Psychologie

Dépendance affective : comment la reconnaître et y mettre un terme ?

La dépendance affective c’est quand notre confiance en nous et notre estime de soi dépendent entièrement du regard que porte l’autre sur nous. Finalement, on existe seulement à travers les yeux de la personne avec qui on entretient une relation.

Cette relation peut être d’ordre familiale, amoureuse ou amicale. En effet, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens la dépendance affective ne se limite pas au couple.

Ce trouble engendre souvent de la douleur et de la souffrance car on a toujours l’impression de devoir en faire plus pour susciter l’intérêt de l’autre et pour répondre à ses exigences.

On pense qu’on n’est jamais à la hauteur et, dans de nombreux cas, les personnes qui souffrent de dépendance affective pensent qu’elles ne méritent pas d’être aimées ou d’être heureuses.

Alors, comment peut-on précisément définir ce trouble ?

Quelles sont les causes et les symptômes de la dépendance affective ?

Et, peut-on réussir à la mettre sous contrôle voire à la guérir définitivement ?

C’est ce que nous allons essayer de comprendre ensemble dans cet article.

Les différents types de dépendance affective

La dépendance affective est un trouble assez complexe qui n’obéit pas à une seule et unique règle.

Derrière ce trouble se cache souvent de la peur ou des fantaisies quant à sa place dans ce monde et sa capacité à vivre une vie “normale” et accomplie seul(e).

Il existe trois grands types de dépendance affective :

Dépendance affective par rapport à l’environnement social

Ce genre de dépendance affective est caractérisée par le besoin incontrôlable d’être accepté(e) et reconnu(e) par ses pairs. La panique s’installe quand les collègues ou les amis ne font pas assez preuve d’intégration.

Donc, comme la peur d’être rejeté(e) est la pire choses pour les gens qui souffrent de dépendance affective sociale, ils peuvent choisir de devenir invisibles et accommodants juste pour se sentir intégrés.

Ces personnes développent donc un besoin incontrôlable de faire plaisir aux autres en faisant tous les sacrifices imaginables.

Ensuite, elles mettent de côté leurs propres besoins, leurs valeurs et leurs croyances afin de ne pas créer de tensions dans leur environnement social. Bien évidemment, cette situation est complètement destructive, sur le long terme.

Dépendance affective dans le cadre de la famille

La dépendance affective qui se développe dans l’environnement familial est très difficile à reconnaître et à traiter.

Très souvent, les parents souffrent d’anxiété et transmettent ces troubles mentaux à leurs enfants.

Dans ce cadre, l’éducation se fait dans la peur exagérée du monde extérieur et la famille représente alors un cadre sûr et serein.

Ceux qui souffrent de ce genre de dépendance affective ont tendance à surestimer le pouvoir de protection de leur famille.

La confiance en soi n’est pas encouragée car l’idée que chacun des membres de la famille n’est pas capable d’affronter les grands défis de la vie est omniprésente. La famille est alors un refuge mais aussi une prison.

Dépendance affective vis-à-vis du/de la partenaire

C’est bien sûr le type de dépendance affective le plus répandu. Le couple devient la source de réconfort car il protège de la solitude. Du moins, c’est ce que pensent que les gens qui souffrent de dépendance affective.

Pour eux, la relation amoureuse donne un sens à leur vie et est la seule raison d’exister. Les personnes qui ont beaucoup d’insécurités personnelles sont plus susceptibles d’être sujettes à ce genre de dépendance affective.

Elles ne savent pas exactement ce qu’elles sont capables ou incapables de faire donc elles pensent qu’elles sont inutiles et limitées. Elles cherchent donc du soutien et de l’aide auprès de leur partenaire.

Même si ce genre de dépendance affective peut fonctionner pendant un certain temps, au fil du temps, elle se transforme en souffrance.

Le dépendant affectif de son ou sa partenaire peut développer des comportements dangereux comme la jalousie excessive ou la soumission illimitée.

Les causes de la dépendance affective

La dépendance affective ne se présente pas d’elle-même. Elle touche principalement les gens qui ont des problèmes de vulnérabilité et, très souvent, les femmes sont les plus affectées.

Le manque de confiance et d’estime de soi est bien évidemment la source principale de la dépendance affective. Et, deux scénarios donnent naissance à cette carence.

L’enfance et le passé

Comme beaucoup de troubles mentaux, la dépendance affective est en corrélation directe avec votre passé, particulièrement les premières années de votre vie.

