Skip to Content

Contrôle maternel maladif : quand maman éloigne l’enfant du papa…

Contrôle maternel maladif : quand maman éloigne l’enfant du papa…

Au début, Christian pensait qu’il était normal que Manon hésite à lui laisser sa fille.

Il a imputé la faute aux hormones, à la naissance et à la relation déjà très étroite entre la mère et l’enfant qui allaitait.

Encore et encore, il se sentait rejeté et exclu, même s’il aurait aimé tenir plus longtemps la petite Camille dans ses bras.

Leur petite famille avait beaucoup de chance.

En effet, Manon a donné naissance à sa fille à l’âge de 44 ans.

Le couple avait déjà perdu espoir, mais ce miracle les a sauvés.

Il était prévu qu’ils se partagent les tâches et s’occupent tous deux du bébé.

Et Christian s’était battu pour obtenir son congé parental de deux mois auprès de son patron.

Il avait promis à Manon son soutien actif.

Mais maintenant, depuis la naissance de Camille, tout était soudainement très différent.

Contrôle maternel : quand le papa est exclu

Sa petite amie se retirait beaucoup et pas seulement pour allaiter l’enfant.

Son comportement, qui ressemblait à celui d’un videur de boîte de nuit, a fait que Christian se sentait complètement coupé d’elles deux.

Dès qu’il commençait à s’occuper de sa fille, comme la prendre dans ses bras, il entendait un commentaire du genre : « pas besoin de te fatiguer, je vais le faire ».

Au début, Christian faisait de son mieux pour rester calme et se montrer compréhensif.

Mais après quelques mois de « retrait d’enfant », des doutes sont apparus et il s’est déconnecté.

Il se sentait complètement superflu et ne reconnaissait pas sa petite amie.

Aucune attention qui devrait la rendre positive et lui montrer sa sympathie n’aidait non plus.

Manon avait complètement scellé Camille, comme si une porte s’était fermée entre le père et l’enfant.

Si parler n’est plus possible, alors c’est un échec de la distribution des rôles parentaux.

Manon a changé après la naissance et elle s’est mutée en une sorte de mère poule hystérique.

Hormis l’allaitement, les problèmes digestifs et les rituels de sommeil de Camille, elle ne semblait plus s’intéresser à rien.

Christian a été laissé de côté et la relation a touché le fond.

En parler avec sa petite amie n’était pas possible, elle bloquait directement toute approche hésitante.

Alors il a essayé de se rendre utile au moins dans la vie de tous les jours : faire les courses, nettoyer, etc.

Cependant, Christian avait vraiment imaginé quelque chose de différent en matière de congé parental et d’égalité des droits.

Dès qu’il touchait Camille ou voulait changer sa couche, Manon le critiquait.

Tout ce qu’il faisait était mal fait et il ne respectait pas les règles imposées par Manon.

D’ailleurs, celle-ci est même devenue indifférente aux soirées entre filles qu’elle aimait tant auparavant.

Elle préférait rester à la maison plutôt que de laisser Christian être seul responsable de Camille.

Comment se développe le contrôle maternel ?

Manon n’est pas un cas isolé.

Le phénomène fréquent du besoin de contrôle de la mère a fait l’objet de recherches scientifiques.

Le plus souvent, il survient chez le premier enfant, ainsi que chez les mères légèrement plus âgées.

Le terme décrit la mère comme un videur de boîte de nuit qui ferme systématiquement l’accès du père (et parfois d’autres personnes) à l’enfant.

Il existe diverses raisons pour lesquelles certaines mères se considèrent comme « la seule spécialiste qualifiée lorsqu’il s’agit d’enfants ».

Ainsi, certaines femmes voient le rôle de mère dans notre société comme « encore insuffisamment reconnu, alors que la partenaire dans le travail trouve la confirmation nécessaire ».

Donc elles souhaitent annoncer la couleur : « ici, je suis hautement compétente ! ».

Une autre raison est que les femmes essaient de compenser leur manque d’estime de soi par un rôle de mère parfaite.

Dans le lien mère-enfant exclusif, des mères comme Manon peuvent s’épanouir, présenter leur perfectionnisme et renforcer leur confiance en elles dans leur propre revendication du pouvoir.

De plus, le contrôle maternel peut être réalisé comme une lutte de pouvoir dans une relation de couple dysfonctionnelle.

Le conflit tourne souvent autour de la relation entre la mère et le père.

Les thérapeutes de couple y voient un « trouble du lien ».

En conséquence, les mamans accros au contrôle ne peuvent pas s’engager dans une relation avec plus d’une personne et choisissent de se concentrer sur l’enfant.

La raison en est souvent à chercher dans l’enfance.

La mère veut contrôler la relation entre le père et l’enfant, à tel point qu’aucun lien ne peut se développer entre les deux.

Contrôle maternel lors de la séparation

Dans des cas extrêmes, comme une séparation, le contrôle maternel peut conduire à ce que le père soit présenté comme un être sans cœur, détaché et irresponsable, dans sa relation avec l’enfant.

La femme concernée peut en tirer une confirmation profonde de son propre pouvoir.

Certaines de ces femmes ont d’ailleurs grandi dans des familles à répartition classique des rôles : le père allait au travail, l’enfant était tombé dans le domaine de responsabilité de la mère.

