AnxiétéParentalité

11 Points qui confirment que vous avez été victime d’abus émotionnels dans votre enfance

Il est difficile pour de nombreuses personnes, même une fois l’âge adulte atteint, de se libérer des cicatrices et de la douleur d’avoir grandi dans un environnement émotionnellement violent.

La violence émotionnelle peut aller d’un parent qui vous ignore à un parent qui critique tout ce que vous faites.

Lorsque les personnes qui vous ont donné(e) la vie ou qui sont censées être celles qui devaient prendre soin de vous, soulignent constamment à quel point vous êtes nul(le) et insistent sur votre absence de qualités, la douleur s’infiltre dans votre tête et peut y rester toute une vie.

La violence émotionnelle est un problème difficile à traiter

Il existe des maisons d’hébergement pour celles et ceux qui subissent des violences physiques ou sexuelles mais si vous ne vivez “que” des violences émotionnelles, il y a peu de ressources pour vous aider.

C’est encore plus problématique pour les enfants et jeunes adultes : il est difficile de partager avec qui que ce soit ce que l’enfant vit car le conseiller à l’école pourrait alors contacter les parents, qui se moqueraient  plus que certainement de la situation.

“Tu n’es qu’un enfant trop fragile”, “Pourquoi est-ce que tu racontes ça à l’école ?”, “Tu verras quand tu auras des enfants comme c’est difficile, tu dramatises”, etc.

Cela risque finalement de se retourner contre la victime, qui aura l’impression qu’il n’y a personne qui puisse la comprendre. Cela pourrait aussi la mener à penser qu’elle est effectivement trop fragile et qu’elle exagère.

Qu’est-ce que la violence émotionnelle ?

On peut la définir simplement par : le rabaissement des sentiments d’une personne qui l’amène à se percevoir comme incompétente, peu ou pas digne d’être aimée, qui n’a aucune valeur.

La douleur et les sentiments d’inutilité qui résultent d’un tel traitement sont immenses. 

Après tout, si les personnes qui théoriquement devraient se soucier le plus de vous dans la vie trouvent constamment des moyens de vous rabaisser et de montrer à quel point vous êtes stupide et inutile, arrivera un moment où il sera difficile de croire que ce n’est pas vrai.

Les conséquences quand l’enfant devient adulte

Beaucoup de gens peuvent passer des années à essayer de surmonter ces sentiments d’inutilité. Le combat qui consiste à trouver des moyens d’assurer une confiance en soi vraie et durable est long.

Cela peut se faire par la thérapie, par des discussions avec des amis compréhensifs ou d’autres membres de la famille, par des contacts avec des cellules de victimes.

Les cicatrices de la violence émotionnelle sont souvent invisibles, jusqu’à ce qu’elles se manifestent par des explosions de colère ou des sentiments de tristesse ou de dépression. L’anxiété et l’inquiétude sont aussi souvent le résultat d’avoir vécu une enfance violente sur le plan émotionnel.

L’impression d’être en danger, de se sentir perpétuellement vulnérable sont monnaie courante.

Si vous avez ou avez eu une relation tendue avec vos parents et pensez que votre attitude actuelle pourrait être le résultat de leurs actions, recherchez les 11 signes suivants. Ils devraient vous indiquer que vous avez eu un parent émotionnellement violent, selon des experts.

1. Vous avez des relations malsaines avec les autres

Il est extrêmement difficile d’avoir des relations émotionnelles saines lorsque l’exemple donné par vos parents semble montrer l’inverse. Si on vous a appris à vous lier aux autres en étant passif-agressif, manipulateur, ou à ne pas trop vous connecter à autrui parce que vous pourriez être blessé, tout cela peut provenir de l’enfance.

Les relations avec les parents sont la première relation que vous nouerez et elles peuvent avoir un effet domino plus tard dans la vie.

