Skip to Content

Voici les 5 Conflits parent/enfant les plus courants à l’adolescence

Voici les 5 Conflits parent/enfant les plus courants à l’adolescence

Un jour, tout va bien.

Puis le lendemain, un simple « bonjour » peut déclencher la colère de votre adolescent.

Être parent à ce stade de développement d’un enfant est un véritable défi.

Vous ne savez jamais sur quel pied danser ni comment votre enfant va réagir à la plus simple des réflexions.

As-tu bien dormi ?

Et l’adolescent répond : « mais laisse-moi tranquille ! Pourquoi tu me poses des tonnes de questions dès que j’ouvre les yeux ? ».

Et voilà comment une journée qui avait bien commencé tourne au cauchemar.

Un simple échange de mots devient une déclaration de guerre.

Mais pourquoi ?

D’abord, les parents ont tendance à oublier leurs propres années rebelles.

Ils oublient qu’eux aussi étaient susceptibles et irritables à cet âge.

C’est une partie inévitable du développement de l’enfant.

À l’adolescence, les enfants ont besoin de se détacher de leurs parents pour faire leurs premiers pas dans l’âge adulte.

Et ils ont l’impression que leurs parents font tout pour les contrôler.

Alors, un conflit naît de cette distorsion.

D’un autre côté, il y a aussi les parents qui se rappellent extrêmement bien leur adolescence et qui ont peur que leurs enfants suivent le même chemin et mettent en péril leur futur.

Bref, le comportement des parents est généralement motivé par de bonnes intentions.

Simplement, les adolescents ne sont pas encore capables de gérer leurs émotions et ils doivent faire face à de nouveaux défis.

Le stress est au maximum pour tout le monde.

Mais quels sont les conflits les plus courants durant la puberté ?

Et surtout, comment, en tant que parents, pouvez-vous les gérer ?

1. Avant, les parents étaient des héros, maintenant, ils font honte à leurs enfants

En tout cas, c’est comme ça que chacun ressent la situation.

La puberté est un état d’urgence, après tout, il n’y a pas de développement plus extrême chez l’homme et la femme que pendant l’adolescence.

Chez les adolescents, le modèle d’attachement et l’esprit changent soudainement.

De nombreux conflits en découlent.

Les enfants ne peuvent pas remettre en question leur amour pour leurs parents, ils sont inconditionnellement liés à leurs principaux soignants.

À la puberté, ce lien se dissout brutalement en grande partie, et pour les adolescents, la mère et le père deviennent des gens normaux avec de nombreuses faiblesses.

Si ces anciens héros de l’enfance, rétrogradés à la normale, continuent d’insister sur leur position autoritaire, la mère et le père ne font qu’énerver leur progéniture.

Les jeunes se rebellent et les parents sont impuissants.

Cette perte d’attachement est aussi la raison pour laquelle les jeunes ne se confient plus à leurs parents.

Naturellement, cela effraie les parents, car ils ont l’impression que leur enfant leur échappe.

Ainsi, les parents vivent une véritable perte d’amour et de contrôle à travers la puberté de leurs enfants.

Pour ne rien arranger, la puberté des enfants confronte les parents au fait désagréable qu’eux-mêmes vieillissent : tôt ou tard, ils devront se retirer et laisser la place à la nouvelle génération.

Une réalisation qui peut faire peur.

2. Des changements d’humeur drastiques et imprévisibles

Il est normal que les adolescents soient ravis puis tristes à mort, car leurs tâches de développement sont énormes.

Sortir de la famille protégée peut apporter peur et confusion.

De plus, la dernière et énorme poussée de croissance est épuisante, le cerveau se reconstruit à nouveau et la sexualité s’éveille grâce à la libération d’hormones.

La mauvaise humeur des jeunes n’est généralement pas sans raison de toute façon, seuls les parents ne savent pas vraiment d’où elle vient.

Quiconque réagit calmement ou avec humour à une mauvaise humeur, qui montre de l’intérêt, en apprend beaucoup sur la vie quotidienne des jeunes, sur le bonheur et le chagrin, la musique populaire et les comportements de fête impossibles.

