Skip to Content

Évitez le burn out familial pour avoir une relation parents/enfant saine

Évitez le burn out familial pour avoir une relation parents/enfant saine

L’épuisement et le stress créent une profonde détresse psychologique incontrôlable. 

C’est ce que l’on appelle le burn out familial.

Le burn out familial est un phénomène dont on parle peu.

Pourtant, ces conséquences peuvent être dévastatrices pour le couple en tant que tel, mais aussi pour la relation parents/enfant.

Les pères et les mères sont souvent tellement pris par la routine quotidienne qu’ils ne réalisent pas qu’ils ne peuvent plus continuer.

Mais il y a des signes auxquels vous devez absolument prêter attention.

Si à un moment donné vous avez le sentiment que vous ne pouvez tout simplement pas suivre le rythme, que vous voulez rendre justice à tout le monde, que vous ne pouvez plus suivre ce que fait chacun et que vous faites du surplace, c’est mauvais.

Et c’est un burn out familial qui s’apprête à exploser.

La première chose à comprendre est que cela devient bien trop intense pour vous.

Quiconque ignore ces sentiments risque des problèmes de santé : fatigue, maux de tête, nausées, etc. 

Cela ne veut pas dire que chaque mal de tête est un signe direct de burn out familial ; il faut regarder le contexte global.

Mais le corps ne dispose que d’une certaine quantité de ressources et lorsqu’elles sont épuisées, cela finit par entraîner des problèmes de santé.

Burn out familial : quand le quotidien devient trop lourd à porter

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez vu votre bébé ?

Quand votre famille et vos amis sont venus vous rendre visite après la naissance et ont apporté des cadeaux ?

Et puis soudain tout est devenu différent.

Vous avez repris le travail, vos amis vous ont dit que vous devez être heureux, après tout vous avez un si joli enfant.

Soudainement, vous remarquez que votre patron regarde à l’horloge avec reproche, alors que vous pensez à la montagne de linge dans la salle de bain qui ne diminue pas.

Votre partenaire n’apprécie pas votre travail et il n’y a pas de temps pour des rendez-vous romantiques à deux.

Cela conduit à un épuisement mental général, d’où le burn out parental puis familial.

Simplement stressé ou déjà malade ?

Soyez honnêtes avec moi…

Combien de fois avez-vous entendu vos parents se plaindre du stress et de l’épuisement ?

Combien de fois vos parents vous ont-ils demandé de vous calmer, car ils ne pouvaient pas s’entendre réfléchir ?

Certes, à l’époque, vous ne les compreniez pas.

Maintenant, tout prend du sens.

D’ailleurs, vous utilisez vous-mêmes ces mots.

Mais où s’arrête la demande excessive et où commence la dépression ou le burn out familial ?

Avez-vous simplement besoin de temps pour vous-mêmes ou avez-vous besoin de prendre vos symptômes physiques et mentaux au sérieux et de vous faire aider par des experts ?

Le manque de sommeil et le manque de temps chroniques sont à l’ordre du jour et vous vous demandez comment jongler avec les enfants, le ménage et le travail tout en gardant l’équilibre ?

Vos enfants vous donnent beaucoup, mais ils exigent aussi beaucoup.

L’image idéale de la famille, telle qu’elle devrait être à l’extérieur, conduit souvent à trop d’engagement et de perfectionnisme.

Ces demandes sont des facteurs clés du burn out familial.

Quels sont les signes du burn out familial ?

Burn out est un terme anglais inventé par le psychanalyste Freudenberger en 1974. Traduit, il signifie « syndrome d’épuisement » et faisait initialement référence à l’état de stress au travail dans les métiers de l’aide.

Le burn out est aujourd’hui plus largement utilisé, même s’il ne repose pas sur un diagnostic généralement reconnu et scientifiquement examiné.

Le syndrome de l’épuisement est classé comme un problème lié aux difficultés de gestion de la vie dans la Classification internationale des diagnostics, CIM 10.

Contrairement à ce que Freudenberg a diagnostiqué, nous savons maintenant que l’épuisement n’est pas seulement le résultat d’un surengagement idéaliste.

C’est ce qui se passe lorsque donner et recevoir sont déséquilibrés au travail, dans la vie privée, dans la vie de tous les jours.

C’est l’excès d’énergie qu’une personne peut gérer physiquement et mentalement.

Le burn out parental ou familial s’exprime dans un sentiment d’éloignement des enfants et dans la conviction que les parents échouent dans leur rôle.

Le burn-out peut entraîner des pensées d’éruption, de l’irritabilité, de la négligence envers les enfants et, dans le pire des cas, des violences psychologiques et physiques.

Lorsque chaque journée commence par des enfants qui traînent ou qui crient, se poursuit par des bagarres pour les devoirs et des repas harcelants, et se termine par des bagarres à l’heure du coucher, l’épuisement des parents menace finalement.

