Skip to Content

Pourquoi la psychomotricité est-elle importante pour l’enfant ?

Pourquoi la psychomotricité est-elle importante pour l’enfant ?

La psychomotricité est la relation entre le psychisme (processus mentaux) et la motricité (activités physiques).

Ce qui veut dire que la psychomotricité permet l’ajustement à différents niveaux :

  • pragmatique – techniques manuelles et intellectuelles
  • social – communication
  • esthétique – expressions corporelles
  • éducatif

Le développement de la psychomotricité dès l’enfance implique que la maîtrise du corps vient en premier lieu de la maîtrise du comportement. Ce qui veut dire que c’est essentiel pour qu’un enfant, puis un adulte, s’adapte aisément à l’environnement qui l’entoure. 

Aujourd’hui, tout le monde sait que le mouvement joue un rôle essentiel dans le développement. Non seulement physique de l’enfant, mais aussi mental, moteur, artistique et socio-affectif, répondant ainsi à ces besoins fondamentaux.

Par conséquent, il unifie tous les apprentissages et devient le facteur de l’apprentissage et du développement précoce. Il offre des connaissances et des compétences.

La pratique psychomotrice peut prendre deux orientations : thérapeutique et éducative.

L’âge d’or de la « psychomotricité » se situe de la naissance à 8 ou 9 ans.

Par le corps, le jeu et le mouvement, l’enfant apprend à maîtriser son espace, son temps et ses déplacements dans un processus altruiste.

Outre l’aspect moteur qui permet l’acquisition de notions telles que l’orientation spatio-temporelle, la connaissance de l’image du corps, les notions de taille… qui permettent le développement du langage, la maîtrise de l’orthographe (donner du sens aux lettres, écrire, lire) l’arithmétique (notion de temps, de quantité) et qui semblent fixer les connaissances et les compétences scolaires : la psychomotricité de groupe propose également un travail relationnel.

Les enfants, par le jeu et par l’intervention de l’enseignant psychomotricien auprès de l’enfant ou du cadre fixé pendant la séance, vont vivre une série d’expériences motrices. De plus, il vivra des expériences relationnelles, lui permettant d’exprimer ses émotions, de les contrôler, d’être conscient de lui-même et des autres.

Quels sont les bénéfices de la psychomotricité pour l’enfant ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi tout le monde fait un foin de la psychomotricité. Il y a une raison à cela, enfin il y en a plusieurs… En effet, le développement de la psychomotricité dans l’enfance permet de créer des habitudes saines et des comportements équilibrés.

  • La psychomotricité sert de canal, car l’enfant peut décharger son impulsivité sans culpabilité. Cette décharge sera déterminante pour son équilibre émotionnel.
  • Elle facilite l’acquisition du schéma corporel, permet à l’enfant de prendre conscience de son propre corps.
  • La psychomotricité favorise la maîtrise du corps. L’enfant apprend à maîtriser et à adapter les mouvements de son corps.
  • Elle aide à affirmer sa latéralité, son contrôle postural, son équilibre, sa coordination, son repérage dans le temps et l’espace.
  • Elle stimule la perception et la discrimination des qualités des objets ainsi que l’exploration des différentes utilisations que l’on peut en faire.
  • La psychomotricité crée des habitudes qui facilitent l’apprentissage, améliorent la mémoire, l’attention et la concentration, ainsi que la créativité de l’enfant.
  • La psychomotricité introduit des notions spatiales telles que haut-bas, côté-côté, avant-arrière, près-loin et autres, à partir de son propre corps.
  • Elle renforce les notions de base de couleur, de taille, de forme et de quantité par une expérience directe avec les éléments de l’environnement.
  • La psychomotricité permet à l’enfant de s’intégrer au niveau social avec ses camarades, favorise le jeu en groupe.
  • Elle aide à affronter certaines peurs, l’enfant renforce non seulement son corps, mais aussi sa personnalité en surmontant certaines craintes qui l’accompagnaient auparavant.
  • Elle réaffirme son concept de soi et son estime de soi, se sentant plus sûr sur le plan émotionnel, du fait de la connaissance de ses propres limites et capacités.

Trouble psychomoteur : explications et causes

Le trouble psychomoteur est un dysfonctionnement du développement neurologique. Cela affecte donc la vie de l’enfant ou de l’adulte dans sa dimension perceptivomotrice.

Les symptômes du trouble psychomoteur peuvent varier d’un individu à l’autre. De même, les enfants et les adultes peuvent présenter des symptômes différents.

