Skip to Content

Voici 9 Conseils à suivre quand votre enfant ne vous écoute pas

Voici 9 Conseils à suivre quand votre enfant ne vous écoute pas

Rien n’est plus frustrant pour les parents : malgré les demandes et les rappels, votre enfant n’écoute pas et refuse d’accomplir des tâches ou de suivre des instructions.

Avant de perdre patience ou de crier, la première chose à faire est de rester calme.

Souvent, votre enfant ne vous écoute pas pour une raison très précise. 

Peu importe si vous demandez à votre enfant, avec une voix d’ange, de ranger sa chambre ou si vous lui criez dessus pour qu’il sorte la poubelle, rien n’y fait !

Il ne vous écoute pas.

D’ailleurs, il vous ignore complètement.

Presque tous les parents connaissent la situation dans laquelle la progéniture ignore systématiquement les demandes et les souhaits.

Tout d’abord, vous devriez intérioriser ceci : la plupart des enfants sont tout à fait disposés à coopérer avec leurs parents ou à les aider et ne veulent pas de disputes et d’ennuis.

Mais souvent, les demandes des parents s’accompagnent de tâches fastidieuses, de sorte qu’un certain ton de voix est involontairement et intuitivement ignoré.

Pour que vous puissiez agir correctement, il faut d’abord savoir pourquoi votre enfant n’entend pas dans la situation actuelle.

Il peut y avoir de nombreuses raisons différentes pour lesquelles votre enfant ne vous écoute pas :

  • Besoin fondamental

Une cause possible est un besoin fondamental non satisfait tel que la faim ou la fatigue.

Après tout, chaque adulte le sait lui-même : lorsque nous avons faim ou que nous sommes fatigués, il nous est difficile de nous concentrer.

Nous sommes de mauvaise humeur et nous n’en avons tout simplement pas envie.

Vous devez permettre à votre enfant de faire de même.

  • Besoin d’attention 

Avez-vous été occupé(e) aujourd’hui et n’avez-vous pas pu passer beaucoup de temps avec votre enfant ?

Dans ce cas, il se peut que votre progéniture veuille simplement attirer votre attention.

Généralement, la meilleure façon de l’obtenir est d’avoir un comportement méchant et non un bon comportement.

  • Provocation

Le fait que votre enfant ne vous écoute pas – en particulier dans le cas des adolescents – peut également être considéré comme une provocation.

Ici, c’est un peu plus difficile d’en comprendre les causes exactes, surtout s’il devient agressif, hurle ou se démène en même temps.

L’autoréflexion peut être une première approche : pensez à quel point vous avez été coopératif/coopérative aujourd’hui et si vous avez rebuté votre enfant avec des petits mots comme « bientôt ».

L’enfant peut délibérément ne pas vous écouter pour vous punir.

  • Test des limites

Les jeunes enfants, en particulier, ignorent délibérément leurs parents.

Ce n’est pas pour ennuyer les parents, mais plutôt l’enfant essaie de tester les limites.

Il observe comment ses parents réagissent à son comportement.

  • Dépassement

De temps en temps, il arrive que votre enfant soit tout simplement dépassé par la tâche que vous lui avez confiée.

Cela peut être à la fois des devoirs trop difficiles et une pièce en désordre, laissant l’enfant désorienté et incapable de suivre vos instructions.

  • Mimétisme

Les enfants imitent instinctivement le comportement des adultes, à la fois positif et négatif.

Si vous êtes heureux/heureuse et amical(e), votre enfant le sera généralement aussi.

Par exemple, si vous êtes agacé(e) par le stress au travail et que vous élevez parfois la voix, il se peut que votre enfant reflète simplement votre comportement.

  • Fierté

Votre enfant a fait une bêtise et vous l’avez grondé à cause de cela.

Réaction : le défi.

Dans ce cas, votre progéniture comprend très bien que sa réaction était stupide – mais est trop fier pour admettre cette erreur.

Résultat : manque de coopération.

  • Autonomie

La recherche d’indépendance est innée chez les enfants et est également importante pour la survie d’un point de vue évolutif.

Les premiers signes sont déjà visibles chez les bébés qui veulent tenir eux-mêmes leur biberon, même s’ils ne le saisissent pas encore vraiment.

Si votre enfant réagit avec défi, il se peut qu’il souhaite prendre ses propres décisions et agir de manière autonome.

Dans la plupart des cas, il est très difficile de déterminer exactement ce qui cause le comportement de défi.

Que pouvez-vous faire quand votre enfant ne vous écoute pas ?

Exiger une obéissance stricte de la part des enfants est désormais considéré comme obsolète dans la plupart des familles.

Cependant, la coopération, c’est-à-dire la coopération entre l’enfant et les parents, est extrêmement importante pour une vie de famille harmonieuse.

Pour que cela soit possible, la relation doit être basée sur la confiance, dans laquelle les deux parties se rencontrent sur un pied d’égalité.

Pour une coopération réussie entre les parents et l’enfant, il faut d’abord créer un sentiment d’unité et répondre aux besoins fondamentaux de l’enfant : sécurité, fiabilité et appartenance constituent la base d’une vie de famille harmonieuse.

1. Choisissez la proximité au lieu de la distance

Ce n’est que si vous accordez toute votre attention à votre enfant que vous pouvez attendre la même chose de sa part.

Ce n’est pas facile dans la vie de tous les jours, mais ne parlez pas à votre enfant à distance.

Les demandes ou les requêtes émises d’une pièce à l’autre sont ignorées plus souvent que si vous parlez à votre enfant directement au niveau des yeux et que vous le regardez.

Les enfants sont souvent tellement absorbés par leur monde, en écoutant de la musique ou dans leur jeu actuel, qu’ils ne remarquent même pas les appels qui sont lancés.

