PsychologieVie

À toi qui te sacrifies toujours pour tout le monde

À toi qui es toujours là pour tout le monde.

Toi, cette nana très sensible qui donne sans compter. Une attitude qui a quelque chose de presque mystique, un sacrifice de soi bouleversant quand on y prête attention.

Les gens viennent chez toi pour égayer leur journée, tu es la main tendue lors de toutes les périodes difficiles. Même quand personne ne veut de conseils, tu es l’oreille attentive qu’ils réclament sans le dire.

Tu as un coeur qui comprend et tu n’as jamais vraiment pensé à toi-même.

Par conséquent, ton propre bien-être est tombé en miettes.

Laisse-moi t’écrire ceci

À toi qui as toujours mis les besoins des autres avant les tiens, qui place ton bonheur en dernier.

À toi, qui prends soin de tout le monde sauf de toi-même : je sais qui tu es et ce que tu traverses, avec exactitude… Parce que j’ai été toi.

Tu es la nana qui s’assure que tout le monde va bien avant de prendre soin d’elle. L’une de ces personnes qui mettra de côté ses obligations simplement pour réconforter une amie, ou simplement pour être l’épaule sur laquelle quelqu’un pourra pleurer.

Tu es celle qui met en bouteille toutes ses émotions

Tu les caches à l’intérieur, là où personne ne peut les voir. Un sourire est offert à quiconque croise ta route.

Mais une fois livrée à toi-même, à l’abri des regards, celui-ci s’effacera. En fait, il y a beaucoup de choses dans ta vie que les autres n’apprendront jamais. Ou trop tard.

Tu es celle qui n’exprime pas ses propres sentiments, juste pour rester un soutien indéfectible à ceux qui t’entourent. On a l’impression que tu n’es jamais occupée ni trop fatiguée pour entendre les problèmes et les dilemmes des gens.

Ce cœur, ton cœur, fait de vagues énormes, qui vont et viennent au gré des histoires que l’on te partage… Un cœur avec lequel tu te noies encore et encore pour ceux qui ont peur de nager.

Tu donnes et tu donnes et tu donnes, déchirant des morceaux de ton âme en papier, en si petits morceaux, juste pour voir quelqu’un s’enflammer par le feu qui semble toujours brûler en toi.

Tu ne refuses jamais de donner un conseil à quelqu’un

Les gens ont commencé à te considérer comme une héroïne, celle qui peut les sauver de leur misère et enlever toute leur souffrance. C’est parce qu’ils pensent que tu as les reins solides, que tu peux encaisser tout, quoi qu’il arrive.

Tu te sens d’ailleurs coupable si quelqu’un que tu connais rencontre des problèmes et que tu n’es pas en mesure de l’aider. Comme si c’était de ta responsabilité de t’en occuper.

Tu prends tellement à cœur les problèmes de chacun que cela a fini par te submerger.

Tu saignes et tu as mal

Profondément blessée et fragilisée par toutes ces histoires entendues, toutes ces fois où tu as tendu la main sans rien recevoir en retour.

Avec le temps et sans même t’en rendre compte, tu t’es fatiguée. Dans le processus d’aide aux autres, tu t’es perdue.

Tu as réalisé que tu étais toujours celle qui aime et celle qui se soucie davantage. Tu t’es rendue compte que personne ne semble capable d’agir envers toi comme tu agis envers eux. Rien, tu t’es rendue compte que tu ne récupèreras rien.

Oui, et toi alors ? Tes problèmes ? Pourquoi personne ne prend du temps pour toi ?

Je sais que tu ne demandes rien en retour au moment où tu aides mais quand c’est toi qui te sens mal, quand tu vois qu’il n’y a personne pour toi quand tu es celle qui a besoin d’aide, ton âme se fane. Se ternit.

Tu souffres, priant en silence pour qu’un jour toi aussi tu reçoives l’amour que tu donnes sans effort aux autres. En espérant qu’il viendra un moment où quelqu’un te demandera comment tu vas, si tu as besoin d’aide, besoin de quoi que ce soit.