La capacité de s’engager dans des modèles de relations saines est liée aux compétences émotionnelles sociales.
Lorsque les enfants subissent une prise en charge émotionnellement abusive, la confiance est compromise et la capacité à nouer et à maintenir des relations saines est altérée.

2. Vous avez une faible estime de soi

Une exposition persistante à la dépréciation, à la réprimande, aux injures et à la punition verbale brise le sentiment de compétence d’un enfant et forme une base de doute, de haine de soi et d’inutilité.

Cette violence émotionnelle annihile tout espoir, la moindre fierté et motivation. Il existe d’ailleurs un risque considérable de problèmes de santé mentale tels que la dépression ou une faible capacité de réguler ses émotions de manière fonctionnelle une fois atteint l’âge adulte.

Faire face à la violence verbale en grandissant n’est pas facile. Être constamment critiqué et se voir répéter que vous n’étiez pas à la hauteur est quelque chose qui ne pourra que rester avec vous.

Mais il est important de se rappeler que ce que l’on vous a dit lorsque vous étiez plus jeune n’est pas nécessairement la vérité et que votre estime de soi peut être reconstruite à l’âge adulte.

Et si c’est le cas pour vous, n’hésitez pas à parler à d’autres proches ou à un professionnel de la santé mentale. Ils peuvent vous aider à défaire certaines de ces notions qui vous ont été posées dès votre plus jeune âge.

3. Vous êtes très pessimiste

L’exposition à long terme à la négativité et aux attaques personnelles endommage les fondements de l’espoir. Cela crée une perception de soi négative qui se solidifie avec le temps.

Lorsque vous grandissez, si tout ce que vous avez entendu était une vision négative des choses, il peut être difficile de voir les points positifs par la suite.

Les parents qui ne vous ont montré que les aspects sombres de la vie vous montraient encore une fois l’exemple et c’est quelque chose qui pourrait encore vous affecter en tant qu’adulte.

Mais cela ne doit pas nécessairement être le cas pour vous. En parlant avec un professionnel, il pourra vous apprendre à voir les points positifs de chaque situation, même les mauvaises.

4. Vous réprimez vos émotions

Les enfants apprennent à réprimer leurs émotions pour survivre à la douleur des attaques émotionnelles et mettre fin aux sentiments est nécessaire à leur survie psychologique.

Réprimer ses émotions est un mécanisme d’adaptation que vous avez dès lors peut-être développé dans l’enfance pour faire face à la violence émotionnelle de vos parents.

Si vous ignorez un sentiment, vous n’avez pas à le ressentir et vous pouvez avoir l’impression de rendre votre vie plus facile dans les circonstances extrêmes.

Mais ce mécanisme d’adaptation peut présenter des difficultés plus tard dans la vie car il peut rendre difficile la relation avec les autres.

Si vous éprouvez des difficultés à faire face aux émotions ou à avoir des relations avec les autres, cela peut être un indicateur de violence émotionnelle subie dans votre enfance.

5. Vous avez besoin d’être le centre de l’attention

Un enfant qui ne reçoit pas d’éloges, de reconnaissance ou d’acceptation, grandit en désirant plus que tout de pouvoir se connecter aux gens tout en recherchant une attention positive.

La violence émotionnelle affame un enfant en terme d’amour et d’affection, ce qui entraîne souvent un besoin démesuré de vouloir plaire, d’être aimé.

Si on a fait preuve de négligence à votre égard dans votre enfance ou que vous n’avez reçu qu’une attention négative, il peut être naturel de rechercher la validation émotionnelle et l’attention d’une autre manière.

Même si vous êtes dans une situation stable à présent, avec des gens positifs autour de vous, vous pourriez avoir tendance à être très demandeur de compliments, à toujours rechercher activement ce dont vous avez été privé quand vous étiez enfant.

6. Votre parent vous a excessivement taquiné

Il est permis de plaisanter mais certaines taquineries peuvent franchir la ligne très facilement.

