Relation toxique

Violences conjugales : arrêtons de fermer les yeux ! Nous sommes toutes concernées…

Cet article a pour but d’attirer l’attention des Français sur les violences commises sur les femmes, au sein de leur propre foyer. Âmes sensibles s’abstenir (même si personne ne devrait fermer les yeux sur la réalité du quotidien des femmes battues).

Ce matin, je n’ai même pas la force de sortir du lit. J’ai mal de partout ! Mes muscles sont tendus, chaque centimètre de ma peau est endolorie et mon visage est gonflé.

Je ne suis même pas sûre de me rappeler exactement ce qu’il s’est passé. Au début de la soirée, tout se passait bien.

On est sortis avec des amis et on a fait la fête. Mais, c’est quand on est rentrés à la maison que les choses ont pris une tournure cauchemardesque.

En effet, dès qu’on a franchi le pas de la porte, il m’a mis une gifle. Il a commencé à  me crier dessus en disant que j’avais essayé de draguer l’un de ses amis.

Je ne sais même plus de qui il s’agissait. Il m’a dit son prénom mais sous les insultes et les coups au visage, j’ai dû perdre le fil de la conversation.

Mais, il a sûrement raison. J’ai très certainement fait quelque chose pour mériter cela. Même si, honnêtement, je ne suis pas sûre de ce que c’est.

À un moment, je me suis dit que si j’avouais tout (même si je n’avais rien fait) et si je m’excusais, il allait se calmer.

Quelle idée ! Une fois que je lui ai dit qu’il avait raison et que j’étais désolée, les coups ont repris de plus belle.

Il m’a frappé à la tête avec ses poings… Puis, il m’a donné des coups de pieds dans le ventre et les jambes. J’ai l’impression que sa violence n’avait jamais atteint de tels sommets.

Je pensais que tout s’arrêterait là pour moi. Je pensais vivre mes derniers instants sur cette terre.

Mais, tout d’un coup, il s’est calmé. Ensuite, il s’est approché de moi et il m’a demandé “Pourquoi me forces-tu à faire ça ?”

Le calme avant la prochaine tempête ?

Voyant mon expression d’incompréhension, il a ajouté “Je suis obligé de te frapper pour t’apprendre les bonnes manières”.

Enfin, il a dit qu’il était désolé et qu’il espérait vraiment que cela ne se reproduirait plus. “N’est-ce pas ?” a-t-il ajouté.

J’ai rampé tant bien que mal jusqu’à la salle de bain où j’ai pris une douche alors que monsieur est parti se coucher.

Ensuite, je me suis allongée à côté de lui, effrayée… J’avais peur de partir car je savais qu’il mettrait fin à mes jours.

Mais, j’avais aussi peur de rester car j’étais consciente que ce n’était pas la première fois qu’il levait la main sur moi et que ce ne serait sûrement pas la dernière.

La question qui se pose en fait est : jusqu’à quand mon corps pourra supporter ça ?

Me voilà donc ce matin, face à mon miroir, le visage tuméfié et en sang. Mes yeux sont gonflés mais en même temps ma vue est limitée.

Et, je me demande ce que j’ai fait pour mériter ça. Quand est-ce que ça va s’arrêter ?

Voilà la soirée que j’ai passée. Voilà la vérité sur ma vie de femme battue.

La violence contre les femmes est un sujet encore tabou.

En 2019, le nombre officiel de femmes mortes sous les coups de son compagnon s’élève à 122. Ce qui est une hausse par rapport à l’année précédente.

Et, que nous réserve cette année 2020 ? Très bonne question. On n’est qu’à la moitié de l’année, et le nombre de plaintes pour violences conjugales a déjà atteint des sommets mirobolants.

Est-ce que vous pouvez imaginer ce que ça fait que d’être confinée avec son bourreau ? En effet, en temps normal, les femmes battues ont au moins l’occasion de sortir travailler, d’amener les enfants à l’école ou de voir leur famille.

Mais, durant cette quarantaine, elles étaient à la merci de l’homme qui les fait souffrir, physiquement, psychologiquement et émotionnellement.

Un vrai cauchemar ! 4000… 4000 c’est le nombre de victimes de violences conjugales enregistrées entre le 6 et le 12 avril 2020. Ce qui représente une forte hausse par rapport à l’année 2019 pour cette même période.

On en parle enfin ! 

Le confinement a au moins un côté positif. En effet, alors que le féminicide et les violences conjugales sont toujours des sujets sensibles voire tabous en France, la quarantaine semble avoir attiré l’attention du public général sur l’horreur de la situation vécue par les femmes battues.

En effet, grâce à différents mouvements sur Facebook et Instagram, on peut voir se développer des mécanismes de défense créés par les femmes en danger.

Grâce à des vidéos ou des signaux discrets, elles ont réussi à envoyer des messages à leurs amies pour appeler à l’aide.