Je sais tout ça

Je le sais parce que je suis passée par là. J’étais la nana vers laquelle tout le monde courait quand ils avaient des problèmes. Mais quand quelque chose me tracassait, personne pour répondre présent, personne pour m’offrir ne fusse que son attention.

J’étais complètement seule. Et, pire encore, j’étais épuisée de m’occuper des problèmes des autres au point qu’il ne me restait plus d’énergie pour faire face à mes propres problèmes.

J’étais constamment tellement stressée à cause des problèmes de mes ami(e)s que cela a commencé à affecter ma propre santé mentale et physique. Et quand j’avais besoin de soutien, d’encouragement et d’une épaule sur laquelle pleurer, tout le monde était soudain occupé.

Alors, je me suis juste arrêtée une seconde et je me suis demandée si ça valait vraiment la peine. Ma mission de vie n’est pas de sauver le monde et je ne peux de toute façon pas le faire, peu importe mes efforts.

Les gens feront toujours les choses à leur façon et vous ne pouvez changer personne. Alors, pourquoi s’embêter ?

J’ai finalement pris du temps pour moi, seule

Vous voyez, parfois la fille qui est toujours là pour tout le monde a besoin de quelqu’un pour elle. Parfois, la fille qui a le plus large sourire souffre de la douleur la plus insupportable.

La fille qui est toujours celle qui réconforte et essuie les larmes des autres s’enferme parfois dans sa chambre. Elle laissera échapper sa douleur dans des torrents de larmes, jusqu’à ce qu’elle s’endorme épuisée.

Parfois, la fille qui encourage et élève l’esprit de tous ceux qui l’entourent doit être rassurée qu’elle est appréciée et qu’elle compte ; parfois, elle doit être encouragée elle-même.

C’est là que j’ai commencé à apprécier les choses qui pouvaient me rendre heureuse, loin des gens.

Au début, j’ai été submergée par la culpabilité. Je pensais que j’étais égoïste et j’avais l’impression d’abandonner les autres, quand ils avaient le plus besoin de moi.

Il m’a fallu des années avant de réaliser que je ne pouvais pas prendre les problèmes de tout le monde sur mes propres épaules et que je m’épuiserais jusqu’à perdre l’envie de vivre, si je continuais sur cette voie.

Mais finalement, j’ai repris mes esprits et j’ai commencé à penser à moi en premier.

La triste vérité est que nous devons tous combattre certains démons par nos propres moyens

Il y a des gens qui ne peuvent pas ou ne veulent pas être réparés et tu perds simplement ton temps et ton énergie à essayer de les guérir.

Une fois que tu es épuisée physiquement et émotionnellement, tu ne seras plus bonne pour eux, ni pour toi-même d’ailleurs.

Alors pense à toi.

Je ne dis pas que tu ne devrais pas être là pour tes amis mais tu dois apprendre quand il est temps de dire non. Ne sois pas égoïste, continue d’être là pour les gens autour de toi mais avant tout, sois là pour toi-même.

Fais de toi une priorité et non une option. Fais machine arrière et rassemble tes forces avant d’essayer de réparer tout le monde.

Commence par te percevoir comme étant ta meilleure amie et pas ennemie.

Trouve du temps pour t’aider de la même manière que tu trouves le temps pour toujours accourir vers tes amis. Parce que tu es importante !

Tu ne pourras jamais aider quelqu’un à moins que tu ne commences par toi-même. Et tu ne pourras jamais aimer quelqu’un à moins d’apprendre à t’aimer d’abord.

Tu verras, lorsque tu seras plus détendue et en meilleure santé émotionnelle, tu seras également un meilleur soutien pour tes proches.

Mets ton bonheur en tête de la liste des choses à faire.

Prends soin de toi avant de t’occuper de tout le monde car si tu ne le fais pas, personne d’autre ne le fera.

Cesse de jouer un rôle

Lorsque tu es toujours celle qui est considérée comme la plus forte, tu as tendance à être très prudente lorsque tu parles de tes problèmes à quelqu’un d’autre.

Tu vois cela comme un fardeau pour ces personnes car tu es la première à savoir ce que cela fait.

