Elle a choisi de ne plus donner, ne plus se faire prendre

Hier, un autre homme l’a blessée. Et s’il savait l’effort que ça lui a demandé. Tous ces sourires, ces pensées, ces milliers de textos échangés. Puis ces rencontres, son rire.

Il lui tendait la main.

Elle s’y abandonnait.

Elle se livrait à lui dans la pleine conscience que tous les hommes qui l’attire finissent un jour par la repousser et la détruire.

 

 

Elle ne l’avait pas prié.

Elle était allongé face au ciel puis il s’est approché et s’est étendu respectueusement près d’elle. Ses grosses mains ont écarté les nuages. Ses doigts lui ont dessiné un beau nous juste à eux. Et elle y a cru. Une fois de plus.

Le beau tableau, dessiné pour elle, lui a donné la nausée. Un début de papillons au ventre. Sa gorge s’est nouée puis sa salive s’est épaissie, dans sa tête tout s’est bousculé très vite dans un élan d’insécurité et de peur.

Il s’est enfui sans dire un mot.

Elle aussi est partie, la tête haute jusqu’au coin de la dernière rue, à la croisée des chemins. Là où son cœur s’est effondré comme un château de cartes.

Aujourd’hui sans qu’elle ne le décide, il n’y a plus de place à prendre auprès d’elle. Tous ceux qui sont attirés par son mystère sont repoussés.

Elle a choisi de ne plus donner, ne plus se faire prendre. À la croisée des chemins, là où elle est devenue une véritable légende.

Par FanieSh Ber