10 Raisons expliquant que je n’ai pas peur d’être célibataire, mais plutôt d’être en couple

Je n’ai pas peur de dormir seule la nuit, j’ai peur de dormir avec quelqu’un qui ne soit pas digne de moi.

Nous devons nous débarrasser du stigmate de la solitude. La solitude n’est pas un état aussi désagréable que les gens aiment à le croire et il y a, là dehors de nombreux individus qui se réjouissent de passer un peu de temps seuls. Évidemment, il est indéniable que quantité de gens seront assez pathétiques pour se complaire dans des relations mauvaises et destructrices, par simple peur de la solitude. Personne ne devrait avoir à subir une relation toxique, sous aucun prétexte ; surtout quand être célibataire est une alternative parfaitement acceptable.

La peur d’être catalogués parmi les « solitaires » a conduit beaucoup d’entre nous à se contenter de relations et de liaisons bien en deçà de ce qu’ils méritaient. Nous acceptons d’être dupés par ce mensonge selon lequel être dans une relation nulle est bien mieux qu’être célibataire.

J’ai la chance d’être différente. Je suis de ceux qui sont parfaitement à l’aise avec le fait d’être célibataire. Je suis aussi de ceux qui n’ont pas peur d’une vie de solitude mais ont par contre peur d’une vie de souffrance au sein d’une relation dysfonctionnelle.

Je suis de ceux qui frissonnent à la seule pensée de s’autoriser à être vulnérables. Je redoute l’idée d’être vouée à avoir le cœur brisé en sortant avec d’autres. Je ne veux pas m’ouvrir à des prédateurs parce que je serais une proie si facile. On pourrait croire que j’ai une vision très pessimiste de l’amour mais parfois, le pessimisme se trouve être la réalité. Et j’aime rester dans la réalité.

1. Je n’ai pas peur de dormir seule la nuit, j’ai peur de dormir avec quelqu’un qui ne soit pas digne de moi.

Le sexe est important pour moi. Ça doit toujours être quelque chose de magique, avec une personne spéciale. En revanche, je peux vivre sans sexe, tant que je suis sûre de ne pas avoir à donner mon corps à quelqu’un qui ne mérite pas ce que j’ai à offrir.

2. Je n’ai pas peur de manger seule au restaurant, j’ai peur d’avoir à endurer une conversation ennuyeuse avec quelqu’un au restaurant.

Le fait de dîner seule ne me pose pas tellement de problèmes. Ce que je redoute le plus, c’est de devoir supporter un rendez-vous ennuyeux avec quelqu’un qui n’a aucun point commun avec moi. Je ne peux pas endurer autant de discussions superficielles.

3. Je n’ai pas peur d’une relation sexuelle brûlante, j’ai peur d’une mauvaise expérience sexuelle.

Encore une fois, toutes les rencontres sexuelles doivent être des expériences magiques. Quoi que ce soit de moins serait une déception sans nom. Je suis capable de tirer du plaisir d’autres aspects de ma vie.

4. Je n’ai pas peur de me réveiller seule, j’ai peur de me réveiller aux côtés d’un étranger.

Mon lit n’appartient qu’à moi et je suis totalement à l’aise avec ce fait. Je me fiche de me réveiller seule. Mais ce dont je ne me fiche pas, c’est de me réveiller à côté d’un étranger en raison d’une soirée trop arrosée et avec des regrets.

5. Je n’ai pas peur de ne recevoir aucun message, j’ai peur de devoir attendre un message qui n’arrive jamais.

Lorsque l’on est engagé dans une relation, il y a beaucoup de choses avec lesquelles nous devons faire … Il faut partager des parts de soi avec l’autre tout en gardant l’espoir de ne pas finir brisé. Une communication constante avec son partenaire est attendue. Eh bien, je n’ai aucune attente, envers personne et je suis ainsi immunisée contre toute déception.

6. Je n’ai pas peur d’être ce moi insouciant que je suis, j’ai peur d’être avec quelqu’un qui m’amène à ne pas me sentir à l’aise à l’idée d’être moi.

De nombreuses fois, pressurisé par l’injonction de faire plaisir à celui avec qui l’on est, on ressent le besoin d’annihiler qui nous sommes vraiment par peur d’être jugé. Je n’ai pas peur d’être jugée parce que je n’appartiens à personne. Je me dois d’être ce que je suis vraiment, en tous temps.

7. Je n’ai pas peur de venir seule à une soirée, j’ai peur de devoir expliquer pourquoi mon dernier accompagnant n’est plus là.

J’ai déjà vécu cela. J’ai eu à expliquer à mes amis et à ma famille pourquoi le garçon avec qui j’étais un soir n’était pas le même que celui que j’avais ramené à la dernière fête. Les relations se terminent et l’expliquer peut être relativement gênant. Aujourd’hui, je ne suis plus gênée parce que je ne ramène que moi.

8. Je n’ai pas peur d’avoir à jongler avec mes amitiés, j’ai peur de devoir les abandonner pour quelqu’un qui n’en vaut pas la peine.

Souvent, lorsque l’on est en couple, nous nous retrouvons dans cette situation étrange où nous devons choisir entre nos amis et notre partenaire. Je n’ai pas à me préoccuper de me retrouver dans une telle situation. Je choisis mes amis en toute liberté, comme je l’entends.

9. Je n’ai pas peur d’être perçue comme quelqu’un de froid, j’ai peur de m’ouvrir et de ne recevoir que de la douleur.

Les gens peuvent poser l’étiquette qu’ils souhaitent sur mon dos, mais jamais je ne leur appartiendrai. Ils ne peuvent pas pénétrer mon âme. Je sais que je suis forte et qu’être en couple ne ferait qu’accentuer mes faiblesses.

10. Je n’ai pas peur d’être seule, j’ai peur d’être dans une relation au sein de laquelle je me sentirais isolée.

Il est indéniable qu’être en couple n’est pas l’assurance d’obtenir un compagnon sincère. Nombre d’entre nous se retrouvent seuls en dépit des promesses que leur apportait au départ leur union.