Durant leur enfance, les gens qui souffrent de ce trouble ont manqué d’affection, d’amour, de tendresse et d’attention. Ceci est le résultat de l’absence physique ou émotionnel d’un des parents ou des deux.

Peut-être qu’ils travaillaient trop ou qu’ils n’étaient tout simplement pas impliqués dans l’éducation de leurs enfants. Peut-être qu’ils souffraient eux-mêmes d’anxiété et qu’ils l’ont transmise à leur progéniture.

Les scénarios sont variés mais le résultat est le même : la création d’un manque. Ensuite, à l’âge adulte, ces enfants essaient de compenser ce manque par la dépendance affective à un(e) partenaire, un(e) ami(e) ou à d’autres membres de leur famille.

Les relations ratées

Les relations amoureuses, amicales ou familiales toxiques ont un rôle également très important dans le développement de la dépendance affective. Ainsi, si un individu a été en couple avec une personne narcissique, violente ou émotionnellement absente, cela a engendré une baisse de son estime de soi.

Quand vous êtes constamment rabaissé(e) ou maltraité(e) par une personne que vous aimez, vous commencez à remettre en doute vos capacités et vos talents.

Vous ne vous voyez qu’à travers les yeux de l’autre et l’image est généralement négative, dans les relations toxiques.

Donc, quand vous réussissez à mettre un terme à cette relation destructive, vous devez prendre le temps de guérir correctement.

Si cette période de guérison n’est pas respectée, vous entamez de nouvelles relations dans lesquelles vous apportez votre bagage émotionnel.

À lire aussi : Harcèlement moral : 10 Signes qui prouvent qu’il abuse émotionnellement de vous

Les symptômes de la dépendance affective

La dépendance affective peut très souvent donner naissance à des comportements addictifs. Ainsi, les gens qui en souffrent ont tendance à abuser plus fréquemment de l’alcool, des drogues, du jeu ou des médicaments que les autres.

C’est une manière pour eux de fuir la souffrance qu’ils ressentent. Les conséquences de la dépendance affective peuvent se ressentir aussi bien sur la vie personnelle et sociale que sur la vie professionnelle.

Finalement, dans la plupart des cas, elle arrive au résultat tant redouté : la séparation ou la rupture des liens sociaux.

Par exemple, si on prend le couple comme cadre du développement de la dépendance sociale : le dépendant affectif va tout faire pour garder son ou sa partenaire le plus proche possible, ce qui va donner naissance à des comportements possessifs et jaloux.

Et, ce sont ces mêmes comportements qui entraînent la rupture de la relation amoureuse.

Comment peut-on alors reconnaître les symptômes de la dépendance affective afin de pouvoir apprendre à les contrôler voire à guérir entièrement ce trouble ? Les symptômes les plus courants de ce désordre mental sont :

1. Impression de ne pas être assez bien pour être avec une autre personne – Manque d’estime de soi

La base de la dépendance affective c’est bien le manque d’estime de soi.

Le dépendant affectif ne se reconnaît aucune qualité et ne pense pas être digne des autres.

Il a toujours l’impression d’être inférieur et plus faible.

Il voit alors l’autre, ou les autres, comme un/des être(s) presque parfait(s) qui ne le remarque(nt) même pas.

2. Peur obsessionnelle de perdre l’amour

La peur de la perte est exponentielle chez les personnes qui souffrent de dépendance affective.

Elles ont extrêmement peur de se retrouver seules car elles ne pensent pas être capables de fonctionner de cette manière.

Pour elles, l’amour (ou l’amitié) est la seule chose qui leur permette de garder la tête hors de l’eau.

3. Insécurité liée au futur

Que réserve demain ? Cette peur est omniprésente chez les gens atteints de ce trouble.

Les possibilités et les opportunités qu’offre l’avenir sont plus des défis que des occasions de devenir quelqu’un de meilleur et de plus épanoui.

Elles ont une façon de penser très ancré dans le présent.

4. Besoin compulsif d’être proche des autres

Quelqu’un qui souffre de dépendance affective fait toujours tout son possible pour être proche des autres.

D’abord, physiquement en imposant presque sa présence lors des soirées, par exemple, puis émotionnellement, en essayant de créer de force des liens et des connexions spirituels.

Très souvent, il ou elle doit faire face à des barrières car les gens ressentent son impulsivité et le fait qu’il ou elle essaie de s’imposer.

