Aller de l'avantMotivation / InspirationVie

A coeur ouvert, à toi que j’ai déçu et dont je ne me suis pas préoccupée

On a parfois du mal à écouter ceux qui nous sont les plus proches, je dirais même “ce” qui nous est le plus proche. Ainsi, écouter son coeur est un conseil très souvent donné mais peu souvent compris. Ecouter son coeur, ce n’est pas faire tout et n’importe quoi au nom de l’amour. Ecouter son coeur, c’est en priorité en prendre soin et ne justement pas se jeter à corps perdu dans des histoires compliquées.

Pour retrouver la paix avec moi-même, j’ai décidé d’écrire une lettre à ce coeur si précieux dont je n’ai pourtant pas pris soin pendant longtemps. J’espère que cette lettre vous fera réaliser l’importance de celui-ci et que vous aussi, à votre tour, vous ferez preuve de plus de délicatesse à l’égard du vôtre.

Cher Coeur,

Je suis désolée de t’avoir donné l’impression de ne pas t’aimer assez. Je suis désolée de t’avoir fait vivre l’enfer, tout en espérant que tu gardes ton calme et que tu puisses trouver le repos. Je suis désolée de t’avoir promis à chaque fois monts et merveilles, de t’avoir promis à chaque fois de ne plus te faire souffrir alors que je finissais toujours par manquer à mes paroles. Je suis désolée de ne pas avoir pris soin de toi aussi bien que je ne l’aurais dû, de n’avoir pas pris soin de toi qui pourtant me faisais confiance. J’ai manqué à tous mes devoirs.

Cœur, tu sais, je suis désolée d’avoir été une brute sans pitié avec toi. D’ailleurs, ça semble être une évidence : je ne me souciais pas de toi ou si peu, même quand je savais que tu étais sur le point de pénétrer dans des eaux troubles et même quand je recevais des signes évidents de problèmes à venir. Non Cœur, je sais que même là, je ne te prévenais pas non plus des dangers à venir, des obstacles que tu rencontrerais inévitablement. Je ne te disais pas toujours la vérité et je suis désolée, désolée Cœur, si je te nourrissais parfois des mensonges que tu souhaitais entendre, désolée de t’avoir bercé d’illusions, encore et encore et d’avoir entretenu ces mirages auxquels j’avais besoin que tu croies.

« J’ai transformé mon cœur en pierre de pétrole, hanté par des siècles de marées noires infinies »

Cœur, vraiment, je suis désolée de ne pas avoir appris du passé, de mes erreurs précédentes. Je suis désolée d’avoir continué à te mettre dans les mêmes situations, comme un cauchemar qui ne finissait jamais pour toi. Je suis désolée de t’avoir épuisé et de t’avoir demandé d’être plus fort que tu ne l’étais, de t’avoir donné pour mission l’impossible. Cœur, pardonne-moi de t’avoir gorgé de peine et de chagrin au lieu d’amour et de joie. Je n’étais encore qu’une enfant qui avait tout à apprendre et tu n’étais que le malheureux passager de cette voiture que je conduisais dangereusement.

Cœur, écoute-moi, je suis désolée de t’avoir demandé de te contenter de beaucoup moins que ce que tu ne désirais vraiment, beaucoup moins que ce que tu ne méritais vraiment. Je suis désolée de ne t’avoir donné que des miettes, des morceaux d’amour en patchwork, une goutte dans l’océan. Je suis désolée, crois-moi je t’en prie, de t’avoir mis dans cette position où tu ne pouvais pas donner le meilleur de toi-même. Je suis désolée pour toute cette poudre de Perlimpinpin que je t’ai jetée, pensant que tu n’avais besoin de rien de plus, de rien d’autre. Cœur, je suis désolée de ne t’avoir nourri que des restes de la veille.

« Je n’ai que mon cœur pour battre la démesure, sur le rythme furieux des échecs qui résonnent »

Pardonne-moi s’il te plaît si je n’arrivais pas à jouer franc-jeu avec toi, à être réelle avec toi. Je suis désolée de ne pas avoir voulu te protéger et te préserver comme j’aurais dû. Cœur, mon plus grand regret, sache-le, c’est d’avoir échoué en tout. Me pardonneras-tu de n’avoir pas pu te donner un monde magnifique où battre à cent à l’heure, enfin libre ? Me pardonneras-tu de t’avoir forcé à endurer tous mes mauvais choix ainsi que leurs terribles conséquences ?

Je pense que oui, Cœur, car tu es toujours là. Tu y crois toujours, tu m’écoutes toujours, tu me fais toujours confiance, tu me suis toujours aveuglément. Et pour cela, je me dois de t’offrir le monde.

Et je te promets que la prochaine fois que je ferai appel à toi, que je te mettrai en jeu, ce sera pour tout ce que tu as toujours souhaité, et bien plus encore. Quand je te ferai signe à nouveau, ce ne sera rien de moins que pour t’offrir l’amour dont tu n’as jamais cessé de rêver, l’amour que tu n’as jamais cessé d’attendre. J’espère que cela compensera chaque petite blessure et chaque petite fissure que j’ai causées et je te promets que ce sera le genre d’amour qui te guérira. Oui, le genre d’amour qui te rendra de ta superbe, qui te donnera accès à tout ton potentiel et qui te fera battre comme si tu n’avais jamais été blessé ou brisé auparavant.

Je te le promets Cœur, la prochaine fois, je ne te trahirai pas aussi facilement. J’étais aveugle mais je ne le suis plus. Je me rends compte à présent à quel point tu as été patient, à quel point tu as été gentil. Je me rends compte de ta force, de ta bravoure. Tu as souffert avec moi plus que n’importe quoi au monde et malgré cela, tu continues à me faire confiance. Tout ça tu vois, ça me donne toute la volonté nécessaire pour décider que je ne t’abandonnerai plus.

Tu mérites le ciel et les étoiles, tu mérites le monde ; vois comment je réponds enfin à tes appels car, Cœur,  j’ai une grande nouvelle pour toi : j’ai appris ma leçon maintenant. Je te promets que la prochaine fois que nous partirons en voyage toi et moi, ce sera pour rentrer chez nous, dans cette maison unique que je cherchais de la mauvaise façon. Dans cette maison, il y aura un autre cœur pour ressusciter tous les battements qui sont morts en toi. Dans cette promesse d’un meilleur avenir, il y aura un autre cœur pour combler tout ce vide qui t’entoure et qui a tenté de t’absorber pour te réduire à néant.

Nous ne serons plus seuls.

Crois-moi cette fois, je pense être enfin prête. Tu en as eu assez de moi, tu n’as plus eu la force de lutter et je l’ai compris. Maintenant, il est temps pour moi de faire les choses correctement et d’arrêter de te faire du mal.

Cœur, je n’aurai jamais de toit sans toi, m’accompagneras-tu une dernière fois ?