Skip to Content

À toi qui m’as fait croire que l’amour était possible, pour mieux me briser

À toi qui m’as fait croire que l’amour était possible, pour mieux me briser

Tu as regardé les larmes couler sur mes joues et entendu ma voix se briser.

Mon visage s’est décomposé et une vague immense de tristesse m’a emportée alors que je te suppliais d’être l’homme que tu étais autrefois. Alors que je te suppliais de ne pas partir.

Mais tu n’as même pas daigné me regarder dans les yeux, tu as baissé la tête et tu es parti.

Pour cela, tu seras pour toujours le mec qui m’a brisé le cœur en un million de morceaux.

J’y ai cru tout de suite

Dès la seconde où nos regards se sont croisés, nos yeux sont restés rivés l’un à l’autre. Jamais je n’avais vécu ça alors oui, forcément, j’y ai cru.

J’étais convaincue que tu allais être celui qui réparerait tous les morceaux brisés de mon cœur, que tu allais m’aider à guérir.

Que tu serais celui qui allait me rendre heureuse pour le reste de ma vie.

Quand je suis tombée amoureuse de toi, ça a été instantané, fulgurant, et presque douloureux.

Tu étais ce que l’on pourrait appeler avec moquerie le prince Charmant mais vraiment, tu l’étais.

Doux, attentionné, gentil, je n’aurais pu rêver mieux.

Tu étais tout ce dont je pensais avoir besoin.

Évidemment, j’étais folle d’amour pour toi et je pense que tu le savais. C’était impossible de ne pas se rendre compte de ça.

Tout ce à quoi je pouvais penser était d’être là pour toi, te soutenir, à travers chaque combat. Je pensais qu’on allait être capable de surmonter tous les obstacles ensemble.

Chaque jour, chaque nuit, tu étais ma première et ma dernière pensée avant que je plonge dans un sommeil paisible.

L’idée d’un jour avoir la chance de me réveiller à tes côtés me remplissait de joie. Je projetais beaucoup, c’est vrai mais c’est parce que tu me donnais des raisons de le faire. Tu partageais mes envies, me demandais juste d’être “un peu plus patiente”.

Alors j’ai attendu.

Et tu es soudain devenu une autre personne

Tu as compris que j’étais acquise alors tu en as profité.

Il faut dire que les gens autour de toi t’ont aussi rempli de mauvaises idées. Ils te disaient “mec, cette fille est dingue de toi, ça fait peur quand même”. Ils t’ont convaincu de me tester, de tester nos limites, MES limites.

Et j’ai été tellement idiote de te donner l’ascendant comme ça sur moi !

J’ai cru en tes promesses, en toutes celles que tu n’as jamais pu tenir. Les déceptions se sont enchaînées, tout comme tes mensonges.

Le pire, c’est que tu essayais de retourner la situation contre moi, tu essayais de me faire sentir comme si j’étais la mauvaise personne. Celle qui avait tort.

Chaque fois, tu te faisais passer pour un saint et ça me rendait folle.

Tu as commencé à me délaisser, à donner la priorité à tout le monde sauf à moi. C’est comme si je n’avais plus aucune importance dans ta vie.

La suite a été une descente aux enfers. Tes mots, assassins, étaient d’une violence inouïe.

Tu m’as affirmée que je méritais ce qui m’arrivait. Tu as balayé mes sentiments comme s’ils ne signifiaient rien pour toi.

J’ai commencé à m’éloigner, malgré l’amour que je te portais toujours

Mais dès que je reculais, il te suffisait d’un simple “je t’aime, je suis désolé” pour me ramener auprès de toi.

Tu as manipulé mes émotions comme aucun autre auparavant, juste pour obtenir ce que tu voulais : une présence fidèle et du sexe.

Toutes tes excuses, tes “je vais changer”, “je ne voulais pas agir comme ça”, “tu es mon univers”, “je te veux pour toujours” ; c’était des conneries. Ce n’était pas de l’amour.

Tu jouais à un jeu tordu, malade, malsain !

Je ne sais pas si c’était pour ton seul plaisir ou si tu avais juste besoin d’attirer l’attention, mais sache que tu étais pathétique, pas moi.

J’ai mis fin au jeu

Je ne sais pas si aujourd’hui, tu te rends compte de ton erreur mais j’espère que oui.

Comment as-tu pu laisser partir quelqu’un qui t’aimait si fort, quelqu’un que tu ne retrouveras plus jamais. Un amour que tu ne vivras probablement plus.

Tu as commis l’erreur de croire que l’amour était acquis éternellement et que tu n’avais pas besoin de l’entretenir avec passion, avec pudeur, avec force.

Tu as aussi cru qu’un amour aussi intense n’était pas normal, tu as laissé des gens entrer dans ta tête en même temps que tu me sortais de ton cœur.

Mais tu sais ce que c’est, le plus triste ? C’est que je continue à me sentir mal pour toi.

Je me sens mal parce que peu importe le temps qui s’est écoulé, je te protège et te défend toujours un peu.

J’aimerais pouvoir dire que je suis passée à autre chose ; j’aimerais TELLEMENT dire à tout le monde que c’est du passé, que j’ai évolué.

Mais je me suis rendue compte que je n’y arrivais pas, parce que tu ne nous as jamais donné une vraie chance finalement.

J’essaie d’avancer malgré tout

J’espère juste que tu es conscient de l’amour que tu recevais, inconditionnel et que tu comprends que je nous aurais donné toute l’énergie que j’avais si tu nous avais laissé l’occasion d’aller plus loin.

Peut-être qu’un jour, tu accepteras pleinement et complètement ce genre d’amour, au lieu de le rejeter comme tu l’as fait avec moi.

Je ne souhaite à personne d’autre de subir la douleur que j’ai endurée.

Il est temps à présent que je commence à chercher cet amour que je cherchais si longtemps en toi et en moi.

Je trouverai ce que je mérite : la loyauté, le respect, l’amour, la gentillesse, l’amitié. Bref, quelqu’un de décent.

Si je devais te remercier, ce serait pour m’avoir brisée si profondément que j’ai été obligée de regarder au plus profond de moi-même afin de trouver ma vraie valeur.

Merci de m’avoir montrée ce dont je n’ai pas besoin, car la vraie définition de l’amour est tout le contraire de ce que tu m’as fait vivre.

Je trouverai mon chemin, j’en suis sûre, car les plus forts survivent toujours.

À lire aussi : Une lettre brutalement honnête pour mon ex