Voici comment aimer une fille qui a été psychologiquement maltraitée

La maltraitance psychologique ne laisse ni marques, ni bleus mais elle façonne et altère la personne qui en a été la victime, à jamais.

Ce sont des mots cruels. Ce sont des menaces verbales. Ce sont des cris, des hurlement et des batailles. C’est être déchiré(e) parce que quelqu’un d’autre a un besoin de pouvoir.

La maltraitance psychologique peut être définie à l’aide d’un seul mot. Le pouvoir.

C’est un agresseur qui étend son emprise sur vous parce qu’il manque de contrôle sur sa propre vie et a besoin de quelqu’un qu’il pense inférieur à lui. L’envie et le besoin de contrôler quelqu’un ne disparaissent jamais. Il s’agit de contrôle et d’angoisses.

C’est la critique constante, le besoin de rabaisser quelqu’un et de faire des commentaires sournois, de faire en sorte que quelqu’un se sente mal parce qu’un autre leur a fait subir la même chose. Peut-être est-ce la seule chose qu’ils connaissent.

Ils pensent que leur « amour vache » ne peut affermir quelqu’un qu’après qu’ils l’aient abattu.

Mais il arrive de temps en temps que les victimes de maltraitance psychologique rompent le cercle vicieux en choisissant de ne plus y prendre part.

Et ces personnes s’avéreront être les plus belles que vous rencontrerez au cours de votre vie.

« Les plus belles personnes que nous ayons connues sont celles qui ont connu la défaite, la souffrance, la lutte, la perte et ont malgré tout trouvé leur chemin parmi les ténèbres. Ces personnes sont dotées d’une appréciation, d’une sensibilité et d’une compréhension de la vie qui les remplissent de compassion et d’amour. Les personnes belles ne le deviennent pas juste comme ça. » Elisabeth Kübler-Ross

Lorsque l’on a été maltraité psychologiquement, le plus difficile n’est pas de rompre le cercle vicieux mais de retrouver quelqu’un qui soit différent de son agresseur.

Souvent, les gens ayant été maltraités psychologiquement recherchent en chaque personne qu’ils rencontrent par la suite, des qualités similaires à celles de leur agresseur parce que demeurent un besoin et une envie d’obtenir l’approbation de personnes comme lui. Il y a une envie d’être aimé comme l’on ne l’a pas été par son agresseur. Et les efforts pour y parvenir. Le cercle vicieux dans lequel on se trouve n’est pas un cercle vicieux dans lequel on traite mal les autres, mais dans lequel on est à la recherche de partenaires qui nous traiteront comme notre agresseur.

Les gens ayant été maltraités psychologiquement, manipulés et dont on a lavé le cerveau nourrissent une croyance selon laquelle ils sont sans valeur, ne méritent pas d’être aimés et ne trouveront jamais quelqu’un d’autre.

Alors ils se contentent d’un amour minimum, pensant qu’ils n’auront jamais mieux que des relations qui les font pleurer avant de s’endormir. Ils se contentent d’un amour minimum, marchant sur des œufs et en ayant peur de la normalité. Ils se contentent d’un amour minimum, pensant que c’est supposé faire mal et ne jamais guérir.

Jusqu’à ce qu’un jour, ils rencontrent quelqu’un qui est à mille lieues de tout ce qu’ils ont connu. Cette personne les caresse à contre sens leur montrant que leurs fêlures ne sont pas leur faute. Cette personne souhaite combler leurs fêlures mais n’y parvient pas. Plutôt que d’accepter de se blesser en comblant leurs fêlures, ce nouveau partenaire abandonne et s’en va.

Parfois, la meilleure manière d’aimer quelqu’un ne consiste pas à essayer de le réparer mais à l’accepter.

On leur a enseigné que c’est ainsi qu’ils méritaient d’être aimés. On leur a montré que l’amour n’était pas supposé faire mal. On leur a enseigné le pouvoir des mots tendres et comment nous devions aider les autres à se développer. Ils aiment et donnent sans rien attendre en retour.

Ils n’utilisent aucune tactique de manipulation mais simplement de l’appréciation.

Nous craignons ce que nous ne connaissons pas.

Beaucoup de ceux qui ont été maltraités psychologiquement craignent ce qui est nouveau et leur est étranger. C’est comme s’ils s’attendaient à ce que cette personne laisse tomber son masque. Ils s’attendent à la dispute qui fera tout exploser. Ils sont constamment sur le qui-vive parce que c’est ce qu’on leur a appris par le passé. Ils s’attendent toujours à ce que les gens s’en aillent. Ils ne se regardent pas avec admiration et ne se voient pas forts mais faibles.

On leur a dit qu’ils étaient faibles.

Puis, cette nouvelle personne dans leur vie les aime et leur montre que la seule raison pour laquelle cette personne de leur passé a essayé de les mettre à terre, aussi souvent, c’est parce qu’elle ne voulait pas voir la force en eux. Cette personne de leur passé ne voulait pas qu’ils se réveillent et réalisent qu’ils seraient mieux sans lui. Elle les empêche à tout prix de découvrir la beauté qui sommeille en eux parce qu’elle a besoin de contrôler quelque chose et quelqu’un. Ils ne s’en sont pas pris à vous parce que vous étiez faible mais parce que nier votre force était leur seul moyen de se sentir puissants.

Mais s’en aller, sans se retourner leur vole ce pouvoir, cette emprise qu’ils avaient sur vous.

Et c’est à ce moment que vous regagnez votre vie et votre liberté.

Lorsque l’on aime quelqu’un qui a été psychologiquement maltraité, il y aura des silences et des choses que vous ne saurez jamais. Vous les regarderez dans les yeux et verrez, à la fois de la douleur et de l’espoir. Vous les verrez de loin et comprendrez que parfois, les plus belles personnes finissent enfin par obtenir ce qu’elles méritent. Et en plus de les aimer, il vous faudra leur apprendre à s’aimer. Et il y a quelque chose de très beau dans cette tâche. Il y aura un déclic, un moment où ils se verront enfin comme tout le monde les voit et alors, ils ne laisseront plus jamais personne les maltraiter.