Quiconque demande des éclaircissements et des réponses du type « est-ce que tu as le cœur brisé ? » n’ira pas plus loin.

Des questions ouvertes comme « est-ce que tu as un problème ? » sortent plus facilement les jeunes de la réserve.

3. Les conseils des parents ne sont plus aussi utiles

La bonne nouvelle : L’attachement aux parents ne disparaît pas complètement avec la puberté, il devient juste plus faible et différent.

La mauvaise nouvelle – selon le cercle d’amis : au lieu de se tourner vers sa mère et son père, le jeune se tourne vers ses amis.

Créer des liens avec eux est désormais crucial.

D’ailleurs, ce lien est généralement aussi fort avec son meilleur ami ou son premier amour qu’elle l’était avec ses parents, ce qui rend ces relations si spéciales.

Avec votre meilleur ami, vous êtes « un cœur et une âme » et vous vous jurez fidélité éternelle.

Et vous attendez autant de sécurité et d’affection de votre premier/première petit ami/petite amie qu’avant de la part de vos parents.

Cela fait partie du processus de maturation qui n’est pas sans déceptions.

La tâche des parents est de donner à leurs jeunes enfants un refuge sûr, un refuge contre les difficultés et les injustices de la vie.

4. La colère de la rébellion

Le problème est que les parents ne peuvent pas choisir des amis parfaits pour leurs enfants.

Donc, condamner la clique branchée et s’en prendre constamment aux amis des enfants n’aide pas non plus.

Cela conduit tout au plus les jeunes à s’attacher encore plus à ces amis et à les protéger de leurs parents.

Quand une amitié se brise, quand les jeunes sont exclus de la clique ou partent de leur plein gré, ils ont besoin du soutien inconditionnel de leurs parents.

Les parents peuvent et doivent exprimer leurs opinions sur le comportement d’un ami, en particulier lorsqu’ils s’inquiètent d’un éventuel préjudice, mais ils ne doivent pas le critiquer en général.

De plus, ils ne doivent pas insister pour que leur progéniture prenne à cœur les critiques.

Les adolescents veulent être traités comme des adultes et décident eux-mêmes des conseils à accepter ou non, même s’ils ne sont pas encore adultes.

Pour vous rassurer : les années avant la puberté ne sont pas effacées.

Les valeurs et les attitudes que les parents ont transmises à leurs enfants, ainsi que l’environnement social dans lequel ils ont élevé les enfants, restent d’une grande importance.

Mais le problème est que beaucoup d’enfants aujourd’hui grandissent très isolés.

Les jeunes n’ont alors souvent pas le choix, ils sont limités à leur environnement immédiat à l’école.

Une manière judicieuse d’aider les enfants et les jeunes à élargir leur cercle social est de les impliquer dans un club de sport ou de musique.

5. Le premier amour est souvent une désillusion

Un sujet délicat, car ici ce sont souvent les parents qui réagissent de manière excessive.

Dans aucune autre situation, ils ne sont plus conscients qu’ils vont « perdre » leur enfant !

Le premier amour rappelle brutalement aux parents que l’enfance de leur fille ou de leur fils est terminée.

Des sentiments très archaïques jouent souvent un rôle subliminal.

Si les parents réalisent que leur attitude négative envers leur premier grand amour n’est pas seulement due à leur partenaire, mais aussi à eux-mêmes, ils peuvent éviter les critiques inappropriées et plutôt essayer de comprendre.

L’amour est une aventure dans laquelle de nombreuses expériences doivent être faites.

Les parents compatissants sont plus susceptibles de se confier aux jeunes, ce qui leur donne la possibilité de devenir des partenaires de conversation pour leurs enfants – sur un pied d’égalité.

En même temps, les parents doivent apprendre à lâcher prise, sinon ils mettent en danger la relation avec leur progéniture et aussi leur couple.

Le premier amour soulève de nombreuses questions tant pour les adolescents que pour leurs parents.

De plus, les parents doivent prendre conscience que l’amour et la sexualité font partie de la vie d’adulte de l’adolescent et non plus de la famille d’origine.

À lire aussi : Que vit votre ado pendant la puberté, cette période de changements ?