Psychologie

Femme soumise, apprécier la domination ou reprendre le dessus ?

Femme soumise, dominée ou dominante… Laquelle êtes-vous ?

Par définition, la femme soumise est une personne qui obéit à un homme et qui accepte sa domination, son autorité ou ses ordres. Vu comme ça, ce terme est assez péjoratif. Pourtant, ce n’est pas forcément le cas. Prenons pour exemple l’intimité. Dans le sexe, être soumise peut être une manière d’être satisfaite et d’atteindre l’orgasme. Mais, nous reviendrons à ce thème plus tard.

Même si à l’origine le terme “soumission” ne comportait pas de notion négative, dans notre société moderne, il est devenu la représentation du maître et de son esclave. La femme soumise est aujourd’hui une personne qui est censée être belle et se taire. Elle doit être à la merci du plaisir de l’homme et répondre à tous ses désirs. cette définition de la soumission a été affirmée par l’abondance de la pornographie et de la représentation de la femme soumise dans ces images dégradantes.

Il est donc tout à fait normal de voir la femme moderne et émancipée rejeter cette image de la femme soumise. Elle refuse l’idée d’être dominée par l’homme et encore plus l’idée d’être son inférieure. Les femmes modernes n’acceptent pas cette interprétation du terme “femme soumise” car elles n’en comprennent pas vraiment la signification. D’ailleurs, les hommes n’ont plus.

La femme soumise n’est pas asservie

Même si le terme a été faussé par la perversité et l’accès facile aux films pornographiques, dans la réalité la femme soumise n’est ni inférieure ni asservie. Elle n’est pas censée se taire et faire ce qu’on lui dit. La véritable signification du terme “femme soumise” c’est accepter la place de l’homme dans le foyer. Pour faire simple, le mari est le chef du foyer et la femme soumise reconnaît son rôle et sa position.

Après ce pose la question de savoir ce qu’est un chef. Une fois de plus, ce terme est désormais accompagné d’une connotation péjorative puisqu’on voit un chef comme qui asservit tous ceux qui se trouvent sous son autorité. Et, ça les féministes ne peuvent ni le concevoir ni l’accepter. Or, le chef, à proprement parlé, est le premier à se sacrifier, servir les autres et les protéger. Il guide en donnant l’exemple et en aimant ceux qui lui ont donné ce “pouvoir”.

Donc, quand on dit que la femme soumise accepte le fait que son mari soit le chef c’est à ça qu’on fait référence. Elle fait confiance à son côté protecteur et à sa bienveillance. La femme soumise suit l’exemple de son époux car elle sait qu’il va faire tous les sacrifices nécessaires pour le bien-être de sa famille et tous les efforts possibles pour faire fonctionner son couple.

Mais, quitte à déplaire aux féministes, cela ne signifie pas que la femme soumise n’a pas son “je”. Elle a son opinion et ses propres désirs et besoins. Elle n’est pas sous l’emprise maléfique de son époux dominant. Bien au contraire… Un bon chef de famille prend toujours en compte les avis et les envies de ses proches. Il n’est pas tyrannique.

Le mari et la femme sont égaux et ils prennent ensemble les décisions mais comme toute communauté ou entreprise, il faut bien que quelqu’un ait le dernier mot. C’est à ce moment-là que la femme soumise fait preuve de noblesse et accorde ce privilège à son mari : il a alors la responsabilité de prendre la décision finale. Bien sûr, certains hommes usent et abusent de ce privilège.

D’ailleurs, c’est notamment à cause d’eux que la femme soumise passe pour une personne dominée et abusée. En effet, si la soumission à proprement parlé n’est pas péjorative, certains couples vont beaucoup trop loin. Il nous arrive donc souvent de voir des hommes imposer leurs règles et leur façon de penser à leurs épouses. Dans ce genre de cas, l’épouse n’est pas seulement une femme soumise mais également contrôlée et souvent abusée.

Le mari utilise sa supériorité physique et sa domination mentale pour rabaisser et maltraiter son épouse. Il contrôle tous ses faits et gestes, sa manière de s’habiller, de parler et peut même, dans des cas extrêmes la manipuler pour l’empêcher de voir ses proches. Ce comportement a pour résultat une isolation totale et une emprise psychologique complète.