5. Sentiment de culpabilité si la personne qui souffre de dépendance affective estime ne pas faire assez attention à son ou sa partenaire

Comme elle a une faible estime de soi, le dépendant affectif ne pense jamais être à la hauteur.

Il a toujours l’impression de ne pas faire assez d’efforts ou de ne pas s’investir comme il le faudrait.

Il sent que ses relations s’effritent donc il est persuadé que c’est à cause d’un manque d’attention de sa part alors qu’en fait c’est à cause d’un trop d’attention de sa part.

6. Acceptation de la douleur physique et émotionnelle par peur de créer de la distance dans sa relation – Peur de l’abandon

La peur de l’abandon et du célibat est bien évidemment prédominante chez les personnes qui souffrent de dépendance affective.

Elles sont donc prêtes à tout pour garder leurs relations, même les maltraitances, les violences et les manques de respect.

C’est pour ça qu’on voit souvent des cas de femmes battues qui restent avec leurs maris violents.

7. Jalousie excessive

La peur de perdre l’être cher donne naissance à la jalousie incontrôlable et souvent infondée.

Chaque personne qui s’approche du/de la partenaire ou de son ami(e) devient un danger pour l’individu qui souffre de dépendance affective.

Alors, il ou elle commence à espionner ou harceler son être être cher afin de vérifier ses faits et gestes.

8. Incapacité de prendre des décisions seul(e)

La confiance et l’estime de soi sont des qualités nécessaires pour prendre des décisions rationnelles.

Or, une personne atteinte de dépendance affective manque de l’une comme de l’autre.

Donc, elle pense qu’elle n’est pas capable de faire un choix important sans un avis extérieur ou sans le conseil de la personne qu’elle aime.

9. Présence accrue de l’anxiété

Tout est une source de stress. Et, si je faisais fuir mon partenaire ? Et, si ma compagne me trompait ? Et, si… Et, si… L’anxiété est le symptôme le plus évident de la dépendance affective. Se retrouver seul(e) entraîne des troubles anxieux, être entouré(e) d’une foule d’inconnus entraîne des troubles anxieux, etc. C’est une réaction incontrôlable qui témoigne, une fois de plus, du manque d’estime de soi.

10. Insatisfaction chronique

La vie, le caractère, les choix…

Pour faire simple, tout ce qui forme la personnalité ou tout ce qui est issu des choix personnels est une source d’insatisfaction.

La personne qui souffre de dépendance affective a une image négative de soi et donc elle ne peut pas voir ses qualités, ses succès ou ses décisions existentielles comme des réussites.

Elle est entourée de négativité dont elle est la seule source.

Comment y remédier ?

Bien évidemment, pour traiter un tel trouble, vous devez d’abord être conscient de votre état émotionnel et des symptômes que vous manifestez.

Très souvent, la seule solution est la thérapie. Seul un psychologue peut vous aider à comprendre les causes et les conséquences de votre dépendance affective qui est d’ailleurs, au fil du temps, devenu un handicap sentimental.

Bien sûr, vous ne pourrez pas effacer vos expériences passées ni changer votre personnalité.

Mais, en vous concentrant sur votre développement personnel, vous pourrez apprendre à maîtriser les manifestations de votre trouble.

La thérapie va aussi vous aider à trouver les outils nécessaires pour apprendre à vous accepter tel(le) que vous êtes. L’amour de soi est le pilier de la lutte contre la dépendance affective.

Même si c’est un trouble qui ne disparaîtra jamais complètement, comprendre pourquoi vous ressentez une telle peur et un manque affectif aussi présent, va vous permettre de suivre les étapes nécessaires pour retrouver votre équilibre sentimental et j’ai presque envie de dire mental.

En pratiquant des exercices comme des instants de solitude forcée, vous apprendre à gérer votre peur de l’abandon.

En effet, vous devez trouver des activités sportives, artistiques ou spirituelles qui vont vous permettre de vous éloigner de vos proches pendant des moments précis afin de travailler sur votre acceptation de soi, de vos émotions et de vos frustrations.

Le chemin va être long mais il en vaudra la chandelle. L’important c’est d’apprendre à s’aimer et reconnaître ses qualités et ses talents.

En couple, au sein de votre famille ou avec vos amis, vous ne pourrez être heureux(se) que si vous êtes personnellement satisfait(e) de vous-même.

Quand vous serez capable de vivre une vie harmonieuse et accomplie seul(e), vous pourrez avoir des relations beaucoup plus équilibrées avec les autres.

À lire aussi : Sentiment d’abandon : quelles sont les causes et comment le surmonter ?