Skip to Content

5 Choses que les hommes se sentent encore obligés d’expliquer aux femmes

5 Choses que les hommes se sentent encore obligés d’expliquer aux femmes

Le mansplaining, vous connaissez ?

Vous l’avez sûrement rencontré, sans vraiment savoir qu’il s’agissait de ça. L’exemple le plus frappant qui me vient à l’esprit, c’est lorsque l’un de mes ex m’a expliqué comment « fonctionnaient » les règles.

Il s’agit généralement de choses subtiles – des interruptions et des explications non demandées qui amènent souvent les femmes qui les reçoivent à se demander si elles sont réellement traitées avec condescendance ou si elles sont simplement trop sensibles.

Les femmes sont confrontées à ces mansplanations sournoises tous les jours et, bien qu’elles puissent sembler insignifiantes sur le moment, elles ont un impact réel sur la façon dont les femmes se déplacent et agissent dans le monde.

Le terme « mansplain » est peut-être un mélange de « man » (homme) et « explain » (expliquer) (et si vous pensez que c’est un mot à consonance stupide, c’est tout à fait juste), mais le mansplaining n’est pas simplement un problème d’explication par les hommes.

La plupart du temps, il n’y a rien de mal à ce que les hommes expliquent les choses ! Si quelqu’un, quel que soit son sexe, ne sait pas ou ne comprend pas quelque chose et qu’un homme le sait, alors il doit absolument l’expliquer !

Les hommes peuvent absolument, sans se sentir offensés, expliquer des choses aux femmes et aux autres hommes. Et les femmes peuvent expliquer des choses aux hommes et aux autres femmes et tout le monde peut expliquer n’importe quoi à n’importe qui.

Les informations sont géniales ! Les explications, c’est génial !

Mais voici ce qui rend le mansplaining différent, c’est lorsqu’un homme mansplain quelque chose à une femme, il l’interrompt ou parle par-dessus elle pour lui expliquer quelque chose qu’elle sait déjà.

En fait, quelque chose dans lequel elle est peut-être déjà experte – en partant du principe qu’il en sait plus qu’elle. Dans de nombreux cas, l’explication porte spécifiquement sur des choses qui sont propres aux femmes – leur corps, leurs expériences, leur vie.

Lorsque les hommes interrompent ou ont la prétention de corriger une femme qui parle de sa propre expérience ou expertise, ils sous-entendent qu’elle est ignorante, qu’elle est incapable d’avoir une connaissance qui fait autorité.

Ils lui disent, en substance, « Chut, c’est moi qui sais le mieux ».

Ainsi, c’est un problème particulièrement lié au genre qui découle d’une culture qui valorise implicitement la voix des hommes par rapport à celle des femmes.

Toutes les femmes savent de quoi je parle. C’est cette présomption qui rend la tâche difficile, parfois, à toute femme dans n’importe quel domaine ; qui empêche les femmes de s’exprimer et d’être entendues lorsqu’elles osent le faire ; qui réduit les jeunes femmes au silence en leur indiquant, comme le fait le harcèlement dans la rue, que ce n’est pas leur monde.

Et voici 5 cas qui sont complètement inappropriés.

1. Un homme qui en sait plus sur le fait d’être une femme qu’une femme

Chaque fois que quelqu’un mentionne le mot mansplain, je pense tout de suite à l’explication sur le harcèlement de rue que m’a donné le frère de mon partenaire.

En effet, il s’est dit expert, car il est un homme !

Il s’agit d’un exemple particulièrement flagrant, bien sûr, mais beaucoup d’entre nous ont connu cette dynamique exacte dans leur propre vie.

Nous disons quelque chose à un homme sur ce que c’est que d’être une femme dans le monde, ou abordons le sujet du « sexisme », et il nous rabroue rapidement en disant quelque chose du genre « Tu ne sais pas de quoi tu parles, mais moi si ».

Les hommes sont les bienvenus pour parler des femmes, du sexisme, du féminisme et de tout ce qu’ils veulent et leur sexe ne les empêche certainement pas de faire des remarques pertinentes sur ces sujets.

