Je n’ai pas honte de le dire : j’aurais toujours besoin de ma mère

Parfois je me perds tellement dans ce monde d’adultes : j’essaie de prétendre d’être grande, d’être capable de surmonter tous les obstacles et régler tous mes problèmes toute seule.

Mais c’est dur ! Non, je n’ai pas réussi à avoir le boulot de mes rêves, je ne gagne pas super bien ma vie et je ne passe pas une journée sans être, complètement, dépassée. Bon, c’est peut-être aussi à cause du café ! Et qui m’a appris à faire le meilleur café au monde ? Ma mère !

Je fais tout mon possible pour être quelqu’un dont tu puisses être fière, mais je mentirais si je disais que je suis arrivée à un point de ma vie où je peux faire les choses sans toi. À dire vrai, j’aurais toujours besoin de toi !

Tu ne t’en rends peut-être pas compte mais tu as fait tellement pour moi. Après tout, je t’appelle encore pour savoir combien de lait et de fromage je dois mettre dans mes macaronis au fromage !

Si tu n’avais pas été là, je ne saurais pas à quel point il est important de trier mon linge sale ou je ne saurais pas que, lorsque l’étiquette indique „laver à la main“, je ne dois surtout pas mettre le vêtement en question dans le sèche-linge. Je vivrais de céréales et toasts si tu ne m’avais pas appris à préparer le poulet.

Tu m’as enseigné tout ce dont j’avais besoin pour vivre ma vie indépendamment et, surtout, pour survivre une journée, du matin au soir. Tu m’as montré l’importance d’avoir un plan pour mon futur.

Grâce à toi, je sais comment faire mon lit rapidement, sans avoir à me battre avec les draps. Tu m’as aidé à construire mes rêves et, surtout, tu m’as permise de gérer ma solvabilité, celle-là même qui va m’aider à avoir le futur que je mérite.

Je ne m’en rends pas forcément compte mais, maman, tu es la raison pour laquelle je suis capable de travailler et vivre seule. Même si des fois j’ai des doutes, comme lorsque je t’appelle pour me guider pas à pas dans la réalisation de quelque chose.

Je suis loin d’être prête à faire tout ce que tu fais en tant que maman. Plus sérieusement, je n’ai peut-être plus besoin que tu me bordes la nuit, mais il n’y a aucune chance que je réussisse encore à faire tout ce que tu fais, pendant une journée entière.

J’espère que lorsque ce temps arrivera, s’il arrive, je serai une mère aussi merveilleuse que toi et que je serai capable d’enseigner à mes enfants toutes les astuces pratiques que tu m’as apprises.

Mais, il ne fait pas l’ombre d’un doute : où que je sois, quoi que je fasse, j’aurais toujours besoin de toi !

Merci pour tout ce que tu m’as appris. Merci pour ce que tu vas m’apprendre demain. Merci d’être toujours là pour moi.

Et, surtout, merci de toujours répondre à mes appels sur Facetime… même lorsque c’est le quatrième de la journée.