Mais alors, qui t’aidera à résoudre tes soucis ? Personne ? Juste toi ?

Les gros problèmes dans nos vies ne sont généralement que les petits que nous avons laissés grossir. Ou les choses dont nous n’avons pas parlé.

Tu ne t’es pas sentie aussi appréciée que tu l’imaginais et cela s’est transformé en une insécurité totale. Ce sentiment que tu es toujours juste en train de mettre le masque d’une personne forte s’est transformé en quelque chose de définitif chez les autres.

Même Superman a besoin d’un endroit pour “ranger” son héroïsme pendant quelques minutes et être accepté comme étant aussi Clark Kent !

Alors toi mon amie, tu as simplement besoin d’un endroit sûr où tu peux être la vraie toi. Un endroit où tu peux parler de tout tes soucis, un endroit où tu n’as pas besoin d’être la plus forte tout le temps.

Apprendre à être vulnérable

Ce qu’il se passe  pour celles qui ont toujours été perçues comme fortes par tout le monde, c’est qu’elles ont l’impression qu’elles n’ont plus le droit de montrer le moindre signe de faiblesse.

C’est ce que tu penses. Et si quelqu’un te voyait saigner ? Que dire de celui qui verra les larmes que tu gardais pour toi ? Et si quelqu’un entendait les rêves les plus profonds de ta vie, ceux pour lesquels tu ne trouves ou ne prends jamais l’occasion de discuter ?

Peut-être que tu te sens fatiguée parce que tu fuis ce besoin humain d’être vulnérable. Peut-être que tu tiens les gens à distance parce que tu ne penses pas être autorisée à te laisser aller un instant.

Il est temps pour toi de te donner la permission de faire exactement cela.

De laisser tomber les murs et de parler aux autres de ce que tu ressens vraiment.

Je sais que cela peut sembler étrange au début et je sais que tu n’y es pas habituée mais si tu ne te replies pas sur toi-même, si tu ne te soignes pas de l’intérieur, tu perdras qui tu es.

Et tu es bien plus que ce que tu fais. Nous sommes des êtres humains, pas des actes humains.

Quelles sont tes attentes ? As-tu déjà eu des moments où tu aurais aimé ne pas avoir à faire autant ? Saisi ta chance, crée cette opportunité de revenir à la réalité.

Accepte d’être en ta propre compagnie, tu verras, ce n’est pas si effrayant qu’il n’y parait.

Mais sache que ton cœur est rare

C’est un don, de pouvoir calmer les tempêtes au sein des autres, d’apporter la guérison auprès des esprits blessés et de soulager les yeux endoloris.

Garde à l’esprit que tu donnes de l’espoir et de la force aux autres et que tu les encourages en acceptant leur nature profonde. Tu fais en sorte que les gens se sentent dignes d’amour et tu leur donnes l’impression qu’ils ont quelque chose à défendre.

Mais ça ne veut pas dire que tu dois te croire invincible, que tu peux toujours continuer à donner sans recevoir. Tu peux continuer à être forte pour les autres, mais assure-toi que cette force soit puisée à l’intérieur de toi-même, sans te vider au passage.

Ce cœur puissant a aussi besoin de faire une pause. TU dois faire une pause.

Rappelle-toi que même si tu penses avoir la force de supporter le poids de toutes ces confessions, personne ne t’y oblige. Tu n’es pas forcée d’avoir le monde sur tes épaules tout le temps.

Sache que tu peux utiliser l’énergie et l’amour que tu donnes au monde pour te fortifier et t’aimer. Tu es digne de tout l’amour et de toute la lumière que tu donnes.

Rappelle-toi aussi que tu n’as pas toujours besoin d’être forte, c’est important.

Tu n’as pas à être celle qui résout tous les problèmes. Tu as aussi le droit d’être soutenue, d’être celle qui demande un coup de main. D’autres peuvent être là pour toi, toi la fille qui a toujours été là pour eux.

Et si personne ne répond à tes appels à l’aide, tu sauras que ces personnes ne méritent ni ton temps ni tes efforts.

Prends soin de toi, vraiment.