Skip to Content

À ma relation toxique dont j’avais peur de m’éloigner

À ma relation toxique dont j’avais peur de m’éloigner

Pardon … Mes jeunes années.

Alors que le temps file, la question qui résonne dans ma tête est la suivante : « pourquoi ? » Pourquoi ai-je autorisé une personne aussi peu méritante à recevoir mon amour, mon temps et mon affection ?

Nous aimons tous à croire que nous arriverons à guérir les fêlures que portent les gens en eux, mais ce n’est en vérité pas le cas. Les gens souffrent, les gens ont mal – et c’est en tentant de guérir le cœur blessé d’un autre que le mien à commencer à souffrir.

Lorsque l’on est jeune, vulnérable et sous le charme de quelqu’un, on ne réalise pas que nous ne devrions pas nous écarteler pour que quelqu’un d’autre redevienne complet. J’avais peur de perdre quelqu’un qui n’était pas vraiment mien et je pensais qu’il valait mieux avoir quelqu’un à moitié que pas du tout.

L’ironie, c’est que j’ai grandis dans un milieu sain. Mes deux parents s’aimaient, aimaient ma sœur et moi-même inconditionnellement. Ils suivaient les mêmes valeurs que celles qu’ils nous transmettaient, parmi elles : la loyauté, la miséricorde et l’importance de s’aimer les uns les autres en dépit de nos défauts.

Ces valeurs étaient si profondément ancrées en moi que j’étais incapable de savoir quand il fallait arrêter ou me retirer. J’étais incapable de comprendre que mettre en pratique ces valeurs ne signifiait absolument pas que l’on en ferait de même pour moi en retour. Il m’a fallu du temps pour comprendre que détermination et désespoir étaient deux choses différentes.

Me retourner sur mon dangereux voyage et réaliser qu’il ne s’agissait en fait que d’une impasse fut une prise de conscience amère, mais extrêmement libératrice.

Il est évident que j’en suis sortie différente et surtout, avec un cœur complètement changé. J’ai appris tellement de leçons importantes, certaines belles, d’autres difficiles mais ce qui est certain, c’est que pour me trouver, il a d’abord fallu que je me perde.

On ne comprend véritablement ce que l’on mérite, que lorsque l’on vit quelque chose que l’on ne mérite pas. J’ai appris l’importance de l’estime de soi. J’ai appris qu’il était crucial de ne pas s’assommer de « j’aurais pu, j’aurais dû, si j’avais su, etc. » J’ai appris que pour aimer quelqu’un, il faut d’abord s’aimer soi-même.

Je sais que je ne suis pas la seule à avoir vécu cela et je sais que je ne suis pas non plus la seule à essayer de me l’expliquer avec mes propres mots, mais ce que je sais, c’est que personne ne mérite cela. J’ai vingt ans passés et je ne sais toujours pas ce qu’est vraiment l’amour, mais je sais avec certitude que ce que j’ai ressenti n’en était pas. Je dois encore tellement évoluer, apprendre et vivre – et j’ai la ferme intention de n’être accompagnée au cours de mon voyage que par ceux qui le méritent. Ni plus, ni moins.

Voici comment vous la perdrez : décryptage en fonction de son langage de l’amour
← Previous
Vous finirez par regretter d’avoir perdu cette femme, qui attendait simplement que vous vous repreniez
Next →
Comments are closed.