Si l’attention a surtout été tournée vers les moyens de communication, cela a tout de même permis de parler de ce sujet qui met en danger de nombreuses vies humaines.

Alors, quand on regarde ces situations de l’extérieur, on peut se demander pourquoi ces femmes ne quittent pas leur bourreau ?

Pourquoi restent-elles avec des hommes qui les maltraitent et se montrent violents ? Il est facile de juger ou de critique.

Mais, s’il vous plaît garder à l’esprit que ces femmes sont sous l’emprise émotionnelle et psychologique de véritables psychopathes.

Des hommes qui se sentent supérieurs parce qu’ils ont la capacité de faire souffrir une femme, c’est-à-dire une personne physiquement inférieure à eux qui ne peut pas leur rendre les coups.

Ces hommes sont complexés et ne trouvent pas leur place dans la société masculine et s’en prennent donc aux femmes pour se sentir mieux.

Le contrôle sous tous les aspects.

D’ailleurs, ce n’est pas la seule forme d’emprise que ces hommes exercent sur leurs compagnes. En effet, de manière générale, ces femmes sont complètement isolées.

La peur que leur famille sache la vérité ou de sortir pour faire découvrir aux gens leurs blessures et leurs cicatrices les forcent à rester enfermer.

De plus, un homme violent a tendance à isoler sa femme afin de pouvoir mieux la contrôler. En effet, de cette façon il peut lui faire croire ce qu’il veut.

Ainsi, il peut lui dire que c’est de sa faute s’il est violent avec elle ou que sa famille refuse de la voir car elle n’est pas une personne bien.

Ensuite, il y a l’emprise économique. De nombreuses femmes battues ne travaillent pas. Elles ne possèdent aucun bien propre.

Donc, elles sont complètement dépendantes de leur mari ou compagnon pour survivre et, parfois même exister.

D’ailleurs, cette situation se complique encore plus quand le couple a des enfants. En effet, en tant que mères, ces femmes veulent protéger leurs petits. 

Mais, elles ont également peur de ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins, une fois seule.

Donc, avant de juger, s’il vous plaît prenez le temps d’essayer de comprendre cette situation dangereuse, toxique et cauchemardesque.

N’oubliez pas qu’aucune de nous n’est à l’abri des violences conjugales !

À lire aussi : Rester avec un partenaire abusif peut vous conduire à souffrir d’un syndrome post-traumatique

Quels sont les signes précoces qui annoncent un comportement violent ?

Si vous souhaitez savoir comme tout cela débute, faites-moi confiance, vous allez être surprise.

En effet, la violence n’apparaît jamais du genre au lendemain. Il y a bel et bien des signes qui peuvent vous permettre de déceler le véritable caractère de votre compagnon.

En effet, au début de votre relation, tout semble parfait. Il est gentil, doux et attentionné. Et, il vous traite comme une véritable reine.

Il y a certes des comportements qui vous mettent le doute mais vous vous dites qu’il a simplement des problèmes personnels qui l’empêchent de se détendre.

Puis, une fois que vous avez baissé votre garde, il assène le premier coup. Et, c’est le début de votre vie de femme battue.

Voici les 10 signes avant-coureurs qui prouvent que votre homme deviendra, tôt ou tard violent (cette liste n’est pas exhaustive) :

1. Il ne s’intéresse qu’à lui.

Il monopolise la conversation, ne s’intéresse pas à ce que vous avez à dire et ne vous écoute pas du tout.

Bref, il est égocentrique et pense être le contre du monde. D’ailleurs, il est persuadé d’être “Monsieur Je sais Tout”.

2. Il est possessif et jaloux.

La possessivité est un masque de l’amour. Ce n’est pas un véritable sentiment d’attachement.

Et, un homme qui manque de confiance en soi va peut-être être anxieux par rapport à vos contacts avec d’autres hommes mais s’il vous demande d’abandonner votre liberté pour accommoder sa jalousie c’est un signal d’alarme.

3. Il n’est jamais responsable de rien.

Quoi qu’il se passe de travers dans sa vie, ce n’est pas sa faute. Il rejette le blâme sur son travail, ses collègues, sa famille et vous.

En effet, il trouve toujours des tas de justifications et d’excuses pour son comportement irresponsable.

4. Votre relation amoureuse devient vite sérieuse pour lui.

Ce genre d’homme cherche à planifier votre futur alors que vous vous connaissez à peine.

En réalité, il cherche à vous piéger avant que vous vous rendiez compte de sa véritable personnalité.

5. Il vous met la pression pour avoir des relations sexuelles.

Il ne respecte pas vos limites ou vos besoins quant aux rapports sexuels. En fait, il vous voit comme un objet qui a seulement pour but de satisfaire ses propres désirs.

Très certainement, il vous explique que le sexe est une preuve d’amour et que vous devez lui offrir du plaisir si vous tenez vraiment à lui.

