Les violences d’un pervers narcissique peuvent être à l’origine de troubles anxieux

Les gens persuadés que nous sommes tous fondamentalement bons sont généralement très sensibles et jouissent d’une forme d’intelligence affective. Ils sont aussi les cibles de prédilection des pervers narcissiques.

Être exposé à n’importe quel type de violences affectives ou psychologiques affectera votre santé. Mais pas uniquement, la manière dont vous vous percevez et la valeur que vous vous attribuez en souffriront également. Quand on vous répète sans cesse que vous êtes un problème et que vos comportements (en fait parfaitement rationnels et normaux) sont à l’origine dudit problème, comment pourrait-il en être autrement ? Votre esprit commence à se couper de toute rationalité, vos peurs grandissent et votre corps réagit de multiples manières, tout cela s’exprime via différents types de troubles anxieux.

S’entourer de ce genre de personnes ou engager une relation avec elles est malsain. Mais dans certains cas, les violences sont initiées par un membre de la famille ou un parent, ainsi la fuite est une option seulement si vous êtes en capacité de quitter votre foyer. Dans ces cas-là, les troubles peuvent se développer durant l’adolescence et continuer à affecter les relations jusqu’à l’âge adulte.

La Clinique Mayo a rassemblé et listé un ensemble de troubles anxieux graves et en décrit les principaux symptômes comme suit :

– L’agoraphobie (ag-uh-ruh-FOE-be-uh) est un trouble anxieux où l’on a peur et où l’on évite les endroits ou les situations susceptibles de provoquer une sensation de panique et de donner une impression d’être pris au piège, d’être impuissant ou honteux.

– Le trouble anxieux résultant d’un état pathologique se caractérise par des symptômes d’anxiété intense ou de panique directement causés par un désordre physique.

– Le trouble anxieux généralisé se caractérise par une anxiété extrême et persistante ainsi que par une inquiétude liée aux activités et aux événements – même ordinaires ou routiniers. L’inquiétude est disproportionnée par rapport aux circonstances réelles, difficile à contrôler et affecte votre santé physique. Ce trouble s’accompagne souvent d’autres troubles anxieux ou de troubles dépressifs.

– Les troubles paniques se caractérisent par des épisodes répétés d’anxiété intense et soudaine, de peur ou de terreur qui culminent en quelques minutes (crises de panique). On peut ressentir une impression de mort imminente, manquer de souffle, avoir des douleurs dans la poitrine, un rythme cardiaque accéléré ou des palpitations. Ces crises de panique peuvent conduire à redouter de nouvelles crises et ainsi à éviter des situations les ayant précédemment provoquées.

– Le mutisme sélectif est, chez l’enfant un échec systématique à s’exprimer dans certaines situations, dans le cadre scolaire par exemple ; alors qu’il parle parfaitement dans d’autres situations comme à la maison avec des proches. Cela peut créer des problèmes dans la scolarité, le milieu professionnel ou sur le comportement social.

La névrose d’abandon est un trouble infantile caractérisé par une anxiété excessivement élevée par rapport à l’âge de l’enfant et liée à la séparation d’avec un parent ou toute autre personne ayant endossé un rôle parental.

– L’anxiété sociale (phobie sociale) implique de hauts degrés d’anxiété, de peur et d’évitement des situations sociales en raison d’un sentiment d’embarras, de gêne et d’inquiétude vis-à-vis du jugement potentiellement négatif d’autrui.

– Les phobies spécifiques se caractérisent par une anxiété majeure lors d’une exposition à un objet ou à une situation spécifique que l’on aurait souhaité éviter. Chez certaines personnes, les phobies provoquent des crises de panique.

– Les troubles anxieux dus à l’usage de substances psychotropes se caractérisent par des symptômes d’anxiété intense ou de panique résultant directement d’un abus de drogues, de la prise de médicaments, de l’exposition à une substance toxique ou de l’arrêt de drogues.

– Les autres troubles anxieux déterminés ou non-déterminés. Il s’agit de termes renvoyant à des troubles anxieux ou phobies ne remplissant pas exactement les critères propres aux autres troubles anxieux mais étant assez importants pour provoquer stress et perturbations.

Ces personnes toxiques qui violentent délibérément les autres sont excitées à l’idée de signifier à leurs victimes qu’elles sont socialement, affectivement ou intellectuellement dysfonctionnelles. Vous remarquerez que chaque fois que ces personnes sont prises sur le fait ou confrontées à leurs comportements, elles finissent toujours par endosser le rôle de la victime. Dans les cas extrêmes, elles essaieront même d’inverser les rôles et de vous faire passer pour l’agresseur.

Les personnes ayant l’impression d’avoir été prises au piège dans le cercle vicieux des violences narcissiques ont tendance à réaliser que quelque chose ne va pas. Les revendications irrationnelles et délirantes d’un pervers narcissique font que l’on ne se sent jamais vraiment à l’aise avec lui. Cependant, à moins de n’être éduqué à l’identification de ces personnalités toxiques et violentes, on demeure pris au piège de ce cycle sans fin.

Quelle en est la raison ? Les pervers narcissiques prennent pour cibles les gens ayant tendance à se comporter comme de « véritables êtres humains » ; compatissants, emphatiques et persuadés de la bonté de chacun.

Et parce que ces personnes sont celles étant le plus susceptibles de devenir les victimes d’un pervers narcissique, elles sont aussi celles étant les plus susceptibles de souffrir de pathologies mentales ou physiques. Selon une étude conduite par Muhammad Gadit de l’Université Memorial of Newfoundland : « les violences verbales peuvent être à l’origine de troubles psychologiques et de dommages cérébraux, parmi lesquels l’anxiété, la dépression, l’hostilité et les troubles de dissociation. »

Dans Psychology Today, le Docteur Douglas Fields rapporte que : « lorsqu’un environnement est hostile ou socialement malsain, le développement cérébral s’en trouve affecté et souvent ralenti. Il a été prouvé que les abus sexuels au cours de la petite enfance, les violences physiques ou même le fait d’en être témoin causaient des modifications structurelles dans le cerveau des enfants, avec des effets durables prédisposant ce dernier à des troubles psychologiques. »

Il est très compliqué de vivre avec des troubles anxieux. Ils peuvent prendre le contrôle de votre vie en un instant et sont incompréhensibles de ceux qui n’en sont pas atteints. Pour être honnête, ils sont également incompréhensibles de ceux qui vivent avec. C’est pourquoi toutes ces informations sont d’une importance capitale.

Il est primordial que ceux souffrant de l’un des troubles anxieux cités ici et ayant été victimes des violences d’un pervers narcissique sachent qu’il est possible de reprendre sa vie en main.