Si tu ne peux pas m’aimer, je ferai en sorte de te manquer

“Un jour, tu me chercheras chez tous ceux que tu rencontreras, mais tu ne me trouveras pas.”

Je ne sais pas quand le jour viendra. Peut-être que je tiendrai la main de quelqu’un, si absorbée par l’attention d’un autre. Je ne remarquerai même pas quand nous allons nous croiser. Jusqu’à ce que tu prononces mon nom.

Je me souviendrai de toi et de tout ce que nous étions, mais plus encore, de ce que nous n’étions pas. Parce que tu ne m’as jamais donné la lumière du jour. Tu m’as donné des morceaux d’une histoire d’amour qui m’a seulement perturbée. Une histoire d’amour où j’aimais quelqu’un qui ne pouvait pas m’aimer en retour.

Mais un jour, mon nom apparaîtra et tu réaliseras à quel point je te manque.

Tu regretteras les petites conversations où on ne parlait que de toi. Tu vas regretter les textos que tu avais l’habitude d’ignorer suivis d’un deuxième. Tu réécouteras les messages vocaux juste pour entendre le son de ma voix.

Tu regarderas mes photos en te souvenant de l’époque où tu étais un personnage principal dans ma vie ou du moins je voulais que tu le sois. Tu te souviendras que je te racontais chaque détail de ce que je faisais. Et ça va te manquer d’avoir quelqu’un à qui dire ces choses.

Quelqu’un qui se souciait vraiment de ton bien-être et de ton bonheur. Tant et si bien que je l’ai mis avant le mien. Tu regretteras les messages qui apparaissent au cours d’une journée chargée.

Tu vas regretter les photos tard le soir qui disent : “J’espère que tu es bien rentré.” Tu regretteras que quelqu’un se soucie de toi même si ce n’était pas réciproque. Tu regretteras simplement que quelqu’un soit là, quelqu’un que tu tenais pour acquis.

Et quand ces moments où je te manque te frapperont comme une bombe, ce que tu regretteras, c’est de ne pas avoir réalisé ce que tu avais quand tu aurais pu l’avoir. Ne pas me donner la chance que je méritais probablement.

Regretter quelqu’un en son absence est la pire façon de regretter quelqu’un. Ça te hante vraiment.

Les “et si” se faufilent dans ton esprit le soir quand tu es dans ton lit, seul ou pire, allongé à côté de quelqu’un qui te fait sentir seul… quelqu’un qui te traite comme tu m’as traitée.

Et peut-être que tu m’enverras un texto juste pour voir comment je vais. Peut-être que tu sera juste curieux de savoir si je me soucie encore de toi. Ça sera probablement toujours le cas. La différence entre nous deux, c’est que je pensais tout ce que j’ai dit pendant que tu tâtonnais dans la confusion en essayant de comprendre ce que tu ressentais pour moi.

Tu ne voulais pas t’en soucier, mais c’était le cas Je pouvais le voir. Mais tu n’a jamais eu à t’inquiéter pour moi. Je te regardais avec la même confiance que j’espérais retrouver.

Mais je ne pouvais pas continuer à attendre ça. Je ne pouvais pas continuer à espérer, à souhaiter, à vouloir et à travailler pour quelque chose que je n’obtenais pas. Même les meilleurs en ont marre d’essayer.

Et tu m’as peut-être blessée au début, mais au final, je passerai à autre chose et je me remettrai de toi. Mais je suis le genre de personne que les gens regrettent, même s’il faut beaucoup de temps pour y arriver. Je suis le genre de personne qu’on n’oublie pas vraiment.

Un jour, ton téléphone s’allumera et tu regretteras que ce ne soit pas mon nom sur l’écran. Un jour, tu entendras des chansons que tu aimais jusqu’à ce que tu penses à moi quand tu les entendras. Ensuite, tu devrais changer de station de radio. Un jour, je te jure que je te manquerai et quand ce jour viendra, je serai partie.