C’est notamment le cas avec les femmes battues. Pourquoi ne partent-elles pas plus tôt ? Pourquoi restent-elles avec leurs époux ? Tout simplement parce que ceux-ci contrôlent tout et car la peur des conséquences est omniprésente. C’est à cause de ce genre de cas que la femme soumise est souvent confondue avec la femme abusée.

Reprendre le contrôle

Les féministes crieraient haut et fort : émancipez-vous ! Mais, il faut d’abord comprendre que la femme soumise, au premier sens du terme, est quelqu’un qui a choisi son rôle. C’est une personne qui apprécie d’avoir un homme fort et protecteur à ses côtés. Elle ressent le besoin d’avoir un homme au caractère dominant comme mari.

Pourtant, il existe bien des femmes qui ont accepté ce rôle malgré elles. Je m’explique… Au départ, elles s’accordent à dire que le mariage traditionnel avec l’homme en chef de famille leur correspond. Mais, une fois qu’elles voient la soumission en pratique, elles finissent par comprendre que ce n’est pas pour elles. Et, c’est tout à fait légitime.

Après tout, nous sommes toutes différentes et chacune de nous a le droit de choisir comment vivre sa vie. Mais, une fois que cette constatation a été faite, comment reprendre le contrôle qu’on désire tant ? Comment devenir dominante dans son couple sans pour autant le mettre en danger ?

Si pour vous la soumission est devenue synonyme de perte de soi et de manque d’influence sur les décisions de votre couple, il est en effet temps d’agir. Si vous considérez que le fait d’être une femme soumise dans votre couple est la preuve que votre relation amoureuse est toxique, vous pouvez suivre ces quelques étapes pour affirmer votre rôle.

1. Créez un équilibre

Toutes les relations saines reposent bien sûr sur l’équilibre entre les partenaires. Chacun doit apprendre à respecter l’autre et à ne pas vouloir toujours tirer la couverture à lui. Le problème survient lorsqu’un des partenaires, ici l’homme, a une emprise psychologique sur son épouse. Tôt ou tard, une femme soumise peut se trouver dans une situation où elle n’accepte plus d’être seulement un faire valoir.

Donc, elle doit faire de nouveau pencher la balance de son côté. Et, la clé du succès c’est la communication. La femme soumise doit faire comprendre à son partenaire que son opinion compte autant que la sienne et qu’elle est tout à fait capable de savoir ce qui est bon ou mauvais pour sa famille. Ainsi, quand vous avez pris la décision de créer à nouveau l’équilibre entre vous et votre moitié, vous refusez de continuer à vous faire dicter les règles.

Cela ne signifie pas que vous devez constamment imposer vos choix. Pour faire fonctionner une relation amoureuse, vous devez être capable de transiger et accepter les choix, les envies et les désirs de l’autre. Faites-lui clairement savoir que dorénavant vous allez prendre les décisions ensemble.

2. Affirmez votre caractère

Quand une femme soumise partage sa vie avec un homme au caractère fort, elle doit elle-même faire preuve de ténacité pour subsister dans son couple. Et, ce n’est pas parce que vous avez manqué de confiance en vous jusqu’à présent que cela signifie que ça va toujours être comme ça. De plus, faire preuve de caractère vous permet d’éviter la routine.

N’ayez pas peur des disputes car elles font partie des relations humaines. Ce n’est pas parce que vous avez des conflits avec votre moitié que vous allez forcément vous séparer. Si les tensions ne se pas trop régulières, elles peuvent en fait vous apporter beaucoup de bien car elles vous permettent de grandir et de devenir plus forte. Mais, si vous n’avez pas fait preuve de caractère jusqu’à présent, ne changez pas du jour au lendemain.

Vous devez travailler sur votre développement personnel et sur l’affirmation de votre confiance en soi. Ce n’est pas un changement qui va se produire en un claquement de doigts. Mais, si vous êtes déterminée dans votre choix de bouleverser le fonctionnement de votre couple, vous pourrez reprendre le contrôle et affirmez votre personnalité.

