Lettre ouverte au prochain qui prétendra m’aimer

Je suis très sérieuse.

Je n’ai jamais été très douée pour les relations de couple. Principalement, parce que je m’attends aveuglément à ce que tout le monde ait de bonnes intentions et parce que je ne vois que le bon chez les gens. Toutes les relations dans lesquelles j’ai été engagée étaient toxiques ou à sens unique. Mais j’ai toujours vu leur potentiel. J’ai toujours pensé, « un jour, il deviendra un mec exceptionnel. » « Un jour, il fera un mari formidable, un père extraordinaire, etc. » Le problème avec cette idée, c’est que je ne suis jamais arrivée jusqu’à ce « un jour ». J’aurais donné tout ce que j’avais pour un homme, voyant cela comme un investissement pour mon avenir. Je pensais qu’en lui donnant tout ce qu’il était possible de donner et qu’en lui montrant que je tenais réellement à lui, ce « un jour » viendrait et qu’il me rendrait la pareille.

Mais c’est en fait, la chose la plus stupide que l’on puisse faire dans le cadre d’une relation.

Donner, donner tout ce que l’on a à quelqu’un et ne rien recevoir en retour est épuisant, particulièrement quand dès le départ, on n’avait pas grand-chose à donner. Dans une relation de couple, il s’agit de donner et de recevoir, il s’agit de faire des compromis, de soutien et de communication. Mon problème étant que je suis toujours du côté du « donneur » et jamais du côté de « receveur ». Même dans mes relations platoniques et familiales, j’ai toujours l’impression de plus me préoccuper des autres, qu’eux ne se préoccupent de moi. Les gens se lassent de moi et une fois que je n’ai plus rien à donner, ils ne me voient plus aucune utilité et s’en vont. Ça a toujours été comme ça. Et quand, je ne peux pas choisir ma famille, je peux choisir mes amis et ceux avec qui je choisis d’être impliquée.

D’innombrables fois, on m’a utilisée, menti, manipulée et fait passer au second plan. Mais c’est fini. Il y a presque un an (quand mon dernier copain a décidé qu’il n’avait plus « le temps de se préoccuper de mes problèmes » et a déménagé à l’autre bout du pays), j’ai décidé de faire une pause dans mes relations. J’ai décidé de ne plus investir mon temps et mon énergie dans des relations où les efforts ne sont pas réciproques, qu’elles soient platoniques ou amoureuses. J’ai coupé les ponts avec pas mal « d’amis » qui ne m’appelaient que quand je pouvais leur être d’une quelconque utilité et j’ai complètement cessé de chercher toute forme « d’avancée amoureuse ».

Et ouah !

Au cours des 10 mois précédents, j’en suis arrivée à un point où je ne pense même plus au fait que quelqu’un puisse m’utiliser. Je suis devenue excellente pour repérer les signes indiquant une personnalité manipulatrice et complètement désintéressée des rendez-vous amoureux. Je regarde les gens qui m’entourent et quelquefois, j’aimerais rencontrer quelqu’un qui m’aime inconditionnellement mais j’ai décidé de ne plus chercher cette attention activement. Cette fois, je laisserai l’autre faire un peu plus d’efforts. Et jusqu’à ce que cette personne vienne, je ne me concentrerai que sur les manières de m’améliorer.

Mais quand une personne désireuse de s’engager avec moi viendra, je lui dirai les choses qui suivent :

1. Je suis une femme très indépendante. Je gagne ma vie, je paie mes factures et j’allais bien sans toi. Je ne dépends de personne et je sais que ça peut être intimidant mais si tu savais d’où je viens, tu comprendrais pourquoi.

2. J’ai une manière de penser un peu différente de celle de la plupart des gens. J’ai davantage été blessée, de manières différentes, que beaucoup. Donc, j’ai des problèmes de confiance mais si tu me dis la vérité, tout ira bien.

3. Mentir blessera toujours mille fois plus que la vérité.

4. N’en attend pas trop de moi. Je suis toujours du genre à donner mais je refuse de me perdre entièrement et d’être prise pour acquise.

5. J’ai des réserves à propos d’un tas de choses. J’ai été blessée psychologiquement, sentimentalement et physiquement. Alors, quand je me recroquevillerai, s’il-te-plait soutiens-moi.

6. Sache que j’apprécie toujours les petites choses simples. Apporte-moi un verre, fais-moi à dîner ou tout autre petit geste qui me prouvera que tu penses à moi.

7. Je ne témoigne pas de mon affection de la même manière que la plupart des gens. Je serai probablement un peu distante en public, je ne te dirai probablement pas de mots mielleux et mièvres. Mais sache simplement que quand je te traiterai d’imbécile ou que je te sourirai en silence, cela voudra dire que je t’admire et ce sera ma manière de te témoigner mon affection.

8. Il te faut réaliser que, bien que je sois consciente que tu n’es pas tous ces hommes qui m’ont blessée avant, je n’ai aucun moyen de savoir qui tu seras. Et il te faudra abattre de nombreux murs. Il te faudra beaucoup d’efforts pour me prouver ta sincérité. Mais si tu penses que j’en vaux la peine, tu y arriveras.

9. Si tu me prouves ta sincérité et que j’abats ces murs pour toi, s’il-te-plait ne mets jamais tout cela en péril. Je ne suis pas sûre de pouvoir encore supporter une douleur comme celle que j’ai endurée avant.

10. Et enfin, j’adore que l’on me dise à quel point je compte. Je veux t’entendre dire ce que je représente à tes yeux et les choses que tu admires chez moi. Je veux aussi que tu me dises lorsque je ferai une erreur, que nous puissions en parler et y remédier. Je veux savoir ce qui te frustre et en quoi je te rends fou !

Mais surtout, quoi que tu me dises, assure-toi de le penser vraiment.