Savez-vous quelle est la seule chose que les hommes désirent plus que le sexe ?

Combien de fois avons-nous entendu la phrase : « tous les hommes veulent du sexe » ? Ne vous méprenez pas, le sexe peut être merveilleux à tout âge mais il existe une chose plus importante que le sexe ; quelque chose que les hommes ont du mal à admettre vouloir et que les femmes ont du mal à donner.

Je me suis rendu compte de cela petit à petit et c’est devenu une évidence après que j’ai passé beaucoup de temps auprès de mon groupe d’amis masculins. J’ai rencontré régulièrement 6 hommes pendant 38 ans et le sexe a toujours été un sujet de prédilection dans nos discussions. Comme tous les hommes, nous avons aussi une sorte d’esprit de compétition et nous voulons tous être appréciés mais nous avons aussi appris à être honnêtes les uns envers les autres. Nous ne parlons pas uniquement de nos prouesses sexuelles mais aussi de nos échecs, de nos peurs et de nos problèmes.

Être en une femme nous donne un sentiment de paix, une impression d’être revenu à la maison qui vont bien au-delà du simple plaisir sexuel.

Dans ma jeunesse, j’ai appris que le désir sexuel était synonyme de virilité. Au lycée, je me souviens avoir par hasard entendu une fille parler d’un garçon que je connaissais aussi. Elle ne se plaignait pas qu’il soit préoccupé par le sexe mais qu’il « ne lui avait pas fait des avances comme les autres garçons ». Elle continua en disant à son amie qu’il « n’était pas très viril ». Le message était clair, les « vrais hommes » veulent du sexe et si l’on ne fait pas des « avances » à une fille, on n’est pas un vrai homme.

Et cette leçon précoce s’est vue validée avec les années : un désir sexuel constant est aujourd’hui aux yeux de beaucoup, une preuve de virilité. Mieux vaut être constamment excité et être vu comme un crétin complètement obsédé par le sexe que de vouloir davantage que du sexe et être vu comme un « sous homme. »

Mais alors, qu’est-ce que les hommes désirent plus que le sexe ? Nous avons tous entendu que les femmes ont besoin d’être amoureuses pour faire l’amour mais que les hommes ont besoin de faire l’amour pour se sentir aimés. Penchons-nous plus en avant sur ce que les hommes « obtiennent » en faisant l’amour. Bien-sûr, il y a le plaisir physique mais il y a un désir plus profond qui cherche à être satisfait. Je l’appelle le besoin d’un endroit sûr.

Le monde des hommes est un monde de compétition. De manière très basique, les hommes entrent en compétition les uns contre les autres pour conquérir la plus désirable des femmes. Les hommes se déclarent et les femmes décident lequel d’entre eux elles acceptent. Bien-sûr, à l’heure actuelle, les rôles sont moins figés qu’ils ne l’ont été mais pour l’essentiel, qu’il s’agisse de paons ou d’hommes, nous faisons la parade et espérons qu’elle suffise à être choisis par la femme qui nous intéresse.

Être en une femme nous donne un sentiment de paix, une impression d’être revenu à la maison qui vont bien au-delà du simple plaisir sexuel. Bien-sûr, je fais ici référence à des hommes hétérosexuels. Bien qu’il existe une dynamique similaire dans le monde gay, je me concentre ici sur les hommes et les femmes.

« L’envie constante de sexe » est partie intégrante du personnage mâle que nous incarnons afin de témoigner de notre virilité.

Nombreux sont ceux se souvenant des bals auxquels nous avons assisté en primaire. Si nous voulions tenir une fille dans nos bras, il nous fallait traverser la salle et l’inviter à danser. Si elle disait oui, nous étions au paradis. Si elle disait non, nous étions en enfer. L’idée-clé étant qu’il fallait se soumettre au risque d’être rejeté pour tenir et être tenu par une fille.

Une fois devenus adultes, nous avons aussi été malmené par le monde de la compétition et du rejet. Nous rêvons de cet endroit sûr où nous n’aurons plus à prétendre être quelque chose que nous ne sommes pas pour être choisis. Nous rêvons de quelqu’un qui nous voie comme nous sommes et nous désire malgré tout, qui puisse nous toucher et nous prendre dans ses bras, pas juste notre corps mais aussi notre cœur et notre âme.

« L’envie constante de sexe » est partie intégrante du personnage mâle que nous incarnons afin de témoigner de notre virilité. Ce que nous désirons vraiment c’est un endroit sûr qui nous serve de refuge et où nous puissions nous reposer et être choyés. En d’autres termes, nous désirons être soignés, ce sentiment ressenti lorsque nous étions enfant et dont nous n’avons pas eu assez. Mais admettre ceci fait de nous des petits garçons et non pas de grands hommes forts. Mieux vaut être virils dans notre désir sexuel et puis, une fois dans le corps d’une femme, nous pouvons nous relaxer, être nous-mêmes et être transportés par l’amour.

L’une des choses que j’aime le plus recevoir de ma femme, Caroline, ce sont ces moments où je m’allonge sur ses genoux pendant qu’elle caresse mon crâne. C’est un endroit sûr merveilleux. Je n’ai pas besoin de faire l’amour afin de satisfaire ce besoin. J’ai simplement à demander. Là, je suis caressé intensément et complètement accepté. Je n’ai pas à jouer ou à faire mes preuves. J’ai simplement besoin de me laisser aller à ma vulnérabilité.

Tout comme il est difficile pour les hommes de demander à être tenus, choyés et caressés ; il est souvent difficile pour les femmes de donner une telle intimité et ce pour trois principales raisons, souvent inconscientes :

– D’abord, les femmes ont leurs propres prérequis sur ce qu’est la virilité, sur ce que doit être un homme. S’ils ne veulent pas faire l’amour, elles s’inquiètent de ne pas être assez attirantes.

– Deuxièmement, un homme désirant être tenu et choyé, déclenche la sensation d’être en face d’un petit garçon et non pas d’un homme. Je ne saurais vous dire le nombre de patients me disant des choses du genre : « c’est comme si j’avais trois enfants à la maison. Mes deux fils et mon mari. » Les femmes veulent un homme mais s’inquiètent d’avoir un autre petit garçon.

– Enfin, les femmes craignent les hommes ne se sentant pas virils. Elles savent que les hommes les plus violents sont ceux qui se sentent faibles et impuissants. Elles ont souvent rencontré des hommes qui s’autorisaient à être doux et vulnérables et qui plus tard devenaient colériques et furieux.

Il faut aux hommes beaucoup de temps avant d’admettre ce besoin d’un endroit sûr où ils peuvent être choyés et embrassés par une femme. Il faut beaucoup de courage pour admettre auprès de cette femme que oui, ils ont envie de faire l’amour mais que ce besoin de sécurité, d’amour et de soins est bien plus important. Il faut beaucoup de sagesse pour comprendre que s’autoriser à être vulnérable tel un enfant n’est peut-être pas la chose la moins virile du monde.

Une femme doit aussi passer outre ses prérequis et être ouverte à un homme faisant preuve d’une toute nouvelle vulnérabilité. Il lui faut beaucoup de confiance en elle et d’estime de soi pour devenir cet endroit sûr. Elle doit aussi avoir la force de se protéger lorsque la honte d’un homme à l’idée d’être vulnérable se transforme en anxiété, en colère ou en dépression. Il n’est pas aisé, pour les hommes comme pour les femmes de prendre ce genre de risque mais la récompense en est une vie d’amour profond et d’intimité.