Skip to Content

Comment devez-vous vous comporter pendant l’adolescence de votre enfant ?

Comment devez-vous vous comporter pendant l’adolescence de votre enfant ?

La période de l’adolescence rebelle est inévitable.

C’est un processus naturel de développement !

D’ailleurs, elle est souvent qualifiée de deuxième naissance ou d’années difficiles et présente non seulement des défis et des problèmes divers pour les enfants, mais aussi pour les parents.

Dans la phase de transition de l’enfance à l’âge adulte, non seulement des changements physiques ont lieu dans le corps, mais surtout psychologiques et cognitifs.

Lorsque l’enfant atteint la puberté, les parents ne le remarquent pas toujours.

Pas étonnant, car ce moment délicat marque le début du détachement émotionnel des adolescents qui ont grandi dans la puberté vis-à-vis de leurs propres parents.

Les adolescents pendant la puberté – et par conséquent aussi leurs parents – ressentent clairement à quel point les hormones peuvent influencer leur état général et leur stabilité psychologique.

Parce que les hormones contrôlent non seulement la maturité sexuelle physique, mais aussi d’autres facteurs importants tels que la perception de soi, la confiance en soi, le lien social ou la position de soi par rapport aux autres.

Le déséquilibre hormonal pendant la puberté est normal, mais dans certains cas, il peut aussi avoir des conséquences négatives et, dans le pire des cas, entraîner des problèmes tels que des troubles alimentaires ou une dépression.

L’adolescence, c’est un état d’urgence constant

Beaucoup de choses changent aussi dans le cerveau lui-même, il mûrit pendant la puberté.

C’est-à-dire qu’il subit une restructuration.

Les processus de pensée et les formes de comportement enfantins sont rejetés, les connexions neuronales qui se sont formées dans l’enfance sont en grande partie dissoutes à nouveau dans cette phase et de nouvelles se forment à leur place.

La vitesse des processus de pensée augmente plusieurs fois, de sorte que les adolescents finissent par penser aussi vite que les adultes.

Mais tant que ces processus ne se terminent pas, le chaos règne souvent.

Pourquoi ?

Car chacune des régions du cerveau se développe à son rythme.

Selon les experts médicaux, le cortex préfrontal, par exemple, est l’un des derniers à mûrir.

Cette zone du cortex cérébral contrôle, entre autres, l’évaluation émotionnelle des impressions et des expériences et contribue à nous faire prendre conscience des conséquences des actions et à permettre le contrôle des impulsions correspondantes.

Si l’on considère que ces compétences ne sont pas encore pleinement accessibles aux adolescents pendant la puberté, on comprend pourquoi leurs réactions à certains stimuli ne correspondent souvent pas à celles des adultes.

Des réactions excessives, de l’agressivité, de la colère, de la peur, mais aussi une volonté accrue de prendre des risques peuvent en être les conséquences.

Pour préserver la relation, les parents doivent apprendre à prendre leurs distances.

Le comportement des parents envers leurs enfants pubères pendant cette période difficile est crucial pour leur développement.

Pour de nombreux jeunes, les graves bouleversements de leur propre corps et de leur propre pensée causent des problèmes bien plus importants qu’ils ne sont prêts à l’admettre à leurs parents.

Cependant, les parents interprètent souvent leur processus d’émancipation comme une attaque directe ou un rejet, ce qui met une pression supplémentaire sur la relation.

L’éducation classique se termine généralement au début de la puberté, car les jeunes échappent souvent à ces mesures.

Désormais, il est plus important pour les parents d’observer, d’accompagner, de se tenir prêts, de soutenir et d’encourager positivement.

Le bon mélange de confiance et de distance aide généralement les parents à ne pas aggraver la situation à la maison et donne aux jeunes le sentiment que, malgré les problèmes, ils peuvent faire les choses correctement et peuvent compter sur le soutien de leurs parents.

Une surveillance et un contrôle constants par peur des faux pas de la progéniture déclenchent le rejet et la défiance dans la plupart des cas.

Comment reconnaître les problèmes de votre adolescent ?

Il n’est souvent pas facile de faire la distinction entre un comportement pubertaire normal et un comportement problématique tel que des troubles d’adaptation émotionnelle ou sociale.

