On ne dit plus au revoir, on disparaît tout simplement

On ne dit plus au revoir.

On cesse juste de répondre à leurs messages ou à leurs appels.

Lorsque nous les croisons, nous faisons semblant de ne pas vraiment les connaître, nous agissons comme si nous étions des étrangers, comme si nous ne leur avions pas fait mal et que nous sous-estimions leur douleur. Nous sommes trop égocentriques pour penser à leurs sentiments donc nous ne disons même pas un mot gentil, nous ne faisons même pas un câlin chaleureux, nous ne nous assurerons même pas qu’elles aillent bien.

Nous devenons distants, presque invisibles pour qu’elles n’essaient même pas de nous contacter, de nous demander une fin correcte ou quoi que ce soit d’autre. Nous les apercevons et partons dans le sens inverse pour ne même pas avoir à croiser leur regard ou à voir la manière dont elles nous regardent. Nous ne voulons pas nous souvenir que nous sommes la raison de cette tristesse.

Nous disons au revoir peu de temps après avoir dit bonjour. Nous disons au revoir avant d’avoir appris à les connaître. Nous disons au revoir avant d’avoir pu les comprendre, nous disons au revoir sans même prendre le temps d’écouter ce qu’elles ont à dire ou ce qu’elles ressentent.

Nous prenons cette décision égoïstement parce que c’est tout ce que nous savons faire. Nous disons au revoir parce que nous avons trouvé mieux, plus excitant, quelque chose que nous voulons davantage donc nous laissons tomber les gens comme nous laisserions tomber une balle de tennis, les remplaçant facilement du moment que nous continuons à jouer.

Nous disons au revoir sans nous attendre à ce que quelqu’un ne souffre parce que nous n’avons rien promis, on ne doit rien. On a volontairement gardé les choses désinvoltes et amusantes de manière que personne ne les prenne au sérieux ou du moins, c’est ce que nous nous racontons pour nous convaincre que nous ne l’avons pas vu venir, que nous ne les avons pas amenées à tomber amoureuses de nous pour ensuite ne jamais les rattraper au vol.

Nous ne disons plus au revoir. Nous ne nous expliquons pas. Nous n’essayons pas de faire au mieux pour que l’autre aille bien. Nous décollons, c’est tout. Nous sortons avec la suivante, nous réservons le billet d’avion, nous quittons le pays et prenons des décisions sans reconnaître que quelqu’un nous attendait, que quelqu’un voulait faire partie de notre vie, que quelqu’un avait envie de projeter un avenir avec nous.

Alors, nous partons sans même nous retourner, sans même essayer de revenir. Nous partons parce que partir est plus cool, partir est plus fort, partir nous donne le contrôle et donc, nous continuons à partir plutôt que de rester et de nous demander pourquoi nous finissons seuls et engagés dans des relations insatisfaisantes.

Nous ne disons plus au revoir, nous disons laisse-moi tranquille. Je ne veux pas de toi. Tu ne vaux pas mon temps. Je ne suis pas désolé d’avoir brisé ton cœur parce qu’il n’a jamais été à moi.