L’anxiété n’est pas un choix (alors s’il vous plaît, arrêtez de nous dire de “nous détendre”)

Beaucoup de gens pensent que les personnes souffrant d’anxiété ou de dépression peuvent se réveiller un jour et décider “d’aller mieux”. Que nous pouvons nous réveiller un jour et décider de sourire, de boire du café et d’y faire face.

Je suis désolé de briser votre rêve mais l’anxiété n’est pas quelque chose que nous pouvons choisir d’avoir un lundi, et choisir de ne pas l’avoir un dimanche. L’anxiété n’est pas une décision. Ce n’est pas une chose volontaire que nous voulons avoir dans nos vies, jour après jour.

Ce n’est pas un choix.

Certains jours, nous en sommes libérés. Nous pensons que nous sommes en sécurité, et peut-être que, peut-être, juste peut-être, elle disparaîtra pour de bon. Mais, elle se faufile quand on ne regarde pas. Elle apparaît dans les coins les plus sombres de nos esprits. Elle saute devant nous au moment où nous nous sentons à l’aise. Elle nous ébranle encore et encore, sans aucun avertissement.

Nous ne pouvons pas simplement “choisir d’être heureux”. Nous ne pouvons pas nous contenter de “nous détendre” ou de “fumer un joint et se détendre”. L’anxiété n’a pas de bouton pause dans nos esprits. La dépression n’a pas de bouton d’arrêt sur notre cerveau. Et elles n’ont aucun bouton “eject”.

En nous disant de nous détendre ou de nous calmer, vous minimisez notre maladie. Vous minimisez l’importance qu’elle a dans notre vie quotidienne. Et vous dites que l’anxiété n’est pas quelque chose à prendre au sérieux. Que ce n’est pas une véritable “maladie” et qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

Pourriez-vous dire à quelqu’un qui a une jambe cassée d’arrêter de réagir de façon excessive et de “continuer à marcher” ? Pourriez-vous dire à quelqu’un qui a le cancer de “sourire” et de “laisser tomber” ? Pourriez-vous dire à une personne atteinte de sclérose en plaques ou de douleur chronique de “se détendre et de cesser d’être aussi dramatique” ? Je ne pense pas que ce soit le cas.

Alors s’il vous plaît, arrêtez de nous dire de sourire quand nous ne savons pas comment. Arrêtez de nous dire de mettre de la musique joyeuse et de choisir d’être heureux. Arrêtez de nous dire que nous n’avons rien à craindre, alors que c’est tout ce que nous savons faire. Arrêtez de juger ce que nous ressentons chaque fois que vous avez une idée de ce que nous vivons.

Vous ne saurez jamais ce que nous ressentons si vous ne passez pas une journée dans nos chaussures, et une journée dans notre esprit. Vous ne saurez jamais ce que nous traversons à l’intérieur de notre cerveau à chaque seconde de la journée. Vous ne saurez jamais ce que c’est que d’être en proie à un nuage sombre qui vous suit tout le temps.

Et vous ne saurez jamais ce que c’est que de craindre pour votre vie, d’être constamment dans la panique et d’être constamment rempli de “et si” ?

Donc, avant d’essayer de nous faire nous sentir mieux en nous disant de nous calmer, n’oubliez pas que l’anxiété est une maladie mentale. La dépression est une maladie mentale. C’est une maladie. Pas une vision de la vie. Ce n’est pas un stade dont nous allons sortir. Et pas un cri pour attirer l’attention.

Croyez-moi, si on le voulait, on se détendrait. On se calmerait. Nous empêcherions nos pensées d’entrer en territoire dangereux. Croyez moi. Nous prendrions une “pilule de détente” si nous le pouvions. Si nous en avions la capacité, nous le ferions aussi vite que possible.