Surtout si vous voulez donner à vos enfants la liberté nécessaire pour développer leur propre personnalité pendant la puberté.

C’est là que les parents doivent être sensibles.

Dans de tels cas, une meilleure compréhension du comportement de son propre enfant est souvent fournie par la consultation et la coopération avec des institutions telles que l’école afin d’être en mesure de mieux saisir l’ampleur du problème.

Reconnaître les problèmes scolaires

Il n’est pas rare que l’école fasse également partie du problème.

La puberté peut s’accompagner d’une baisse plus ou moins brutale des performances scolaires, qui semble souvent inexplicable aux parents.

Les parents concernés doivent essayer de ne pas projeter leurs attentes sur les enfants et d’abord faire comprendre à eux-mêmes et à leur progéniture que cela ne signifie pas la fin du monde.

Le manque de concentration et la fatigue à l’école, par exemple, peuvent fréquemment être simplement attribués à des changements hormonaux et à l’altération du cycle veille-sommeil qui en résulte.

Répondre à une baisse de performance pendant la puberté avec encore plus de pression est fondamentalement une mauvaise approche.

Dans le meilleur des cas, les élèves surmontent leur dépression par eux-mêmes ou avec les conseils et le soutien de camarades de classe et d’amis.

Si ce n’est pas le cas, les parents peuvent activement proposer de l’aide à leurs enfants et créer des incitations à l’apprentissage sans leur donner immédiatement un ultimatum.

Reconnaître les mensonges

Avec la douloureuse prise de conscience que leur propre enfant leur a menti, les parents ont souvent le sentiment qu’ils ont échoué dans leur éducation ou qu’ils ont perdu le contact avec leur enfant.

Il n’est souvent même pas possible de comprendre exactement pourquoi les enfants mentent.

Pendant l’adolescence, les mensonges, mineurs et majeurs, font généralement partie de la rébellion contre les figures d’autorité.

La peur de la punition est aussi une raison possible de mentir à ses parents, tout comme la peur de perdre leur respect ou leur confiance.

Le simple fait d’être submergé peut aussi être une raison pour mentir, essayer de contourner une interdiction ou gagner le respect de ses pairs.

En aucun cas, les parents suspects ne doivent espionner leurs enfants ou même leur vie privée.

Comment survivre ensemble à la puberté ?

La chose la plus difficile pour les parents d’enfants pubères est habituellement de ne pas prendre personnellement les querelles et les supposées attaques de leur progéniture et de ne pas leur en vouloir.

Même si cela semble parfois presque impossible, la sérénité reste le meilleur remède pour tous, la puberté s’étalant généralement sur plusieurs années.

Les parents doivent garder à l’esprit que cette phase, même si elle est intense, est importante et nécessaire pour que non seulement le corps, mais aussi la personnalité et l’identité du jeune puissent mûrir et se développer davantage.

Pendant la puberté, les jeunes aiment et se rebellent souvent contre les conventions et les opinions que leurs parents leur ont transmises à travers leur éducation.

La recherche montre cependant que même si vous essayez, vous ne pouvez pas vous en débarrasser aussi facilement.

Malgré une puberté agitée, la plupart des gens ont intériorisé les valeurs et les idées de leurs parents et les perpétuent plus tard.

Mais les parents et les enfants n’ont pas besoin d’être les meilleurs amis !

  1. Les jeunes veulent recevoir des félicitations, même quand les choses ne se passent pas bien.
  2. Même s’ils ne l’admettraient jamais : les adolescents ont besoin de l’affection et de la tendresse de leurs parents.
  3. Leur cercle d’amis et leur propre sphère privée sont sacrés pour les jeunes, les parents doivent donc les laisser intacts autant que possible.
  4. Règles « oui », paternalisme « non » : les jeunes ont besoin de structure, mais avec une éducation autoritaire, les parents tendent le bâton pour se faire battre.
  5. Dialogue au lieu de monologue : ceux qui essaient patiemment de communiquer de manière constructive avec leur enfant ont de meilleures chances de succès que les parents qui pointent constamment du doigt les choses à faire et à ne pas faire.
  6. Argumenter est tout aussi important qu’écouter : les jeunes à la puberté veulent côtoyer des adultes.
  7. Sérénité au lieu de stress !

À lire aussi : Puberté : quand les hormones se réveillent et chamboulent tout