3. Protégez-vous

C’est un élément essentiel. parfois, reprendre le contrôle c’est surtout se protéger pour ne pas devenir la tête de turc de son partenaire. Des fois, le mari ne se rend même pas compte de l’emprise psychologique qu’il a sur son épouse et, au fil du temps, quelque chose que vous n’auriez jamais accepté auparavant devient la norme. Et, cela peut mener à des troubles mentaux et de l’anxiété.

Donc, même amoureuse, vous devez apprendre à préserver votre santé mentale et votre position dans le couple. Ne laissez pas l’autre vous dicter votre conduite car cela peut mener à la dépendance affective, si ce n’est pas déjà le cas. S’affirmer dans son couple devient alors primordial. Pour éviter de tomber dans un cercle vicieux de jalousie et de co-dépendance, vous devez apprendre à vous mettre en première position et cela passe souvent pas un énorme travail sur votre estime de soi et votre confiance en vos qualités.

La femme soumise au lit

Bien sûr, on ne peut pas parler de la femme soumise sans évoquer l’aspect sexuel qui se cache derrière ce terme. Certaines femmes sont dominantes dans leur travail ou dans leur vie quotidienne mais soumises au lit car cela leur donne de la satisfaction : elles délaissent le pouvoir. D’autres femmes, en revanche, sont soumises dans tous les aspects de leur vie. Chacune son choix…

Cette perte volontaire de contrôle est un jeu sexuel que beaucoup apprécient. Les fessées, les mots crus ou les accessoires érotiques sont alors permis et même exigés ! Pour une femme soumise c’est une manière de s’épanouir sexuellement et d’intensifier ses ébats amoureux.

La femme soumise a besoin d’un partenaire sûr de lui mais qui n’exagère pas ses performances ou le soin qu’il apporte à son corps. La virilité est un élément clé pour se soumettre au lit. Aucune femme soumise ne va accepter de l’être face à un homme qui ne sait pas ce qu’il fait ou qui se comporte comme une belle. Elle a besoin de se sentir désirée et fermement prise en main.

La femme soumise au lit n’est pas quelqu’un qui accepte de mettre son plaisir après celui de son partenaire. Bien au contraire… Le clitoris, la poitrine et toutes les zones érogènes, de manière générale, doivent être stimulées. La soumission ne signifie pas tout faire pour faire plaisir à son homme !

La qualité des ébats est donc beaucoup plus importante que la quantité. Tester de nouvelles positions, jouer des jeux de rôle, introduire des objets érotiques et s’attarder sur les préliminaires sont des expériences presque essentielles pour la femme soumise au lit.

D’ailleurs, même si beaucoup de femmes ne veulent pas l’admettre, en tout cas pas au début de leur relation amoureuse, on aime toutes la domination. La femme soumise n’a simplement pas peur de le dire. Bien entendu, tout cela doit se faire dans le respect et dans la confiance.

Pour avoir une vie sexuelle épanouie et satisfaisante, les deux partenaires doivent connaître les limites de l’autre et les accepter. La domination et la soumission sexuelles ne peuvent se faire que dans un environnement sécurisant. Si la femme ne se sent pas en sécurité ou si elle est mal à l’aise, elle ne pourra pas profiter de ce moment et encore moins satisfaire son besoin de domination.

Conclusion

Comme on a pu le voir, la définition de la femme soumise a changé au fil du temps. Avant, c’était une personne qui acceptait le rôle de son mari en tant que chef de famille alors que maintenant c’est devenu synonyme de faiblesse de caractère et même parfois d’abus.

Pourtant, une femme soumise fait souvent le choix de l’être, surtout dans l’aspect sexuel de sa vie. Elle aime la domination dans sa forme pure et simple. Ce qui ne signifie pas qu’elle se laisse marcher dessus ou qu’elle manque de caractère. Donc, à toutes les femmes soumises : profitez ! N’ayez pas honte de votre choix de vie.

À lire aussi : Le sexe et ses bénéfices spirituels : découverte