S’il vous semble avoir souvent été mis à part ou moqué au sujet de vos insécurités, cela peut être considéré comme abus émotionnel, surtout si les taquineries étaient une forme de manipulation pour garder votre estime de soi faible.

Les personnes exposées à des expériences répétées de moquerie, d’humiliation et d’interactions dont le but était de démoraliser apprennent à interagir avec les autres de la même manière.

Si vous vous rendez compte que vous repoussez les autres au travers de taquineries agressives ou si vous avez une perception négative de vous-même, vous avez probablement subi des violences émotionnelles étant enfant.

7. Vous avez été ignoré

La violence verbale est la forme la plus évidente de violence émotionnelle mais ce qui l’est moins, c’est la violence issue de l’isolement volontaire.

Être ignoré dans ce contexte, c’est par exemple lorsque vous exprimiez un besoin ou un point de vue et qu’il n’était jamais approuvé par vos parents. Vous vous sentiez alors rejeté en conséquence.

Ils vous ont fait savoir, par l’exclusion, que ce que vous disiez n’avait aucun sens et cela a fini par ruiner votre confiance.

Si vous vous sentiez constamment seul ou que vous étiez intentionnellement repoussé par vos parents, cela a pu vous pousser à avoir des comportements négatifs à mesure que vous vieillissiez.

8. Les comparaisons entre vos frères et sœurs étaient fréquet

Une autre tactique des agresseurs émotionnels est la comparaison. En vous mesurant constamment à vos frères et sœurs, vos parents ont peut-être pu créer un sentiment d’insécurité et réussi à ce que vous remettiez en question votre propre valeur.

Au lieu de mettre en valeur vos forces, ce sont vos faiblesses qui ont été mises en avant par vos parents.

Par rapport aux vertus supposées de vos frères et sœurs, vous, vous n’étiez rien. C’est non seulement douloureux en termes d’estime de soi mais cela peut également avoir nui à la relation que vous auriez pu avoir avec vos frères et sœurs.

9. Votre vie était sous pression et sous contrôle

Parfois, la violence émotionnelle n’est qu’un amour qui donne l’impression d’avoir des conditions.

Toujours sous pression, scruté à la loupe, vous sentiez que vous deviez constamment exceller au risque de perdre l’amour de vos parents.

Cela conduit à une grande insécurité et au sentiment que les relations sont toujours soumises à conditions.

De fait, si l’affection de vos parents n’a jamais été déterminée que par vos performances à l’école, dans les sports, etc., cela n’a pu que laisser une marque indélébile dans votre manière d’être.

Mais il est important de vous rappeler qu’il est possible d’être aimé sans condition, même si vous n’avez pas obtenu cette promotion ou si vous n’avez toujours pas publié votre livre.

10. On vous a fait sentir coupable

Un parent émotionnellement violent incitera un enfant (quel que soit son âge) à se sentir coupable de nouer des relations en dehors de celle qu’ils ont ensemble.

Il peut également pousser à la culpabilité pour d’autres choses qui n’ont rien à voir avec l’enfant, juste pour avoir la satisfaction de sa réaction émotionnelle.

Ce parent abusif fera des déclarations telles que “tu me laisses tomber”, “je sens que tu t’éloignes de moi” ou “pourquoi est-ce que tu préfères ces inconnus à moi qui t’ai élevé.e ?”

11. Vous n’aviez pas de vie privée

Les limites sont importantes dans toute relation, en particulier une relation avec vos parents.

Si ceux-ci ont constamment envahi votre vie privée, d’une manière inutile, c’est évident qu’ils n’ont pas écouté ou respecté les limites que vous aviez mises en place.

Un parent peut passer son temps à “fouiner” dans l’ordinateur ou le téléphone portable, ou consulter le journal intime pour trouver des informations privées sur l’enfant.

