Ce n’est pas parce que je suis sympa que je flirte avec toi !

Je suis quelqu’un de sympa ; je souris beaucoup et j’essaie d’être chaleureuse avec les gens que je rencontre. Où est le problème ? On peut avoir l’impression que je flirte alors que ce n’est vraiment pas le cas. Le fait que je sois amicale et que je fasse la conversation ne signifie pas que j’ai envie de sortir avec toi, j’aimerais donc que les gens arrêtent de penser une telle chose !

1. NE PREND PAS MON SOURIRE POUR QUOI QUE CE SOIT D’AUTRE.

Le fait que je discute ou que je rencontre des gens ne signifie aucunement que mon sourire est une invitation à la drague. Mince, un sourire est davantage un signe de sympathie que de drague. Tout le monde sourit et la plupart du temps ça ne veut rien dire de plus, si ce n’est que je suis sympa et d’un abord facile.

2. SUIS-JE EN TRAIN D’EMPIÉTER SUR TON ESPACE VITAL ? PAS DU TOUT !

L’un des signes indiquant le plus clairement que l’on drague est le fait de s’approcher (très prés) de quelqu’un et peut-être même de le toucher, comme par exemple en effleurant légèrement son bras. Je ne fais rien de tel. Je m’en garderais bien, merci beaucoup. J’aimerais que les gens remarquent la manière dont je prends mes distances et croise mes bras lorsque quelqu’un s’approche trop de moi. C’est terrible que certaines personnes voient ça comme une tentative de me la jouer inaccessible.

3. JE SUIS EN FAIT TRÈS TIMIDE.

Je serais vraiment la dernière personne à avoir assez d’audace pour aborder un garçon mais j’ai remarqué que ma timidité agrémentée d’un sourire pousse souvent les mecs à penser « oh, elle est intéressée ». (Reprends-toi, imbécile.) Il existe un paquet de conseils drague disant que lorsqu’une fille est vraiment intéressée par un homme, elle aura tendance à être muette et calme. C’est probablement ma position par défaut.

4. JE NE VEUX BLESSER PERSONNE (ET C’EST PROBABLEMENT CELA QUI M’ATTIRE DES PROBLÈMES).

Une fois que les gens ont appris à me connaître, ma timidité d’estompe et je suis plutôt bavarde. On m’a dit que j’insufflais de l’énergie aux fêtes, même lorsque les participants étaient plutôt ennuyeux. Mais le simple fait que je ne jette pas mon verre à la figure de quelqu’un lorsqu’il essaie de me dire bonjour et me lance une phrase de drague bidon ne signifie aucunement que je sois intéressée par lui.

5. J’AIME DISCUTER.

Une fois embarquée dans une conversation interessante, je me régale — mais discuter ne signifie pas que l’on est intéressée par une quelconque approche romantique. À la minute où je démarre un vrai débat, la personne peut penser que je lui démontre mon intérêt. C’est le cas, mais pas pour elle — pour la conversation fascinante. Une discussion agréable entre une femme et un homme n’est souvent rien de plus.

6. LE FLIRT, C’EST COMME UNE MALADIE : IL A PLUS D’UN SYMPTÔME.

De la même manière qu’une maladie s’exprimera via divers symptômes; la drague ne ne repère pas à l’aide d’un seul signe, tels qu’un clin d’œil ou un sourire. Il y a des tas d’autres signes et je vous garantit que si je suis gentille, je ne vais pas vous abreuver de mille autres signes de drague parce que JE NE SUIS PAS EN TRAIN DE FLIRTER ! Et même si c’était le cas, ça ne veut pas forcément dire que je suis intéressée.

7. JE SUIS MALADROITE ET JE FAIS DES CHOSES MALADROITES.

Parfois, ma timidité peut en remettre une couche et je suis susceptible de devenir maladroite dans mes relations sociales. Ceci peut prendre la forme d’un jeu avec mes boucles d’oreille ou d’une envie compulsive de me toucher les cheveux. Bien-sûr, tout ceci est parfois perçu comme une technique de drague, ce qui me met dans de beaux draps.

8. JE M’INTERESSE AUX AUTRES.

Je me souviens avoir discuté avec un mec que j’avais rencontré en ligne et qui allait chez un ophtalmologiste le lendemain. Je lui ai souhaité bonne chance et lui ai réécrit pour savoir si tout s’était bien passé. Il a trouvé cela extraordinaire et m’a invitée à sortir. Étrange. En vérité, j’essayais juste d’être sympa et j’espérais honnêtement que ses yeux aillent bien. Visiblement, ce n’était pas le cas puisqu’il voyait des choses qui n’existaient pas.