Skip to Content

J’ai gâché les plus belles années de ma vie avec un homme qui se fichait de moi

J’ai gâché les plus belles années de ma vie avec un homme qui se fichait de moi

Tu sais ce que j’aime faire ? Je fais de longues promenades avec mon chien. C’est le moment où je me sens la plus détendue et calme.

D’ailleurs, c’était aussi mon passe-temps préféré lorsque nous étions ensemble mais tu n’as jamais vraiment aimé ces instants de bonheur simple.

L’année dernière, nous avons pris des photos ensemble. Je marchais et tu me disais que j’étais belle. D’ailleurs, nous nous sommes fougueusement embrassés sur ce trottoir.

Maintenant, je me promène pour pleurer toute seule. Je m’assieds sur un banc et je fixe l’eau pendant ce qui semble être des heures, me rappelant tout ce que nous avons fait ensemble.

Nous avions l’habitude de faire des virées en voiture mais, chaque fois que je monte dans ma voiture et que j’écoute de la musique, cela me rappelle toutes les chansons que nous chantions ensemble.

Je sais que tu détesterais profondément la personne que je suis maintenant – je fume et je bois. Et pour toi, c’est presque un péché !

Tu me parlerais de ton frère décédé des suites d’un cancer des poumons et tu te fâcherais vraiment contre moi.

Mais sache que la première fois que j’ai tiré sur ma cigarette, j’ai pensé à toi. Je me suis sentie heureuse de le faire, parce que je savais que tu me détesterais pour ça.

Finalement, j’ai compris que je devais être fidèle à moi-même pour être heureuse.

Tu aimais mes cheveux longs et raides ?! Je les porte courts et bouclés maintenant. Tu voulais que je porte des vêtements amples pour cacher mon corps ?!

Eh bien, j’ai jeté toutes mes vieilles tenues et je me suis offert une tout nouvelle garde-robe. Plus féminine, plus sexy, plus moi… 

Je sais que tu détestais quand je me maquillais. D’ailleurs, pour te faire plaisir j’avais complètement arrêté cette habitude.

Mais maintenant, je me maquille tous les jours et je me sens bien dans ma peau. J’ai l’impression d’être une reine !

Tu adorais que je porte du bleu alors que tu savais parfaitement que je détestais cette couleur. Donc, je me suis aussi débarrassée de tout ce qui était bleu.

Maintenant, je n’en porte plus et je ne possède plus rien de cette couleur.

Chaque fois que je vois une belle voiture, ça me fait penser à toi. Tu avais pour habitude de me montrer du doigt une belle carrosserie quand tu en voyais une.

Tu décrivais même le modèle exact. Ton sourire était si large et si brillant. D’ailleurs, la première fois que j’ai compris que je t’aimais c’est quand nous avons traversé la rue et que tu m’as fait ce fameux sourire.

Tu as mêlé tes doigts aux miens et la sensation de nos mains qui se touchaient était si intense que j’avais l’impression que mon cœur allait exploser.

Je n’oublierai jamais le sourire que tu portais au visage.

Je me suis tellement investie dans notre histoire d’amour.

Quand je suis tombée amoureuse de toi, les émotions étaient si intenses qu’elles en devenaient presque violentes.

J’ai mis toutes les fibres de mon être en toi. Je pensais que tu étais mon âme sœur. Cela semble si bête maintenant. Mais, nous étions jeunes et heureux.

Tu me couvrais de baisers, tu glissais tes doigts dans mes cheveux et tu me disais que tu m’aimais. Maintenant, quand je pense à toi, mon ventre se tord et ma poitrine me fait physiquement mal.

Tu m’as détruite, tout comme je t’ai détruit.

Je t’aime toujours mais tu es passé à autre chose. Et, j’espère que tu trouveras quelqu’un qui te rendra heureux. Mais, moi… Je suis là… Immobile !

Je suis là, à écouter des histoires sur toi qui me fendent le cœur d’une manière qui ne t’affecterait jamais si on te disait les mêmes choses sur moi.

En effet, je t’aimais davantage – je le sais. Tard dans la nuit, je suis seule. Je suis seule pendant la journée aussi.

Je pense à toutes les fois où on se blottissait dans le lit et où tu dessinais des fleurs sur mon dos, du bout de tes doigts.

J’ai encore des frissons en pensant à ton toucher. Je ne peux pas respirer sans toi – j’ai l’impression de me noyer.

On me répète sans cesse, « Réveille-toi ! »

« Tu vas passer à autre chose », disent mes amis.

Je sais que je le ferai mais malgré cela, tu détiens encore une place importante dans ma vie. Et, tu as pris beaucoup de mon temps et de mon énergie et ça, je ne pourrais jamais les récupérer ! 

