

Et parfois, être consciente de cette tendance peut être la première étape vers la guérison.

En tant qu’individu avec un historique de relation(s) toxique(s), il est important d’être consciente que vous ressentez peut-être quelque chose de négatif à outrance. Vous pouvez par exemple qualifier une simple erreur de quelque chose de nocif alors qu’il ne s’agit en réalité que d’un malentendu compréhensible.

Les relations dans lesquelles il y a eu violence, agression sexuelle, menaces, tricherie, abus financier, abus émotionnel, alcoolisme, mensonge chronique ou narcissisme de la part de votre partenaire peuvent faire des ravages à long terme sur votre état émotionnel.

Vous vous retrouvez avec un sentiment accru de doute et de méfiance. Et cela pourrait vous prendre beaucoup de temps avant de vous ouvrir à nouveau.

Bien que cela puisse être difficile, parler à un thérapeute ou à un être cher peut vous aider à faire face à tous les problèmes de confiance que vous pourriez rencontrer, ainsi qu’à faire face à tout traumatisme sous-jacent qui persiste.

2. Vous avez des flashbacks & des cauchemars

La plupart des gens considèrent les flashbacks comme quelque chose que seul un vétéran de guerre pourrait avoir.

Mais les personnes qui ont souffert d’une détresse relationnelle extrême peuvent aussi en avoir.

Ils peuvent prendre la forme « typique » d’hallucinations visuelles ou auditives mais ils peuvent aussi être des moments où un événement relationnel traumatique antérieur vous revient de plein fouet.

Vous pouvez le voir, l’entendre, le sentir.

C’est comme si c’était en train de se reproduire à nouveau.

Les femmes qui ont été dans des situations de violence peuvent être particulièrement sujettes à ces épisodes.

Des cauchemars vivaces peuvent également être un signe de TRPT.

Cauchemars où votre ex ou votre conjoint vous quitte ; vous trompe ; où il vous crie dessus, vous ou vos enfants ; vous bat, vous ou vos enfants ou vos animaux de compagnie ; vous ment. Ou ceux dans lesquels vous vous sentez vulnérable, effrayée et en danger.

Les gens peuvent avoir des rêves comme ceux-ci même dans de bonnes relations mais les avoir fréquemment est certainement le signe que quelque chose ne va pas.

3. Cela devient une obsession

Bien qu’il soit normal de penser à votre ex ou à ce qui pourrait mal tourner, soyez à l’affût des signes qui indiquent que cela vire à l’obsession.

Les personnes qui ont un trouble relationnel post-traumatique ont tendance à lutter avec des pensées obsessionnelles sur les relations suivantes.

Elles doutent souvent de leur choix dans les relations et des intentions des autres et peuvent donc avoir énormément de mal à faire confiance.

Cela peut souvent les distraire, les faire agir de manière impulsive, provoquer des difficultés au niveau du sommeil (trop ou pas assez), des pleurs ou avoir une irritabilité constante.

Le processus est tout le temps en marche et vous vous souvenez de vos choix passés ou alors vous êtes submergée par les interactions actuelles et vos peurs qui y sont liées.

Encore une fois, la thérapie sera un bon choix ici pour vous aider à passer à autre chose.

Si vous vous répétez en boucle que vous êtes pourtant une femme intelligente, comment avez-vous pu laisser cela arriver (ou l’inverse, que vous êtes stupide, que ce n’est pas étonnant que cela vous soit arrivée) ou que vous vous demandez constamment ce que vous auriez pu mieux faire, c’est certainement un signe que vous avez besoin d’aide.

À LIRE AUSSI : Empathes et narcissiques, des relations toxiques et souvent violentes

4. Vous pleurez tout le temps

Encore une fois, il est courant et normal de se sentir plus ou moins déprimée après une rupture.

Mais si vous pleurer constamment, au travail, quand vous jouez avec vos enfants ou lors d’autres activités, cela peut être un signe majeur de TRPT.

On dit souvent que le deuil se calcule en mois par rapport à la durée de la relation (3 années = 3 mois), alors certes, chacun va à son rythme mais si vous avez l’impression que vous n’arriverez jamais vraiment à passer à autre chose après un long laps de temps, inquiétez-vous.

Vous devez apprendre à supprimer les pensées maladives qui vous attachent dans le passé.

Il est possible de remplir votre cerveau d’autres pensées, plus saines.

N’hésitez surtout pas à aller voir un(e)  thérapeute ou à en parler à une personne de confiance.

5. Gain ou perte de poids et autres problèmes de santé

Une prise ou une perte de poids soudaine peut être un signe de traumatisme.