Les troubles psychomoteurs peuvent causer des problèmes au niveau de la fonction musculaire et de la parole, ce qui peut ensuite entraîner des problèmes dans les tâches quotidiennes, comme par exemple :

  • se brosser les dents
  • s’habiller
  • cuisiner et manger
  • prendre une douche
  • effectuer des tâches ménagères
  • avoir une vie sociale 
  • communiquer

Et cela ne s’arrête pas là, ce trouble de la psychomotricité peut affecter le travail et les loisirs également. Par exemple, saisir des objets ou marcher peut s’avérer difficile. Monter les escaliers peut être impossible.

Les tâches d’adulte qui sont souvent considérées comme « normales » peuvent également représenter un défi. Il s’agit notamment de faire les courses, d’entretenir la maison et de gérer l’argent.

Les enfants atteints de troubles psychomoteurs peuvent présenter des difficultés à :

  • marcher
  • jouer avec des jouets
  • parler
  • saisir des objets
  • se nourrir

Vous comprenez maintenant pourquoi le développement de la psychomotricité est si important ?

Quelles sont les causes des troubles psychomoteurs ?

Les troubles de la psychomotricité sont le symptôme d’un certain nombre de causes. Parmi celles-ci, citons :

  • les troubles génétiques
  • les troubles neurologiques
  • certaines maladies chroniques
  • les déséquilibres hormonaux
  • les troubles de la santé mentale

Parmi les causes les plus courantes de la déficience de la psychomotricité, citons les suivantes :

  • le syndrome d’Allan-Herndon-Dudley
  • les troubles céphaliques
  • la xanthomatose cérébrotendineuse (CTX)
  • la dépression
  • l’hypothyroïdie
  • la maladie de Grave
  • la lissencéphalie
  • la maladie de Parkinson

Dans certains cas, la déficience de la psychomotricité est un effet secondaire des médicaments. Cela semble être plus fréquent avec les médicaments pour la santé mentale, tels que :

  • les benzodiazépines pour l’anxiété (clonazépam)
  • les stimulants pour le TDAH (amphétamine)
  • les antipsychotiques typiques/neuroleptiques (Chlorpromazine)
  • les antipsychotiques atypiques (Lurasidone)

Comment les troubles psychomoteurs sont-ils diagnostiqués ?

Lors de votre rendez-vous, votre médecin procédera à un examen physique et vous interrogera sur vos antécédents médicaux. Décrivez à votre médecin tous vos symptômes, y compris le moment où ils sont apparus.

Si votre médecin soupçonne des troubles neurologiques ou génétiques, il peut demander d’autres tests. Il s’agit notamment d’examens d’imagerie du cerveau (IRM, échographie, tomodensitométrie). Il est également probable que vous soyez orienté vers un neurologue.

Votre médecin peut également demander une analyse de sang. Si votre médecin soupçonne un trouble de la thyroïde, des analyses de sang sont nécessaires pour mesurer les hormones associées dans l’organisme. Vous devez être à jeun avant ces tests afin d’obtenir un résultat précis.

Si vous soupçonnez un trouble de la santé mentale, vous pouvez demander l’aide d’un psychiatre. Il peut aider à prescrire des médicaments si nécessaire. La thérapie comportementale est une autre option.

Comment traite-t-on les déficiences liées à la psychomotricité dans l’enfance ?

Les traitements des troubles de la psychomotricité sont basés sur la gravité ainsi que sur les causes sous-jacentes. Si des médicaments sont disponibles pour votre maladie, ces types de traitements peuvent aider à prévenir des symptômes tels que les troubles psychomoteurs :

  • Les médicaments pour la maladie de Parkinson se concentrent sur l’élévation des niveaux de dopamine dans le cerveau.
  • L’hypothyroïdie peut être traitée par des substituts d’hormones thyroïdiennes.
  • Les symptômes des déficiences mentales peuvent bénéficier de médicaments psychiatriques, comme les antidépresseurs ou les antipsychotiques.

Par contre, s’il s’avère que votre médicament est à l’origine de ces symptômes, votre médecin pourrait vous recommander une ordonnance différente. (N’arrêtez jamais de prendre un médicament de votre propre chef !)

Les thérapies de réadaptation peuvent également être bénéfiques pour toute personne souffrant de troubles psychomoteurs :

  • la physiothérapie pour les mouvements musculaires et la force générale
  • l’ergothérapie pour les habiletés motrices nécessaires à l’accomplissement des tâches quotidiennes
  • l’orthophonie pour les difficultés à manger et à parler

L’agitation psychomotrice : un autre trouble de la psychomotricité

Vous ne connaissez peut-être pas cette forme de trouble psychomoteur.