Mais lorsqu’ils déclarent que les expériences vécues par les femmes ne sont pas valables, c’est du mansplaining et c’est un problème.

2. Un homme qui vous explique comment fonctionne le corps féminin

Il y a de nombreuses années, j’ai connu un type qui insistait sur le fait que les femmes font pipi par leur vagin et qui n’était pas d’accord avec moi lorsque je lui disais qu’en fait, les femmes font pipi par un petit trou appelé « urètre ».

Pour être juste, il a fini par accepter ce que j’avais à dire, mais j’ai trouvé bizarre qu’il se dispute avec moi sur un aspect de ma propre anatomie en premier lieu.

Je n’avais aucun problème avec le fait que ce garçon en fin d’adolescence ne connaissait pas tout du corps féminin – mais j’avais un problème avec le fait qu’il supposait en savoir plus que moi.

3. Un homme vous dit à l’avance que vous allez aimer ou détester une chose

Si quelqu’un qui vous connaît très bien vous dit que vous allez aimer quelque chose, c’est généralement une information précieuse. Mais lorsqu’un étranger ou une connaissance exige que vous essayiez quelque chose parce que – malgré toutes vos protestations – il sait que vous allez l’aimer (ou ne pas l’aimer, selon le cas), c’est impoli et bizarre.

Souvent, cette conviction que vous allez adorer cette chose découle de préjugés sexistes sur ce que les femmes aiment ou n’aiment pas.

Il ne s’agit pas de quelqu’un qui fait une suggestion amicale (« Hé, je pense que tu vas aimer ça ! » ou « J’ai essayé ça, et c’était affreux ! Je ne pense pas que tu vas aimer ça »). Il s’agit de quelqu’un qui insiste sur le fait qu’il en sait plus que vous sur vos goûts.

4. Présumer que vous ne connaissez rien sur un sujet parce que vous êtes une femme

Il y a quelques années, j’ai emmené ma voiture pour un entretien de routine. Quelques heures plus tard, le mécanicien m’a appelée pour me dire que mon véhicule avait grand besoin d’un autre service d’entretien qui coûtait 600 euros.

Lorsque j’ai dit que j’aimerais avoir un deuxième avis avant de procéder, cet homme a parlé par-dessus mes protestations pour me dire que je n’étais pas raisonnable, qu’ils avaient déjà commencé à « ouvrir » ma voiture pour le service (?!) et que je devais simplement faire confiance à son expertise.

Je pense que sa stratégie était que s’il insistait suffisamment pour effectuer le travail, je finirais par céder et le laisser faire. Lorsqu’un de mes amis est allé voir le même mécanicien quelques semaines plus tard, celui-ci a proposé le même service coûteux pour sa voiture, mon ami a répondu par un « non » succinct et rien de plus n’a été dit à ce sujet.

Au passage, j’ai obtenu un deuxième avis et cet « entretien essentiel » n’était en fait pas du tout essentiel.

Certains domaines sont traditionnellement dominés par les hommes et il existe des femmes qui en savent beaucoup sur ces domaines, et d’autres pas.

Quel que soit votre niveau d’expertise, vous avez le droit d’exprimer vos questions et vos préoccupations, sans être traitée comme une enfant ignorante.

5. Se faire expliquer son domaine d’expertise

Oh !

Hier, un collègue de travail, qui aime lire des livres de vulgarisation scientifique, a expliqué à ma meilleure amie ce qu’était un trou noir. Et que des « équations mathématiques compliquées » s’utilisaient pour prédire l’existence des trous noirs.

Pourtant, elle venait de lui dire qu’elle avait étudié l’astrophysique nucléaire à l’université.

Bien sûr, ce genre de comportement se produit dans tous les domaines et pas seulement dans le monde du travail. Personne ne devrait ressentir le besoin de vous expliquer votre propre travail.

À lire aussi : Masculinité toxique : la “guerre” contre les hommes va-t-elle se retourner contre nous ?