À toutes les filles s’étant perdues dans leur relation avec un pervers narcissique

Avez-vous déjà aimé un homme si fort, si intensément et si naïvement que vous avez pensé être cette fille chanceuse ayant trouvé son « heureuse pour toujours » en un seul homme ? À moi, ça m’est arrivé. Vous est-il déjà arrivé d’aimer le mauvais garçon et de croire pourtant qu’il était le bon ? À moi, ça m’est arrivé.

Après lui, les choses ont commencé à me glisser entre les doigts. Après lui, le bonheur fut une chose dont je n’entendais plus parler que dans les livres. Et la tristesse se déversa en moi comme un océan de vagues. Les souvenirs se relayèrent et je fus submergée par les sentiments qui les accompagnaient.

Pendant longtemps, je me suis demandé si je serais à nouveau capable de trouver un sens à ma vie. Je me suis demandé si les choses reviendraient à la normale ou si je serais un jour capable d’aimer à nouveau. Dieu sait que l’amour était à mille lieues de moi. Dieu sait que j’avais presque abandonné.

Je n’ai pas toujours été ainsi. Je faisais partie de ces femmes heureuses, toujours reconnaissantes de ce qu’elles avaient. Je faisais partie de ceux qui profitaient de la vie, souriaient et riaient chaque jour et j’étais de ceux qui allaient se coucher en attendant le jour suivant avec enthousiasme.

Mais sortir avec un narcissique m’a changée. Une fois qu’il en eut fini avec moi, je n’étais plus que l’ombre de moi-même. Cet enthousiasme qui était le mien avant que l’on se mettre ensemble s’était transformé en une peur de sortir du lit. Ma joie avait été remplacée par de l’anxiété.

Pendant longtemps, j’ai eu honte de l’avoir laissé me changer. Pendant longtemps, j’ai eu honte de la personne que j’étais devenue mais surtout, j’avais honte de lui avoir donné le meilleur de moi. J’aurais être plus maligne.

Je lui faisais confiance.

Il m’a amenée à lui faire confiance. Il a tout fait pour me convaincre de son soutien et du fait qu’il était mon âme sœur. Il m’a donné l’impression que je pouvais compter sur lui et qu’il ferait n’importe quoi pour moi. Il ne cessait de me faire des promesses et j’attendais qu’il les respecte. Mais il n’en fut jamais ainsi. Parce qu’il m’a amenée à lui faire confiance, simplement pour pouvoir ensuite me trahir.

Il m’a amenée à me sentir en sécurité.

Pendant un certain temps, j’ai cru que je pouvais l’appeler pour une urgence et qu’il viendrait à n’importe quelle heure du jour. Pendant un certain temps, j’ai pensé qu’il était mon coin de paradis — mais il était loin de l’être. Il m’a amenée à me sentir en sécurité pour qu’ensuite je baisse ma garde. Une fois ma garde baissée, sa mission était accomplie parce que j’étais complètement vulnérable à ses attaques. Je n’ai rien vu venir.

Je l’aimais.

J’ai permis à quelqu’un ayant accumulé les relations brisées de faire partie de ma vie. J’ai donné mon cœur, mon corps et mon âme à un homme qui n’avait aucune idée de ce qu’était l’amour. Je l’ai aimé avec chacune des cellules de mon corps. Je lui ai donné mon amour inconditionnellement, irrévocablement, avec abnégation et je me suis perdue en lui. Seulement, parce qu’il m’a convaincue que je serai capable de lui apprendre à aimer. Mais il est impossible d’apprendre à aimer à un pervers narcissique. Ce n’est pas dans leurs gênes. L’amour est seulement un terme abstrait qu’ils ne pourront jamais ressentir.

Je me suis perdue pour un homme incapable d’aimer.

Il m’a fait prisonnière de mon amour.

Je suis restée avec lui en pensant que c’était pour l’amour. J’ai toujours cru en l’amour. Je croyais que les êtres humains avaient été créés à partir de deux corps et d’une seule âme ; et que j’avais trouvé mon âme jumelle, ma moitié en lui. Mais il n’était pas mon âme sœur.

Il a eu le meilleur de moi. Il s’est nourri de ma douleur. Il avait besoin que je sois à terre pour se sentir bien. Et je l’ai laissé faire parce que j’ai été naïve. J’ai fait de ma souffrance une idée romantique et de moi-même une héroïne combattant pour l’amour. Mais en tombant amoureuse d’un pervers narcissique, je n’ai été que stupidité.

Je me suis perdue pour un pervers narcissique …

J’ai arrêté de croire que j’avais de la valeur et que je méritais d’être aimée. J’ai perdu ma confiance. J’ai perdu mon estime de soi. J’ai laissé son égoïsme gagner et je lui ai permis de devenir mon monde. Je l’ai laissé me rendre responsable de tout et je l’ai laissé me manipuler. Rien de tout cela n’était consenti et pourtant, c’est arrivé. Je me suis perdue.

Mais j’ai fini par me retrouver.

J’ai vécu un véritable enfer pour un homme. J’ai été au mieux de moi-même pour lui. J’ai tout donné et je n’ai rien gardé. J’aimerais pouvoir dire que tout cela ne m’a rien apporté mais ce n’est pas comme ça que s’est terminé l’histoire. J’en ai tiré une leçon de vie complète.

J’ai été une épave pendant un certain temps mais je n’allais pas m’autoriser à rester ainsi jusqu’à la fin de ma vie. Cela aurait voulu dire qu’il avait gagné et il était impossible que je laisse cela arriver.

Je me suis ressaisie et j’ai commencé à recoller les morceaux brisés, un par un. J’ai réparé chacun des trous dans mon cœur, un par un. J’ai également arrangé chacun des trous percés dans mon âme. J’ai quitté ma maison la tête haute comme si ce qu’il m’avait fait n’était rien.

Il m’a piétinée de si nombreuses fois que je n’ai eu d’autre choix que de lui montrer la porte de sortie.

En raison de la manière dont il m’a traitée, j’ai pensé que je n’étais pas digne d’être aimée. Ça m’a pris un certain temps, mais j’ai réalisé que j’en étais plus que digne — c’était lui qui ne méritait pas d’être aimé.