Vous vous ennuyez au lit avec votre partenaire ?

Ça arrive à tout le monde à un moment ou à un autre. Ce peut être après six mois de relation, un an ou sept ans — mais ça arrivera — je vous le garantis. Mais alors, que faire ?

Beaucoup de gens attribuent, à tort, leur perte d’intérêt au manque grandissant d’amour. C’est totalement faux. Nous devrions plutôt parler du manque de désir ou du fait de sombrer dans la monotonie ou, comme le dirait Ester Perel, du manque de nouveauté.

Ce que je dis ici n’est pas hypothétique. Je fais référence à mes relations longues. J’en ai connu quelques unes. Aujourd’hui et après 19 ans de vie commune, mon mariage a traversé au moins deux phases où le désir n’était plus là. Le chemin emprunté pour survivre à celles-ci fut le même dans les deux cas.

Mais avant que je ne partage avec vous la manière dont j’ai affronté ces défis, laissez-moi vous conter pourquoi je me suis décidée à écrire cet article au départ. Dans le cadre de mon activité de conseil, prêtant mon oreille tant à des hommes jeunes qu’à des hommes plus âgés, je ne cessais d’entendre parler de cette perte d’intérêt vis-à-vis des relations sexuelles avec leur partenaire. Ces hommes aimaient leur compagne ou épouse mais l’étincelle s’était envolée et ils ne savaient pas du tout quoi faire pour y remédier.

Je me souviens d’un jeune homme d’une trentaine d’années environ qui était engagé dans une relation depuis presque trois ans. Il me disait que dans chacune de ses relations, c’était toujours à ce stade qu’il se désintéressait sexuellement de sa partenaire et se décidait donc à rompre. Dans ce cas-là, notre jeune homme était conscient du schéma à l’œuvre et a donc choisi de rester avec sa compagne afin de voir s’il serait capable de retrouver sa volupté.

Dans un autre cas, il s’agissait d’une perte d’intérêt suite à l’arrivée de trois enfants en très peu de temps. C’est un cas classique, qu’il y ait de multiples naissances ou une seule. Pour certains hommes, le regard qu’ils posent sur leur partenaire change radicalement après la naissance d’un enfant — d’une partenaire sexuelle à une mère. Il est difficile de faire l’amour à une femme qui nous renvoie à l’image de la maternité.

Autre cas, celui d’un homme s’approchant de la retraite et ayant subitement perdu son intérêt, pas envers le sexe puisqu’il avait toujours de la libido et se masturbait mais, dans le fait de le pratiquer avec sa femme.

Voilà trois scénarios différents, disposant chacun de leurs spécificités propres mais partageant tous des éléments communs : la libido est intacte, l’amour pour leur partenaire est toujours là mais ils ne sont pas intéressés par l’idée d’avoir des relations sexuelles avec elle.

Quelle est la solution ? Il en existe probablement plusieurs mais ce qui a marché pour moi, c’est ce qui suit. D’abord, j’ai dû reconnaître que quelque chose n’allait pas. Ignorer le problème ne fait que l’aggraver. Deuxièmement, ce n’était pas dû à la fatigue, au stress ou au fait de boire de l’alcool (nombre d’entre nous ont fait l’amour dans de telles conditions avant, pourquoi deviendrait-ce problématique maintenant). Enfin et surtout, j’avais besoin de redécouvrir ce qui m’excitait chez mon partenaire.

Poursuivons sur ce dernier élément et supposons que notre partenaire n’ait pas changé physiquement ou dans sa manière d’être. C’est le scénario le plus simple. Il suffit de regarder et de redécouvrir sa beauté, sa personnalité, sa spiritualité, etc.

En ce qui me concerne, étant très physique, j’ai simplement eu à me rappeler à quel point j’aimais sa poitrine, ses bras, l’odeur de son dos, son nez, ses cheveux et sa beauté incroyable lorsqu’elle s’allongeait sur le dos, les yeux fermés après que nous ayons fait l’amour. Il me fallait regarder, vraiment regarder avec des yeux neufs et être reconnaissant du cadeau qui m’avait été fait en cette femme.

Si votre vie sexuelle vous ennuie, il est probable qu’il en soit de même pour votre partenaire. C’est ici que la communication entre en jeu. C’est difficile pour la plupart d’entre nous, tout particulièrement lorsqu’il est question de la vie sexuelle qui en appelle à notre vulnérabilité. Et qui a envie de dire : « hé chérie, notre vie sexuelle m’ennuie terriblement et tu ne m’excites plus » ?

Bien que ce soit certainement la vérité, ça ne suscite ni sécurité, ni ouverture. Une meilleure approche pourrait être celle-ci : « hé chérie, j’ai besoin de te parler d’un sujet délicat, ça me fait peur mais je t’aime et je souhaite que notre relation continue à s’épanouir. »

Passons maintenant au scénario le plus complexe. Votre partenaire a changé. Ou la dynamique de votre relation a changé. Ou vous avez vieillis. Comme tous ceux ayant été engagés dans des relations longues vous le diront, le changement fait partie de la vie et les nuits d’amour passionnées ne durent pas éternellement. Cela ne signifie aucunement que vous ne pouvez plus profiter de relations sexuelles grandioses, au contraire. Cela signifie simplement que ce sera différent – ça évoluera – parfois même pour devenir meilleur.

Tout le défi réside justement dans le fait d’accepter le changement. Nous n’aimerons peut-être pas cela d’autant plus que nous serons probablement impuissants à influencer lesdits changements. Mon partenaire a changé, moi aussi, le monde entier a changé et personne ne m’a prévenu ! Nous avons, certes, eu des cours sur la sexualité à l’école mais personne ne nous a enseigné que les relations évoluaient, tout particulièrement en ce qui concerne le sexe et la sexualité.

Les hommes avec lesquels je travaille se divisent en deux catégories. D’une part, les jeunes hommes (25-45 ans) qui ne savent pas concentrer leurs énergies sexuelles en direction de leur partenaire puisqu’ils pensent que l’herbe est toujours plus verte ailleurs. Et d’autre part, les hommes plus âgés (50-70 ans) qui sont confrontés à des changements physiques, les leurs et ceux de leur partenaire. Ces deux groupes rencontrent des problèmes liés à la monotonie. Le sexe est devenu prévisible, invariable, plat – vous avez compris l’idée.

Il existe une nouvelle forme de thérapie, appelée la « Thérapie d’Acceptation et d’Engagement » (ACT) qui invite, comme son nom l’indique à l’acceptation et à l’engagement. J’aime ce nom parce que les réponses aux problèmes résident dans celui-ci – acceptation et engagement.

Si nous acceptons les changements qui se produisent en nous et en notre partenaire et nous engageons à les comprendre et à travailler conjointement de manière à atteindre nos objectifs mutuels, nous aurons davantage de chances d’en arriver à une conclusion heureuse.

Un dernier point sur lequel méditer. Expérimenter un désintérêt sexuel vis-à-vis de son partenaire peut témoigner d’une perte de connexion dans d’autres champs de nos vies. Le manque de désir sexuel peut simplement être un symptôme et non le problème originel.

En tous les cas, je vous souhaite bonne chance afin que vous brisiez les barrières de la monotonie et puissiez renouer avec votre partenaire.