À la mère ayant envie d’en finir mais se battant pour rester en vie pour ses enfants

À celle qui est mère tout comme moi,

Je vous vois, couchée dans votre lit et essayant de trouver l’envie de vous lever. Je sais qu’une part de vous aurait peut-être souhaité ne pas se réveiller ce matin – aurait souhaité que s’évanouir dans le néant parce que ça paraît être une situation plus enviable que d’affronter les démons que vous combattez quotidiennement dans votre tête. Je reconnais cette interrogation dans vos yeux : « la vie vaut-elle vraiment tous ces efforts ? »

Et je vois le moment où tout vous revient, lorsque vous vous souvenez pourquoi vous continuez à vous battre. Je vous vois réunir toutes vos forces pour enfin vous lever parce que votre bébé crie et votre petit garçon doit prendre son petit déjeuner ; vous savez qu’on a besoin de vous.

Je sens votre douleur, alors que vous tenez ce précieux bébé dans vos bras et que vous regardez votre « grand garçon » petit-déjeuner, vous demandant ce que vous avez fait pour recevoir un tel cadeau du ciel et vous détestant simultanément d’avoir voulu disparaître. L’amour qui est en vous égale votre culpabilité et vous n’arrivez pas à savoir si vos larmes sont des larmes de joie ou de honte et de haine de vous-même.

Je suis témoin de vos luttes durant la journée, chaque action est une victoire formidable. C’est loin d’être parfait mais peu importe, puisque vous serez là pour un jour de plus. Vous êtes présente – que ce soit au travail, à la maison ou à l’école – vous êtes présente pour un jour de plus. Vous faites ce que vous avez à faire pour survivre. Bien-sûr, les enfants dîneront des tartines dans la voiture, vous ne vous êtes pas douchée depuis quatre jours, vous vivez d’un régime à base de café et de restes de vos enfants mais rien de tout ça n’a d’importance parce que vous êtes encore là. Vous continuez à vous battre – en dépit de tout.

Je vous vois, une mère luttant contre vents et marées parce que vos enfants ont besoin de vous. Je vous vois vous battre et je vous vois persévérer parce que rien n’est plus puissant que votre désir de protéger vos enfants. Ils ne le savent pas encore mais leur mère est une guerrière, une reine, une sainte, une preuve vivante du pouvoir de l’amour.

Oui, les gens vous jugeront certainement parce que vous n’avez pas changé de vêtements en trois jours ou parce qu’ils vous ont entendu pleurer dans la salle de bains ou parce qu’ils sont en désaccord avec votre manière d’élever vos enfants mais je suis là pour vous dire que rien de tout ça n’a d’importance. Ça n’a pas d’importance parce que vous êtes là et aimez vos enfants, et c’est largement suffisant. Ça devrait en tout cas être suffisant.