Si ce schéma se répète et que la femme considère son rôle de mère comme un devoir aveugle, le déséquilibre perçu peut conduire à une grave frustration.

Pour compenser, elle refuse à son partenaire l’accès à « son domaine ».

Même en garde partagée !

En cas de séparation, le père est souvent tenu à l’écart de l’enfant afin de le punir et de protéger le petit de lui.

Ce comportement vise à montrer à l’ex-partenaire qu’il a échoué en tant que partenaire et en tant que père.

Qu’est-ce que le contrôle maternel fait à la relation entre le père et l’enfant ?

Bien sûr, les parents rejetés comme Christian sont frustrés.

Ils se sentent comme un facteur perturbateur et sont tourmentés par la culpabilité.

Ils réagissent généralement par le retrait et la résignation, car la partenaire reste émotionnellement indisponible.

Ainsi, les pères se sentent souvent exclus, dévalorisés et en même temps impuissants envers leurs épouses.

Ils ressentent leurs épouses comme peu aimantes et rigoureuses dans leur rejet des compétences de leur père.

Dans la mesure où le rôle d’expert est utile pour ces femmes, il n’est guère possible pour le père de les approcher.

Et l’enfant souffre aussi du manque d’amour paternel, indispensable à son développement.

Dès le début, il sent la discorde dans la famille et le supposé rejet de son père.

Il n’est donc pas possible de le voir comme une personne de confiance et de respect.

Il existe un risque que l’impuissance de l’enfant se transforme en graves problèmes psychologiques et relationnels.

Que peut faire le papa ?

La première étape devrait être de commencer une conversation dès le début.

Le partenaire doit reconnaître les efforts de son partenaire et clarifier sa place dans la relation.

Il devrait rester aussi positif que possible et faire des suggestions sérieuses qui pourraient l’exonérer.

Il est utile de ne pas rivaliser ou de se disputer sur ces points, mais de discuter du sujet dans un moment calme.

Les pères ne doivent pas blâmer leurs épouses, mais expliquer ce qu’ils en pensent, afin que la partenaire comprenne son comportement.

Ils n’ont pas à se défendre, mais ils peuvent percevoir les sentiments de votre partenaire et ensuite les comprendre.

Il est également utile de décider ensemble qui assumera quelles tâches, afin que la responsabilité soit clarifiée à l’avance.

La priorité absolue : toujours agir dans le meilleur intérêt de l’enfant !

La répartition équitable du travail et des soins doit d’abord être trouvée.

Chacun doit remettre en question son attitude et, si nécessaire, modifier son comportement.

Il est important d’essayer de prendre soin l’un de l’autre en tant que couple et de prendre soin de la relation au lieu de simplement s’occuper de l’enfant.

C’est la base d’une famille qui fonctionne.

Et si papa était coupable ?

Le contrôle maternel n’est pas la seule faute de la mère, parfois les pères ont aussi leur part de responsabilités.

Leur insécurité, surtout dans les premières semaines avec un enfant, signifie souvent qu’ils se retiennent.

Quand maman voit la maladresse de papa, elle s’alarme immédiatement et s’occupe complètement de l’enfant.

Certains pères sont même soulagés lorsque la femme prend le contrôle et ils n’ont plus à montrer leur inconfort.

Bien qu’il ait été démontré que les femmes ont plus d’empathie et sont fortes dans le travail nourricier et émotionnel, les hommes sont plus susceptibles d’exprimer leurs émotions à travers leur comportement protecteur.

Cependant, il a été scientifiquement prouvé que les mères et les pères sont également aptes à élever des enfants.

Les nouveaux pères peuvent parfois être un peu plus courageux et chercher activement leur part.

La thérapie comme solution possible

Les deux partenaires doivent être disposés à suivre une thérapie et reconnaître conjointement qu’une aide professionnelle est nécessaire. 

La thérapie de couple prend tout son sens lorsque les fronts se sont durcis et que le couple ne parvient plus à sortir seul de ses rôles.

La thérapie individuelle est bénéfique lorsque la préoccupation du côté de la mère est liée à une faible estime de soi.

Contrôle maternel – que faire ?

Dans le cas de Christian, Manon n’est pas prête pour la thérapie.

Entre-temps, il a décidé d’appeler la mère de Manon pour obtenir de l’aide.

Une troisième personne objective peut avoir l’influence appropriée.

Cependant, Paul ne veut pas rester inactif et envisage une thérapie individuelle.

Il a déjà une adresse.

Peut-être que le thérapeute peut l’aider à renforcer à nouveau sa propre position.

S’il n’y a absolument aucune amélioration en vue, les pères concernés peuvent également contacter l’office de la jeunesse.

Si nécessaire, un tribunal peut également forcer le père à avoir un droit de visite, mais de telles mesures ont tendance à tuer les relations et doivent vraiment être considérées comme un dernier recours.

Dans tous les cas, il faut beaucoup de patience et de sensibilité dans cette situation sensible.

Le temps et de nombreuses conversations aident souvent la mère à voir ses méfaits et à s’ouvrir à nouveau au père.

À lire aussi : Voici comment reconnaître un parent toxique et se reconstruire après ses abus