L’agitation psychomotrice est un sentiment d’agitation anxieuse qui amène une personne à faire des mouvements sans le vouloir.

L’agitation de la psychomotricité affecte souvent les personnes atteintes de trouble bipolaire, mais elle est également associée à d’autres conditions qui affectent la santé mentale ou la fonction neurologique. C’est une expression physique de l’anxiété et de la tension mentale.

Elle peut prendre plusieurs formes, certaines moins graves et d’autres plus graves. Elle implique des mouvements et des comportements répétitifs, sans but ou involontaires. Ces mouvements et comportements sont faits en réponse à des sentiments d’agitation causés par une anxiété accrue.

Les symptômes de ce trouble de la psychomotricité

Les symptômes de l’agitation psychomotrice peuvent inclure l’incapacité de rester assis, l’incapacité de soulager la tension et l’accélération des pensées.

L’agitation psychomotrice peut être pénible pour les personnes qui en font l’expérience et peut également inquiéter leur entourage.

Pour la personne qui vit une agitation psychomotrice, prendre conscience de ces mouvements, ou voir que d’autres les ont remarqués, peut être bouleversant.

Cependant, être conscient des symptômes de l’agitation de la psychomotricité signifie également que les gens peuvent demander l’aide d’un médecin si eux-mêmes, ou quelqu’un qu’ils connaissent, sont affectés.

Les personnes souffrant d’agitation psychomotrice peuvent avoir les problèmes suivants :

  • incapables de rester assises
  • incapables de soulager la tension
  • désespérées de trouver une position confortable
  • de plus en plus anxieuses
  • comme si leurs pensées s’emballaient
  • exaspérées
  • irritables
  • en larmes

Ces sentiments peuvent amener les personnes souffrant d’agitation psychomotrice à :

  • faire le tour d’une pièce
  • se tordre les mains
  • taper des doigts
  • taper du pied
  • s’agiter
  • démarrer et arrêter les tâches brusquement
  • parler très vite
  • déplacer des objets sans raison
  • enlever les vêtements puis les remettre

Il est important que les gens sachent que ces comportements ne sont pas en eux-mêmes préoccupants. Beaucoup de gens font des mouvements ou des comportements répétitifs par habitude.

Cependant, une personne souffrant d’agitation de la psychomotricité peut afficher ces comportements d’une manière qui semble :

  • incontrôlable
  • sans but
  • frénétique
  • répétitive
  • très vite
  • saccadée
  • frustrée

Les personnes qui sont plus gravement touchées par l’agitation de la psychomotricité peuvent se comporter d’une manière qui pourrait nuire à leur corps, notamment :

  • se mordant les lèvres jusqu’à ce qu’elles saignent
  • arracher la peau autour de leurs lèvres
  • arracher la peau autour de leurs ongles
  • mâchant l’intérieur de sa joue

Comment gérer ce trouble de la psychomotricité ?

Si une personne souffre d’agitation psychomotrice ou connaît quelqu’un qui en souffre, c’est une bonne idée d’en parler à un médecin. Un médecin peut déterminer la cause de l’agitation psychomotrice et donner des conseils sur la meilleure façon de la gérer.

Lorsque l’agitation de la psychomotricité est causée par une réaction à un médicament, un médecin prescrira un type alternatif.

Si l’agitation psychomotrice est causée par un problème de santé mentale, un médecin peut aider la personne touchée à accéder à l’aide appropriée.

La plupart des problèmes de santé mentale associés à l’agitation psychomotrice sont traités par un traitement médicamenteux. Le type de médicaments prescrits dépendra de la condition. Les traitements qui peuvent aider le trouble bipolaire comprennent les stabilisateurs de l’humeur et les médicaments antipsychotiques.

Un type de médicament appelé benzodiazépines peut également contribuer à l’agitation psychomotrice si elle est causée par une psychose. Cependant, les benzodiazépines ont un risque de dépendance et d’autres effets indésirables.

La psychose peut affecter les personnes qui reçoivent un diagnostic de bipolarité ou de schizophrénie.

En plus du traitement médicamenteux, consulter un thérapeute peut aider les personnes à gérer les problèmes de santé mentale associés à l’agitation psychomotrice.

De plus, l’introduction des changements de style de vie suivants dans sa routine peut aider une personne à réduire son niveau d’anxiété :

  • exercice régulier
  • yoga et méditation
  • exercices de respiration profonde

Lorsqu’une personne a un problème de santé mentale diagnostiqué, ces changements de mode de vie sont mieux utilisés avec les traitements prescrits par un médecin.

À lire aussi : Cyberdépendance : quelles peuvent être les principales conséquences ?