Je me suis torturée au cours des derniers mois ; il y a un trou dans mon cœur là où tu étais autrefois. Maintenant, j’essaie de combler ce vide mais même mes amis ou ma famille ne réussissent pas à te remplacer.

Il y a tant de choses que je veux te dire sur ma vie, sur ce que je sais, sur ce que je suis devenue. Mais, je ne peux pas. Parce que tu ne me respectes pas, tu ne m’aimes pas, tu ne t’en soucies pas de moi.

Et, c’est ce qui me détruit le plus. Savoir que tu m’as manipulée pour que je devienne cette personne parfaite qui ne fume pas, ne boit pas, ne fait pas la fête et qui reste à la maison avec son petit ami parfait.

J’ai gâché les meilleures années de ma vie avec quelqu’un qui n’en avait rien à faire de moi. Je le regretterai pour le reste de ma vie. 

Je ne suis même pas en colère contre toi. Quand je regarde en arrière, je me dis que tous les signes étaient là. Certes, au départ tu étais sûrement amoureux de moi.

Mais, ça a vite changé ! Ton comportement est devenu de plus en plus toxique. Tu passais de moins en moins de temps avec moi.

Et, tu cherchais toutes les excuses du monde pour ne pas passer des moments en tête-à-tête avec moi. Même quand tu étais physiquement présent, tu étais émotionnellement absent.

Peu à peu, tu as arrêté de t’intéresser à moi. Tu te fichais bien de savoir si j’allais bien ou mal. Quand j’étais triste ou inquiète, tu préférais passer du temps avec tes amis pour ne pas avoir à écouter mes lamentations.

Oui, ton attitude était claire comme l’eau de roche. Pourtant, j’ai fermé les yeux. J’ai ignoré tous les signaux d’alarme.

Je suis en colère contre moi !

On peut dire que l’amour me rendait aveugle. J’avais tellement envie que notre relation amoureuse fonctionne que j’étais prête à tout accepter.

J’étais prête à te regarder draguer d’autres filles devant mes yeux parce que « Ce n’est rien. Je ne fais que discuter avec elles ».

Je voulais me montrer patiente car je pensais que tu redeviendrais l’homme dont j’étais tombée amoureuse. L’homme qui me faisait rire et me rendait heureuse.

Mais, comme le temps passait, tu devenais de plus en plus froid. Tu n’étais plus affectueux avec moi. Et, tu ignorais complètement mes besoins et mes désirs.

« Tu veux aller en week-end ? Eh bien, appelle une copine et vas-y ! ». De femme de ta vie, je suis devenue une option, quelqu’un que tu gardais sous le coude en attendant de trouver mieux.

Et, j’ai tout supporté ! J’espérais encore et encore. Mais, rien ne se passait. Rien ne changeait. En tout cas, rien ne changeait en bien. La situation empirait tous les jours.

Jusqu’au moment où nous n’en pouvions plus. On en avait marre de faire semblant. Tu ne voulais plus que je te « gêne » ou que je t’empêche de vivre une vie de célibataire.

Alors, tu as claqué la porte. Sur le coup, ça a été le choc. Moi qui avais été patiente et tolérante, je me suis retrouvée seule, perdue.

Encore aujourd’hui, je souffre. Mais, maintenant je suis consciente que cette séparation était la meilleure chose à faire.

Le clap de fin !

Je t’aime encore. Si je m’écoutais, je retournerais en un claquement de doigts auprès de toi. Mais, je me bats contre cet instinct.

Je dois écouter ma tête, et non mon cœur. Si je veux guérir mes blessures, je ne dois pas me laisser emporter par mes émotions.

Mais, je dois rester forte. Sache que tu as apporté beaucoup de positif dans ma vie (au départ). Puis, tu as apporté beaucoup de douleur et de confusion.

Je regrette d’avoir perdu mon temps avec toi car il était clair que tu n’avais aucune intention d’avoir une relation sérieuse avec moi.

Donc, oui… J’ai été aveuglée par mes sentiments. Mais, on ne m’y reprendra plus ! Je sais maintenant que je dois faire de mon bien-être, une priorité.

Ainsi, je ne perdrai plus mon temps avec des hommes qui ne me méritent pas. Je ne pourrai jamais récupérer le temps perdu et l’énergie investie.

D’ailleurs, je ne pourrais jamais effacer la douleur que tu as causée ni les larmes que tu as fait couler. Et, j’en suis sincèrement désolée.

J’aimerais pouvoir revenir en arrière et ne jamais t’avoir rencontré…

À lire aussi : Une lettre brutalement honnête pour mon ex