Par conséquent, exigez directement l’attention en étant présent(e) : demandez-lui d’arrêter de jouer et d’écouter un instant.

Il peut également être utile de demander à l’enfant de répéter la demande que vous avez émise pour s’assurer qu’il vous entend et vous comprend.

2. Le bon choix de mots

La plupart des enfants ont besoin d’instructions spécifiques.

Par conséquent, évitez les mots et les éléments de phrase vagues et impersonnels.

Et utilisez le pronom « je ».

Mauvais : « Peux-tu ranger ta chambre, on ne voit même pas le sol ! »

Bon : « Je veux que tu ranges ta chambre pour que l’on ne marche pas sur tes jouets. »

Mauvais : « Nettoie ta chambre maintenant, tu as compris ? »

Bon : « Peux-tu nettoyer ta chambre ? »

3. Faites attention à l’effet de la voix et du langage corporel

Un message est composé de mots prononcés, de voix et de langage corporel.

Lorsque vous formulez des demandes, menez toujours votre voix de haut en bas, car ce ton de voix transmet la clarté.

Une voix ténue qui s’élève inconsciemment à la fin d’une phrase traduit l’insécurité.

Astuces :

  • N’élevez pas la voix si vous devez répéter une demande. En règle générale, ce n’est pas dû à un manque d’audition – l’enfant a déjà compris quoi faire la première fois.
  • Aussi, évitez de devenir plus insistant(e) : restez calme et posé(e) – un ton de voix agressif est également transmis à l’enfant.
  • Essayez de vous mettre à la place de votre enfant : si votre enfant ne répond pas à une demande, demandez-vous si le ton de sa voix n’était peut-être pas trop dur.
  • Essayez d’y aller un peu plus doucement. Avec de jeunes enfants, cela aide, par exemple, à encourager l’enfant à faire la tâche de manière ludique, par exemple en laissant une poupée parler avec votre voix.
  • De brefs exercices de relaxation ou une respiration profonde peuvent faire des merveilles lorsque la situation menace de dégénérer. Prenez une minute et reformulez votre demande à l’enfant.

4. Félicitez au lieu de réprimander

Les parents ne remarquent que lorsqu’une demande n’est pas suivie immédiatement.

L’impression générale reste que l’enfant n’entend pas.

Cependant, la plupart des parents négligent le fait que l’enfant se conforme très souvent à leurs souhaits, ce qui est généralement tenu pour acquis.

Un comportement indésirable est souvent récompensé par l’attention, tandis que la plupart des parents ignorent le comportement correct.

C’est pourquoi la devise est : féliciter au lieu de réprimander !

Dites à votre enfant quand il a fait quelque chose de bien et remerciez-le de sa coopération.

Si l’enfant n’écoute pas, cependant, les conséquences négatives ne doivent en aucun cas devenir des menaces.

Même les jeunes enfants reconnaissent que des menaces telles que « se coucher sans dîner » n’ont aucun sens et ont peu de chances d’être mises à exécution.

Ne jouez pas non plus avec l’anxiété de séparation de l’enfant, car cela peut avoir des effets à long terme sur la relation.

Au lieu de cela, il est utile de lier la demande à un événement agréable.

La conséquence logique : l’enfant apprend qu’il y a des conséquences positives s’il écoute ses parents.

Mauvais : « Si tu ne ranges pas ta chambre maintenant, tu te coucheras sans dîner. »

Bon : « Quand tu auras fini de ranger, je te lirai un livre. »

La meilleure réponse parentale lorsque votre enfant n’écoute pas dépend de la situation et du caractère.

Un adolescent de mauvaise humeur nécessite une manipulation différente d’un tout-petit têtu.

Il est important de réagir calmement, d’agir calmement et de ne pas laisser la situation dégénérer.

5. Ne laissez pas de place à l’argumentation

Ne laissez pas de place à la discussion et concentrez-vous sur une récompense ultérieure que l’enfant pourra attendre avec impatience lorsqu’il aura terminé sa tâche.

Des mots comme « si » ou « dès » qui promettent une petite récompense peuvent souvent faire des merveilles.

Même les adultes le savent : nous préférons faire du bénévolat plutôt que du devoir.

6. Donnez le choix à votre enfant

Par conséquent, donnez à l’enfant la possibilité de prendre ses propres décisions, par exemple quel jouet il veut ranger en premier.

Les questions décisionnelles simulent une certaine liberté pour l’enfant, ce qui peut augmenter sa motivation.

Le fait que l’enfant nettoie sa chambre est tenu pour acquis, mais vous pouvez donner à l’enfant l’illusion d’une action volontaire.

7. N’oubliez pas de remercier votre enfant

N’attendez pas que l’enfant ait terminé son devoir pour dire merci.

Un remerciement précoce, amical et honnête peut également augmenter la motivation : les enfants veulent faire plaisir à leurs parents et se sentent alors souvent obligés d’accéder à la demande.

8. Décomposez la tâche

Les enfants sont souvent débordés dans la vie de tous les jours.

C’est là qu’il peut être utile de décomposer la tâche en petits morceaux qui sont effectués un par un.

Par exemple, lorsqu’il s’agit de ranger la chambre, vous pouvez d’abord demander à votre enfant de poser ses livres sur l’étagère puis procéder par petites étapes.

9. La motivation est de mise

L’enfant exprime souvent son mécontentement par des déclarations telles que « je ne peux pas faire ça ».

Ne pas ignorer, mais encourager est la bonne approche pédagogique ici.

Offrez votre aide et attirez l’attention sur des choses que votre enfant peut déjà faire.

Ce conseil peut être utile, par exemple, si votre enfant hésite à faire ses devoirs.

À lire aussi : L’amour doit être à la base de l’éducation de vos enfants