Le parent accusera en plus l’enfant d’être sournois, lui reprochera d’avoir des secrets, projetant sur lui son propre comportement.

Néanmoins, il est important de comprendre quelles sont vos limites actuelles et de faire savoir à vos amis et à votre famille qu’elles ne peuvent pas être franchies.

Une affreuse chanson en boucle dans la tête

Il n’y a pas de solution facile pour guérir lorsque vous avez grandi avec des parents ou des tuteurs violents sur le plan émotionnel.

L’un des plus gros problèmes est que les mots que vous avez appris se répètent encore et encore dans votre tête, et ces voix vous disent continuellement que votre mère ou votre père avait raison à votre sujet : “Tu ne réussiras jamais. Personne ne t’aimera jamais. Tu n’obtiendras pas cette augmentation ou ce travail. Tu es laid(e), gros(se), sans valeur.” La liste est longue…

Le discours de soi qui résulte de ces refrains constants vous suivra à mesure que vous grandirez.  Sauf si vous vous surprenez un jour à répéter quelque chose qu’on vous a dit et que soudain, vous vous rendez compte que ce n’est pas vrai.

Prenez conscience de votre auto-discours négatif. Changez délibérément votre refrain. C’est un moyen puissant de vous libérer de la prison créée par votre éducation abusive.

Ce n’est pas facile, c’est certain. Ces refrains, telle une chanson que vous ne pouvez pas sortir de votre tête, joueront encore et encore.

Parfois, vous n’êtes même pas au courant qu’ils sont là. Vous vous sentez simplement “désabusé(e)” ou “triste” ou “déprimée”.

Vous pourriez même appeler le parent violent pour lui dire à quel point vous vous sentez triste : grave erreur ! Même adulte, il risque de vous rappeller qu’il n’y a rien à espérer de la vie quand on est quelqu’un comme vous.

Prenez la pleine mesure de ce qu’il s’est passé dans votre enfance

Alors choisissez de prendre conscience de ce que votre esprit vous dit. Reconnaissez ce qui découle de quelque chose qui vous a été répété lorsque vous étiez enfant.

Vous pouvez réduire ces refrains négatifs à néant, en les remplaçant par un langage différent. Un language qui renforcera votre confiance et vous donnera une chance d’avoir un autre point de vue.

Si vous prenez conscience des refrains négatifs, vous pouvez choisir de les annuler et commencer à prendre soin de vous.

Imaginez barrer d’un grand X rouge les mots prononcés par la voix qui vous dit que vous n’êtes pas assez bon.

Remplacez-les par quelque chose de positif : “Je suis humain et je suis tout aussi capable que n’importe qui d’autre de réussir”, par exemple.

Apprenez à court-circuiter les paroles de cette chanson

Lorsque vous entendez ces refrains négatifs jouer dans votre tête, préparez-vous à les remplacer par un refrain plus neutre : “Mes parents étaient des gens fragilisés, qui pensaient peut-être que me dire que je n’étais pas bon était un moyen de m’inspirer. Le problème est qu’ils avaient tout faux. J’ai beaucoup à offrir et je trouverai des moyens de le réaliser.”

Ne soyez pas trop positif si votre esprit rejette cela.

À la place, commencez par de petites affirmations : “J’apprends à m’aimer et à me pardonner” ou “quand j’ai une pensée négative comme cela, je dois la remplacer par quelque chose qui me donne confiance.”

Le discours intérieur négatif donne vie à l’abus émotionnel et le maintient en vie.

Enfant, vous avez eu la sensation d’être pris au piège et sûrement eu envie d’être adulte et libre. Mais laissez le temps à votre moi adulte, à votre propre esprit de trouver sa liberté.

Ces voix ne peuvent pas continuer à exister, à moins que vous ne leur donniez de l’importance.

Il est de votre devoir de changer ces voix en quelque chose qui vous libèrera, afin de devenir la personne confiante que vous avez toujours mérité d’être.