Skip to Content

Découvrez pourquoi plus on vieillit, plus on déteste les gens (et pourquoi c’est normal)

Découvrez pourquoi plus on vieillit, plus on déteste les gens (et pourquoi c’est normal)

Peut-être que le mot « haïr » est un peu fort, mais si vous avez remarqué que plus vous murissiez, moins vous aviez envie de plaire à tout le monde, moins vous supportiez les discussions superficielles et plus vous refusiez de perdre du temps avec les autres, vous n’êtes pas seul.

Il n’est pas rare qu’en peu de temps, quelqu’un passe d’une vingtaine d’amis « proches » à simplement 1 ou 2. Et il y a une bonne raison à cela.

Oui, à l’ère des réseaux sociaux, les gens ont davantage de connaissances ; mais les relations véritables se sont aussi raréfiées. Des études ont montré qu’après 25 ans, les gens tendaient à se confier à de moins en moins de personnes (1). 50% des gens seulement se confieraient à un ami proche en six mois !

Pourquoi, est-ce que je m’intéresse moins aux gens en vieillissant ?

Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui les gens sont plus heureux en entretenant de moins en moins de relations ? Si vous remarquez que vous aussi, vous êtes soumis à ce changement, découvrez ce qui se cache derrière celui-ci :

1. Vous faire de nouveaux amis est moins important

Au sortir de l’université, notre vie sociale subit des transformations drastiques. Après avoir passé des week-ends en compagnie de douzaines, voire d’une centaine de personnes que vous connaissiez relativement bien, les opportunités pour se faire de nouveaux amis commencent maintenant à se raréfier.

Vous rencontrez certainement des gens au travail (si vous êtes du genre à rechercher les rencontres), ou dans les cercles auxquels vous appartenez (lecture, sports, etc.)

Mais à l’âge adulte, il est généralement difficile de créer de nouvelles amitiés et celles que vous auriez cru pouvoir durer pour l’éternité s’effritent facilement, à mesure que les gens déménagent ou se construisent une vie famille.

Mais quoi qu’il en soit, vous vous adaptez. Vous vous habituez à passer de plus en plus de temps avec votre famille et de moins en moins avec vos amis. Vous commencez à attendre avec davantage d’impatience l’appel mensuel avec votre meilleur ami, que le dîner hebdomadaire. Et c’est normal. Parce que votre vie, aussi est surchargée.

2. La bêtise ne vous intéresse plus

Plus votre expérience de la vie grandit, plus vous apprenez sur vous et sur les gens qui ont toujours fait partie de votre vie. Pendant la vingtaine, il est difficile d’échapper aux drames familiaux ou aux misères amoureuses de ses amis ; après tout, ce sont des gens auxquels vous tenez et pour qui vous espérez le meilleur. Mais avec le temps, vous avez appris à isoler les schémas qui sous-tendaient la vie de vos proches et avez aussi appris à les éviter.

Avec la maturité, vous avez compris que vous ne pouviez pas aider tout le monde et que même si vous leur souhaitiez le meilleur, vous impliquer dans chacune de ces situations est énergivore et chronophage. Vous ne voulez donc plus vous impliquer autant.

3. Vous tolérez de moins en moins les gens fades

Nous nous sommes tous déjà rendus coupables de ce petit mensonge : « Ça fait une éternité ! On devrait se voir pour prendre un verre un jour ! » Dans nos jeunes années d’adultes, c’est quelque chose que nous pensons tous sincèrement. Quand on doit lutter avec de toutes nouvelles responsabilités, de nouvelles personnes, une toute nouvelle vie, on peut vite se sentir isolé. Alors, rencontrer une personne de notre passé peut être enthousiasmant. Mais le fait est que malgré l’excitation de cette rencontre, il est difficile de trouver du temps pour tout le monde.

Voici l’un des secrets que partagent tous les gens matures : si l’on ne peut pas fixer un rendez-vous sur le moment, « on devrait se voir pour prendre un verre » n’a aucun sens. Alors, rendez-vous service et dites simplement : « c’était agréable de te voir ». Pas de culpabilité, pas de superficialité et pas de ressentiment.

4. Votre temps devient de plus en plus précieux

Quand on est jeune, on a l’impression d’avoir tout le temps du monde. Carpe diem, ou l’art de faire toutes les choses folles et excitantes que l’on a envie de faire. Mais avec la maturité, on réalise que saisir l’instant présent revient en fait à profiter au maximum du temps dont on dispose.

Quand on a 20 ans, on adorerait pouvoir aller à ce concert, avec ces gens que l’on connaît plus ou moins. Mais à mesure que le temps passe, on comprend que l’on préférerait jouer à des jeux de société avec ses proches, cuisiner un dîner surprise pour ses parents ou s’offrir une soirée tranquille parce que non seulement on en a besoin, mais c’est aussi certainement le cas de tous nos amis.

En fait, avec la maturité, on arrive davantage à circoncire nos priorités. Et la plupart du temps, on réalise que toutes ces relations ‘lointaines’ n’en font pas partie. Et c’est normal.

Finalement, ces priorités vous auraient semblé terribles jeune, mais en vieillissant vous savez ce qui compte vraiment et c’est ce qui vous permet de profiter davantage des relations qui sont le plus importantes

Voici comment vous finirez par perdre cette fille qui est déjà restée plus longtemps qu’elle ne l’aurait dû
← Previous
Être une femme forte et indépendante, voilà ce que ça veut dire !
Next →
Comments are closed.