C’est ce vieil instinct de combat ou de fuite qui entre en jeu, de manière inconsciente.

Vous devez être plus mince pour fuir plus vite ou plus lourde pour mieux encaisser les coups.

Ou bien vous remplacez simplement l’amour par de la nourriture…

Dans tous les cas, des changements rapides de taille ou de forme peuvent être le signe que vous vous battez contre des pensées qui vous dévorent.

La maladie vous guette, ne prenez pas ce symptôme à la légère.

Lorsque vous marchez constamment sur des oeufs et que vous êtes anxieuse, votre corps utilise beaucoup d’énergie.

Et votre système immunitaire en souffrira, ne vous y trompez pas.

À LIRE AUSSI : 8 Signaux d’alarme indiquant que vous êtes épuisée psychologiquement et émotionnellement

6. Se blâmer pour tout

Une fois qu’une relation traumatique prend fin, il est courant de se sentir comme si vous vous étiez finalement « échappée » ou que vous vous en êtes sortie.

Il y a généralement un énorme soulagement lorsque vous faites enfin vos valises.

Mais une fois que la nouveauté de la rupture s’estompe, il n’est pas rare que des sentiments de culpabilité et de doute de soi se manifestent par la suite.

Il y a une telle dépendance qui est créée dans une relation traumatique qu’une fois que vous vous êtes échappée, il est courant de se demander si vous avez fait le bon choix ou de si c’était vraiment de sa faute.

C’est à ce stade que beaucoup de gens se remettent avec leur ex, histoire de faire disparaître l’inconfort.

Raviver une romance avec un ex peut être bien, dans certains cas.

Mais quand c’est avec un ex toxique, il est important de vous donner suffisamment de temps pour vous adapter, réfléchir à ce que vous avez vécu et voir si c’est vraiment ce que vous voulez faire.

Avec du soutien et l’aide de vos proches, vous constaterez peut-être qu’il vaut mieux passer à autre chose.

7. Sexe à outrance

Les femmes qui ont subi une agression sexuelle peuvent se tourner vers des rencontres uniquement sexuelles pour reprendre le pouvoir sur leur corps.

Maljeureusement, ce n’est pas une façon saine de le faire.

Les femmes atteintes de TRPT voient le sexe comme un moyen d’obtenir l’amour et l’affection qu’elles pensent mériter mais le sexe sans amour n’est juste que cela : du sexe sans amour.

Cela ne veut pas dire que les femmes ne peuvent pas avoir de relations sexuelles occasionnelles et sans prises de tête si elles le veulent vraiment !

Mais la plupart des femmes qui sortent d’une relation traumatisante le font en général pour de mauvaises raisons.

Le sexe ne vous fera vous sentir mieux que temporairement et cela ne fera pas disparaître tous vos troubles émotionnels.

8. S’excuser, tout le temps, pour tout

Beaucoup de gens doutent d’eux et n’ont pas été victimes de traumatisme dans leur passé pour « justifier » de cet état pour autant.

Mais pour d’autres, l’insécurité peut résulter d’un traumatisme.

Si vous sentez que vous avez besoin de vous excuser tout le temps avec votre nouveau partenaire ou que vous êtes constamment confrontée à des doutes et des insécurités, ouvrez l’oeil.

Lorsque vous avez été dans une relation traumatisante, vous développez souvent des schémas d’adaptation pour essayer de minimiser le chaos.

L’un de ces schémas peut être de dire que vous êtes désolée pour toutes vos pensées, sentiments ou actions.

Souvent, un individu dans une relation toxique a entraîné son cerveau afin qu’en s’excusant, il puisse contrôler les schémas de réaction de son partenaire.

Et même une fois qu’un individu quitte la relation malsaine, il peut se retrouver à s’excuser automatiquement.

En agissant ainsi, il essaye de se protéger de la blessure et du jugement qu’il a vécu auparavant.

Comment avancer malgré tout ?

Arriver à garder l’esprit ouvert peut jouer un rôle énorme afin de déterminer si vous pouvez surmonter votre traumatisme.

En d’autres termes, il s’agit de reconnaître que la douleur est réelle et d’avoir la volonté de faire face à votre traumatisme.

Tristesse, douleur, colère, chagrin, la totale.

Et puis, ceux qui arrivent à un tel état d’esprit finissent par se demander « Comment puis-je construire le meilleur avenir possible pour moi-même ? »

La capacité d’accepter des situations qui ne peuvent pas être changées est cruciale pour s’adapter aux événements traumatisants.

Et il en va de même pour le soutien de nos proches.

À LIRE AUSSI : Les 5 Leçons à apprendre après une relation avec un “addict”