6. Quand il parle de ses ex, il leur manque toujours de respect.

Vous devez vous méfier d’un homme qui parle de ses ex de façon dégradante ou condescendante. Surtout, s’il vous avoue qu’elles l’ont accusé à tort de violences.

D’ailleurs, s’il vous dit également que vous êtes différente de toutes celles qu’il a connu jusque-là, essayez de comprendre en quoi.

7. Il VOUS manque de respect.

Le manque de respect est la première fondation des violences conjugales. Donc, si votre homme vous rabaisse, dénigre vos opinions ou fait des remarques déplacées, quittez-le.

En effet, son ton blessant et sarcastique est en fait une façon de faire passer ce qu’il pense vraiment pour une blague ou un malentendu.

8. Il ne se comporte pas de la même manière quand vous êtes en privé et lorsque vous êtes en public.

Quand vous êtes avec vos proches ou les siens, il vous traite comme une reine afin de cacher ses tendances violentes.

Mais, lorsque vous êtes seuls, c’est une toute autre histoire. Il est colérique et ne se contrôle absolument pas.

9. Quand il est en colère, il vous fait peur.

L’intimidation même quand elle n’est pas volontaire est le premier signe avant-coureur de violences conjugales.

En effet, c’est un avertissement psychologique que les coups physiques pourraient suivre. Et, l’intimidation se présente sous plusieurs formes : pointer du doigt votre visage, vous pousser, frapper du poing le mur, conduire rapidement, etc.

10. Il abuse des substances toxiques.

Alcool, drogue, etc. Ces substances toxiques ne sont pas la cause de la violence d’un homme.

Mais, elles nourrissent ses peurs et ses anxiétés et le poussent à être plus courageux quand il lève la main sur une femme.

Comment repérer les violences conjugales ?

Si vous pensez que l’une de vos amies ou une membre de votre famille subit des violences conjugales, vous devez essayer de l’aider.

Mais, d’abord, vous devez vous assurer qu’elle est bien sous l’emprise de son partenaire. Voici donc 15 signes révélateurs qui prouvent que vous devez agir.

Côté homme :

1. Son homme a un sentiment de supériorité vis-à-vis de tous ses proches.

2. Il surveille tous ses faits et gestes, même lorsqu’elle est au travail.

3. Son homme essaie de limiter ses contacts avec vous.

4. Il se comporte comme si elle était sa possession.

5. Son homme domine toujours la conversation.

6. Il la rabaisse.

7. Son homme se positionne en victime et essaie de vous faire croire qu’il est déprimé.

8. Il ment ou exagère les situations pour se donner le beau rôle.

Côté femme : 

9. Elle hésite à parler lorsqu’il est présent.

10. Elle s’excuse pour lui ou trouve des justifications valables pour son comportement.

11. Elle annule vos RDV à la dernière minute.

12. Elle s’absente souvent du travail et se dit fréquemment malade.

13. Elle cherche à cacher ses blessures.

14. Elle semble triste, renfermée et craintive.

15. Elle boit beaucoup trop ! 

Comment aider ?

Si vous reconnaissez ces signes révélateurs chez l’une de vos amies, vous devez essayer de l’approcher en douceur.

En effet, dites-lui que vous avez constaté ses blessures et que vous êtes inquiète pour elle. Suggérez-lui de le quitter mais de ne surtout rien lui dire.

En effet, vous pouvez lui proposer de garder ses enfants ou de venir vivre chez vous en attendant de trouver une solution plus stable.

Elle a besoin d’aide et sa sécurité est une priorité. D’ailleurs, vous pouvez l’encourager à déménager peu à peu ses affaires chez vous pour être prête à prendre la fuite en cas de danger immédiat.

Malheureusement, dans certains cas, les femmes continuent de nier les faits malgré les preuves.

Dans ce genre de situation, vous devez simplement lui dire qu’elle peut venir vous parler à n’importe quel moment.

Essayez de comprendre ce qui la bloque. Est-ce la honte ou la peur ? Et, surtout, ne vous mettez pas en colère !

C’est une réaction instinctive de sa part ! Votre frustration ne va qu’empirer la situation.

Or, parler de ses maux et des maltraitances est un choix qu’elle doit faire seule. Rappelez-lui que vous pouvez toujours l’accompagner pour obtenir des renseignements ou de l’aide.

Et, surtout, que sa sécurité (et celle de ses enfants si elle en a) est importante pour vous.

Bref, montrez-lui que vous la soutenez quoi qu’elle décide et qu’elle peut toujours compter sur vous.

Si vous êtes victime de violences conjugales ou si vous connaissez quelqu’un qui subit ce genre de situation, vous pouvez appeler la ligne Femaide, votre maison d’hébergement locale ou la police. N’attendez pas qu’il soit trop tard !

À lire aussi : Harcèlement moral : 10 Signes qui prouvent qu’il abuse émotionnellement de vous