3 Choses qui se produisent lorsque l’on décide de rester ensemble « pour les enfants »

En France, près de 45% des mariages se soldent par un divorce.

Mais ce simple mot continue à être stigmatisé – surtout lorsque des enfants sont impliqués. Beaucoup de couple se sentent obligés de rester dans un mariage qui ne fonctionne pas pour le bien de leurs enfants. Ils sacrifient leur propre bonheur dans le but d’élever des enfants équilibrés, non atteints par les défis que suppose le divorce. Bien-sûr, leur intention est louable. Mais malheureusement, l’impact produit sur la famille n’est pas toujours positif.

Des parents mariés ne sont pas toujours la garantie du bonheur, de la sécurité ou de la stabilité. En fait, ce peut même être tout le contraire.

Voici 3 choses à prendre en compte dans le cadre d’une telle situation :

1. Vos enfants intérioriseront votre comportement l’un envers l’autre.

Volontairement ou non, vous et votre époux êtes à l’origine du schéma relationnel qu’auront vos enfants. Ils apprendront comment traiter les autres à partir de vos rapports l’un envers l’autre. Ils apprendront qu’attendre d’un partenaire – respect ou mépris, rancune ou compassion, considération ou manque d’intérêt – à partir de vos interactions avec votre époux. Comme James Baldwin l’a écrit : « les enfants sont rarement doués pour écouter leurs ainés, mais ils excellent dans l’art de les imiter ». Réfléchissez à vos choix maritaux. Réfléchissez à vos interactions quotidiennes et à votre comportement. Réfléchissez à qui vous êtes et à comment vous vivez votre vie. Est-ce ce que vous souhaitez pour vos enfants ?

2. Les rancœurs viendront – et pas seulement entre vous et votre partenaire

Les enfants trouvent toujours quelqu’un à blâmer pour les conflits et la tristesse du quotidien. Il est possible qu’il prenne le parti d’un parent plutôt que de l’autre – une dynamique courante et tragique, que l’on remarque souvent chez les enfants au cours d’un divorce. Il est aussi possible qu’ils choisissent un bouc-émissaire : un voisin charmeur, un frère ou une sœur ennuyeux(se) ou cette famille qui semble parfaite et fréquente la même église que vous. Le plus souvent, ils trouvent surtout un moyen de s’en vouloir à eux-mêmes, des problèmes que traverse la famille. Cela peut donner naissance à un manque d’estime de soi, à de la culpabilité, à de l’anxiété, à des problèmes de gestion de la colère ou même à une dépression. Le traumatisme de voir sa famille se briser peut intervenir, sans que la procédure de divorce à proprement parler soit entamée. Beaucoup de familles l’expérimentent quotidiennement.

3. Vos enfants vivront en plein conflit

Beaucoup d’adultes pensent que les enfants ne ressentent pas les tensions familiales, du moment qu’ils n’y sont pas impliqués directement. C’est faux. Qu’ils écoutent une dispute ou sentent simplement les tensions lors du dîner, vos enfants en savent bien plus que vous ne le pensez – et cela les affecte profondément. Le conflit « sain » est une chose. Après tout, aucun foyer n’est complètement paisible. Les désaccords ponctuels apprennent aussi aux enfants à se réconcilier, à pardonner et à faire des compromis. En revanche, si votre foyer ressemble le plus souvent à une zone de guerre, il est peu probable que vos enfants s’y sentent bien et en sécurité.

N’apprenez pas à vos enfants à se contenter du minimum.

Apprenez-leur à se surpasser. Montrez-leur ce que sont le respect de soi, l’indépendance et des limites saines. Un jour, ils vous en seront sans doute reconnaissants.