Les symptômes du burn out familial apparaissent progressivement.

Le principal symptôme du burn out parental ou familial est la sensation d’épuisement profond.

Ainsi, le sentiment d’être épuisé se manifeste d’abord émotionnellement, psychologiquement et avec une capacité de performance décroissante.

Seules les plaintes psychosomatiques telles que les maux de tête ou les problèmes d’estomac motivent les personnes concernées à demander l’aide d’un thérapeute.

Plus tôt vous consultez un médecin, meilleures sont vos chances de le maîtriser rapidement.

Le signe d’avertissement numéro un est lorsque vous ne pouvez pas vous calmer, que vous ne récupérez pas correctement et que vous êtes par conséquent moins efficaces.

Vous devez alors dépenser encore plus d’énergie pour accomplir vos tâches.

Cela devient un cercle vicieux.

Les symptômes du burn out familial peuvent être divisés en phases.

Les symptômes du burn out familial dans la phase initiale sont :

  • sentiment d’indispensabilité
  • manque de temps
  • déni de ses propres besoins
  • éviter les échecs et les déceptions
  • restriction des contacts sociaux

1ère phase du burn out familial : les signes d’épuisement

  • agitation
  • manque d’énergie
  • manque de sommeil
  • risque accru d’accident
  • santé vulnérable

2ᵉ phase du burn out parental ou familial : le surengagement devient une attitude de droit

Les parents concernés prennent des pauses plus longues que d’habitude.

Ils entrent de plus en plus dans un état de « résignation intérieure ».

La forte réticence à faire quoi que ce soit signifie qu’ils ne font que ce qui est absolument nécessaire, voire pas du tout.

La capacité à ressentir de la compassion et à se soucier des autres diminue.

Lorsqu’ils traitent avec leurs enfants, la froideur émotionnelle et le cynisme se répandent. 

  • idéalisme qui s’estompe
  • arrêter l’engagement par le stress psychologique perçu
  • sentiment de manque d’appréciation
  • résignation interne : sentiment d’être exploités
  • s’épanouir pendant les loisirs en solo
  • détachement croissant 
  • diminution de la capacité à sympathiser avec les autres
  • froideur émotionnelle et cynisme
  • sentiments négatifs
  • exigences excessives envers le partenaire sans rien donner en retour
  • pas de force et de patience pour passer du temps avec les enfants

3ᵉ phase du burn out familial : des réactions émotionnelles telles que la dépression et l’agressivité

Lorsque le surengagement se transforme lentement en frustration, la désillusion s’installe souvent.

La réalité ne correspond pas à ce que vous voulez.

Soit les parents blâment l’environnement, soit ils s’en prennent à eux-mêmes.

Le premier cas est plus susceptible de conduire à l’agression. Ce dernier contribue à une humeur dépressive.

  • Sentiment d’impuissance 
  • sentiment de vide intérieur
  • estime de soi qui s’effondre
  • pessimisme
  • états d’anxiété
  • abattement
  • apathie
  • manque d’efficacité
  • blâmer le monde extérieur
  • irritabilité, impatience
  • conflits fréquents avec les autres, intolérance
  • colère

4ᵉ phase du burn out parental ou familial : dégradation, baisse des performances

La baisse de motivation et le fort stress émotionnel se traduisent également par de moins bonnes performances après un certain temps.

Les personnes concernées commettent plus souvent des fautes d’inattention ou oublient des rendez-vous.

  • diminution de la créativité
  • incapacité à accomplir des tâches complexes
  • difficulté à prendre des décisions
  • pensée indifférenciée en noir et blanc
  • refuser les modifications

5ᵉ phase du burn out familial : aplatissement, désintérêtž

À cause du burn out, vous avez l’impression d’être seuls au monde.

  • Le manque d’énergie conduit au retrait émotionnel.
  • Les personnes concernées réagissent de plus en plus avec indifférence et s’ennuient.
  • Elles abandonnent leurs loisirs.
  • Elles font un retrait par rapport à leurs amis et à leur famille.

6ᵉ phase du burnout : souffrir de réactions psychosomatiques (conséquences physiques du burn out)

L’énorme stress mental se reflète dans les plaintes physiques.

Des signes psychosomatiques peuvent déjà apparaître dans la phase initiale.

  • troubles du sommeil et cauchemars
  • tension musculaire, maux de dos, maux de tête
  • augmentation de la pression artérielle, palpitations et oppression thoracique
  • nausées et indigestion (vomissements ou diarrhée)
  • problèmes sexuels
  • gain ou perte de poids important(e) à la suite de changements dans les habitudes alimentaires
  • consommation accrue de nicotine, d’alcool ou de caféine
  • sensibilité accrue aux infections

7ᵉ phase du burn out parental ou familial : le syndrome du désespoir (conséquences psychologiques du burn out)

Les personnes touchées sombrent dans une grave dépression d’épuisement.

