Skip to Content

7 Signes qui prouvent que vous abusez dans votre rôle de parent parfait

7 Signes qui prouvent que vous abusez dans votre rôle de parent parfait

Un parent peut-il être un parent trop parfait ? Un parent trop présent ? Oh oui… Et comme tout ce qui est “trop”, ce n’est bon ni pour le parent ni pour l’enfant.

Comme tous les parents, vous voulez le meilleur pour vos enfants. En tant que maman, vous voulez être sûre de donner suffisamment d’amour et d’attention à chacun de vos enfants.

Vous voulez qu’ils aient de la nourriture sur la table, des habits sur le dos et un toit au-dessus de la tête. Mais vous désirez aussi qu’ils aient tous les jouets possibles et surtout les gadgets les plus modernes.

Bref, vous vous pliez en quatre pour satisfaire tous les besoins primaires, essentiels, mais aussi superficiels de vos enfants. Ce que tous les parents devraient faire, non ?

Mais est-ce que vous vous êtes déjà posé la question suivante : “Est-ce que j’en fais trop ?”.

Vous êtes épuisée par tout ce que vous faites, car vous alourdissez davantage votre charge mentale. Vous pensez constamment en donner trop peu à vos enfants, alors que vous en donnez beaucoup trop.

Comment ? En étant trop zélée.

Si vous faites partie de ces parents qui savent consciemment que parfois ils peuvent vraiment exagérer et même si vous ne le voulez pas, vous ne pouvez pas vous en empêcher – vérifiez brièvement si votre exagération est normale.

Si vous répondez OUI à plus de la moitié de ces questions, essayez de vous demander si vous êtes vraiment un bon parent ou un parent qui en fait trop ?

1. Est-ce que vous leur offrez constamment des récompenses matérielles ?

Si tu obtiens, au moins 18/20 en mathématiques, je t’achèterai ce que tu veux.

Est-ce que vous gâtez trop votre enfant ? Tout ce que vous demandez à votre enfant est toujours motivé par une récompense, une carotte.

S’il fait ci, vous lui donnerez ça. De nombreux parents font cette erreur. À quelle fréquence votre enfant fait-il quelque chose juste pour obtenir une récompense ?

Que pensez-vous que votre enfant en a vraiment retiré ? Qu’obtenez-vous en plus de l’acheter ? Une fois adulte, votre enfant s’attendra toujours à être immédiatement récompensé (par son patron, sa/son partenaire, etc.).

2. Leur offrez-vous votre aide, sans qu’ils la demandent ?

Non, tu ne sais pas faire… Laisse-moi, je vais t’aider.

Souvenez-vous simplement de la fois où vous avez ouvert leur paquet de chips ou de bonbons ou lorsque vous avez lacé (pour la millième fois) leurs chaussures.

Oui, vous savez peut-être faire les choses plus vite, mais pourquoi ne pas laisser votre enfant apprendre mieux et plus vite ? Laissez-le lutter. Il n’y a pas d’apprentissage sans douleur et sans obstacles. Je suppose que vous le savez très bien.

3. Est-ce que vous les félicitez tous les jours ?

Ouah, bravo… Tu as mis ton assiette dans l’évier.

Il est bien de louer ses enfants, mais pas toujours ! C’est une chose quand un enfant est petit et commence tout juste à apprendre – alors la louange est un acte d’apprentissage.

Mais à mesure que l’enfant grandit et que le parent continue à féliciter constamment son enfant pour chaque petite chose, cela devient une exagération purement inutile.

Si vous pensez exagérer, réduisez un peu le nombre de louanges et réduisez-les uniquement aux louanges réelles et méritées. Laissez-le faire de son mieux pour mériter des éloges.

4. Faites-vous les tâches attribuées à vos enfants à leur place ?

Ce n’est pas grave, je vais faire ton lit. Va jouer !

La maison est le lieu où les enfants apprennent le plus – de leurs parents et des exemples de tous les jours. Mais lorsque les parents jusqu’à l’âge de huit ou neuf ans ne confient toujours aucune tâche à leurs enfants, comment peuvent-ils s’attendre à ce que ces enfants soient prêts à devenir membres à part entière de la famille.

Disons que la cuisine est le meilleur endroit pour commencer, car un enfant de quatre ans peut (et doit) savoir comment nettoyer quelque chose ou faire des tâches simples.

Par exemple : ranger une assiette sale, mettre des chaussures, ranger les chaussures, plus tard couper du pain, préparer le petit-déjeuner et nettoyer les miettes, étendre le linge propre, passer l’aspirateur et ranger sa chambre.

Et tant que vous considérez votre enfant petit pour ça et que vous ne le laissez pas contribuer autant qu’il le peut, pensez-vous que c’est ainsi que vous faites vraiment le mieux pour votre enfant et votre famille ?

5. Répétez-vous constamment la même chose, parce que vous savez mieux après tout ?

Combien de fois est-ce que je t’ai dit de mettre ton linge sale dans la corbeille ?

Les mères modernes gâtent et surprotègent leurs enfants. Comme pour vous, il en sera de même pour vos enfants. Alors laissez-les apprendre par eux-mêmes.

6. Est-ce que vous attendez trop d’eux, ou pas assez ?

Le plus important, ce n’est pas de participer. C’est de gagner !

Il y a trop de parents aujourd’hui qui attendent si peu de leurs enfants parce qu’ils ne veulent pas les accabler des responsabilités dont ils sont capables.

D’un autre côté, il y en a trop qui attendent trop de leurs enfants et qui veulent les voir faire des dizaines d’activités et exceller dans toutes. Il n’y a plus de juste milieu. Et ce n’est pas bon pour eux.

Cela n’envoie pas un bon message aux enfants, cela ne leur apprend pas ce que chaque enfant, à son âge, devrait savoir et être capable d’accomplir.

7. Pensez-vous qu’il vaut mieux anticiper leurs erreurs ?

Non, ne fais pas ça ! Tu vas te faire mal…

Même si vous êtes sûre à 100% que votre enfant est sur le point de faire une erreur (ceux dans l’enfance ne sont pas fatals, pas de soucis, car nous ne parlons pas de sauter d’une falaise, mais de choses ordinaires du quotidien) laissez l’enfant faire une erreur.

C’est la meilleure école, même s’il s’apprête à répéter la même erreur plusieurs fois. Vous savez qu’on apprend des erreurs, que chaque erreur peut être corrigée et que votre enfant doit acquérir de l’expérience afin d’être prêt à accepter le fait que cette voie n’est peut-être pas la meilleure.

Les enfants sont des enfants et bien qu’il soit très agréable d’avoir un petit enfant à la maison qui, oh, grandit si vite, d’avoir un enfant de 18 ans à la maison qui n’est pas habitué à être un membre à part entière de la maison et ce n’est pas génial.

À lire aussi : Parent ou enfant problématique : 6 Types de parents qui ruinent leurs enfants