Il en va de même pour le burn out familial comme pour de nombreuses autres maladies et troubles : plus le problème est identifié et traité tôt, plus il peut être corrigé facilement.

Notamment parce que les symptômes de l’épuisement peuvent se chevaucher avec d’autres troubles tels que le syndrome de fatigue chronique (fatigue) ou la dépression.

Cela complique le diagnostic et nécessite une anamnèse compétente par un spécialiste.

Comment prévenir ou soigner le burn out familial ?

Précisément parce qu’il n’existe pas de traitement standard du burn-out parental ou familial, le traitement doit être adapté aux parents et à leur situation de vie.

Dans les cas bénins, on peut souvent faire beaucoup avec la gestion du stress, la gestion du temps, les techniques de relaxation et la clarification de ses propres objectifs :

1. Abandonner – atteindre 

Cela aide à examiner de près vos propres attentes et à abandonner les attentes irréalistes.

Les parents touchés par le burn out familial devraient essayer de définir des objectifs réalisables afin de se motiver et de se détendre.

2. Changer – s’améliorer 

À la maison, il est utile d’échanger des idées de manière plus intensive, de résoudre ou de confier des tâches à tous les membres de la famille.

Continuez à vous entraîner et commencez avec une nouvelle motivation.

Encourager tout le monde à assumer de nouvelles responsabilités, même si la situation n’offre pas toujours de marge de manœuvre en la matière.

3. Échouer – faire face 

La peur de l’erreur ou du risque est source de stress.

La recherche de reconnaissance et d’éloges peut être désamorcée dans le cadre du coaching et de la thérapie comportementale par des stratégies alternatives afin de gérer sereinement les conflits et de se démarquer de manière appropriée.

4. Distraire – se détendre

Les personnes qui se sentent épuisées ont besoin de pauses plus longues, qu’il est préférable d’intégrer à leur emploi du temps.

Distraction avec de la musique, des photos de famille ou d’amis ou une vue sur la campagne.

Le training autogène, le yoga, la relaxation musculaire progressive ou encore un thérapeute aident à réduire et détendre les phases de stress.

5. Sortir – participer 

Les partenaires, les amis ou la famille peuvent aider à participer à nouveau au monde extérieur.

6. Vivre – bouger 

Bien manger et dormir suffisamment, combinés à une bonne quantité d’exercice et de sport, ramènent la vie en équilibre

Les thérapies aident à surmonter les vieux schémas de burn out familial

La condition préalable à toute thérapie est la prise de conscience qu’un problème d’épuisement existe réellement.

L’objectif est d’apprendre des stratégies pour faire face au stress actuel, renforcer la confiance en soi et trouver des perspectives réalistes.

Par exemple, les parents apprennent à percevoir et à exprimer leurs sentiments plus clairement.

Ils s’entraînent pour mieux résister à la pression extérieure.

Ils pratiquent la gestion des conflits et du stress. 

1. La relaxation est la meilleure technique contre le burn out familial

L’entraînement autogène ou la relaxation musculaire progressive peuvent réduire et soutenir les symptômes de l’épuisement.

2. La psychothérapie contre le burn out parental

Étant donné que les raisons qui conduisent à ce trouble sont très différentes, l’orientation de la thérapie et la méthode sont également différentes pour chaque individu.

3. La thérapie comportementale

Avec l’aide de la thérapie cognitivo-comportementale, les idées fausses et les schémas comportementaux que les patients épuisés ont souvent intériorisés peuvent être résolus. 

Pour de nombreuses personnes souffrant d’épuisement, l’accent est mis sur le développement d’une estime de soi plus stable.

4. La thérapie de groupe

Pour de nombreux parents, il est initialement peu familier de partager leurs propres problèmes avec un groupe d’inconnus au départ. Mais cela a un effet soulageant.

5. La thérapie corporelle, santé et sport

Les parents apprennent à percevoir les tensions physiques causées par la peur et le stress.

Si la tension physique est délibérément relâchée, le psychisme se détend également.

6. Les thérapies dans les cliniques pour l’épuisement 

En cas de burn out sévère, un séjour dans une clinique peut avoir du sens.

Outre les approches psychologiques approfondies, la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie systémique et la thérapie de groupe, cela inclut souvent la thérapie corporelle, l’art-thérapie ou l’ergothérapie.

7. Les médicaments contre le burn out familial

Dans les cas graves, le médecin peut également prescrire des médicaments – appelés antidépresseurs, par exemple du groupe des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine.

Ces médicaments augmentent l’effet de la substance messagère sérotonine.

Des effets secondaires se produisent, tels que nausées, diarrhée, troubles du sommeil, perte d’appétit, baisse de la libido, dysfonction érectile et troubles de l’éjaculation ainsi qu’agitation et excitation intérieures. 

À lire aussi : Épuisement mental et émotionnel, voici les 10 Signes alarmants