3 Jeux auxquels jouent les hommes qui manquent le plus d’assurance dans les relations amoureuses

Bonus : Comment mettre un terme à tout cela.

Vous vous demandez s’il est le bon ?

En tout cas, jusqu’au soir où il ne vient pas au dîner, où il ne mentionne pas qu’il a oublié votre rendez-vous lorsqu’il vous appelle, et où il vous dit que c’est de votre faute quand vous en parlez.

Vous raccrochez (ou arrêtez d’envoyer des SMS), abasourdie.

La prochaine fois que quelque chose de semblable se produit, vous commencez à douter de vous-même, pas de la relation.

Vous vous demandez ce que vous faites mal, et l’instant d’après, vous pleurez dans votre oreiller en croyant que vous n’êtes pas assez bien pour lui.

Arrêtez cette folie !

Le jeu de la Vie et de l’Amour est trop court pour passer du temps avec quelqu’un qui ne vous apprécie pas à votre juste valeur.

Je dis à mes clients d’y réfléchir à deux fois avant de faire équipe dans N’IMPORTE QUELLE relation qui comporte un mélange de ces 3 ingrédients :

1. Accusation

Les mots PEUVENT blesser autant que le bâton et le martinet, surtout si ces mots sont fréquents et inattendus à la fois. Les gens pointent du doigt pour prendre le dessus, un peu comme s’ils gardaient un visage impassible dans une partie de cartes.

L’accusation et la projection peuvent être en grande partie inconscientes, mais cela les rend encore plus dangereuses pour une relation.

Les accusateurs manquent d’estime de soi, mais ils ne veulent pas l’admettre, alors ils doivent vous reprocher quelque chose au lieu de se regarder dans le miroir.

Les accusations chroniques déclenchent un jeu qui ne produira que deux perdants, même si la personne qui blâme l’autre pense qu’elle en sortira victorieuse.

Que faire :

D’abord, prenez du recul. Il faut être deux pour danser le tango. Prenez du temps seule ou discutez avec une amie, un coach ou un thérapeute du rôle que vous pourriez jouer dans toutes ces insultes et ces injures.

De combien d’entre elles êtes-vous responsable ? Êtes-vous le plus souvent l’accusateur ou l’accusé ?

Dans ce dernier cas, agissez comme un scientifique et recueillez des données concrètes sur le moment où l’accusation est portée.

Si c’est quand vous essayez de vous rapprocher, ou quand vous vous sentez particulièrement bien dans votre peau ou que vous passez une très bonne journée, parlez avec votre ami ou partenaire.

Si la conversation produit plus d’accusation de sa part, il est temps de partir.

2. Honte

Cousin proche et plus subtil de l’accusation, la honte est de plus en plus fréquente de nos jours, en particulier sur les médias sociaux. Cependant, la honte dans une relation peut devenir toxique.

Les gens peuvent vous faire honte sans aucune action de votre part.

Ils peuvent vous appeler et insinuer que vous respirez de travers.

Ils sont souvent codépendants. Ils veulent vous démolir pour se construire, et ils vous font honte de vous manipuler parce qu’ils ont peur de vous perdre si vous découvrez que vous êtes meilleure qu’eux à quelque chose.

Que faire :

Refusez la honte et partez. La honte n’est jamais un bon outil relationnel. Ça veut dire qu’on ne gère pas ses propres affaires. Elle vient d’un lieu de désespoir et de peur.

La honte crée également un cercle vicieux de codépendance. Nous avons trop peur de quitter notre partenaire, notre collègue, notre ami, alors qu’il nous fait nous sentir moins que rien et que donc, nous ne voulons pas partir.

Ne vous engagez pas, et si la honte devient chronique, prenez vos distances, émotionnellement et physiquement, pour de bon.

3. Notoriété

Souvent, les gens qui nous blâment et nous humilient ont beaucoup de succès parce que leur propre culpabilité se traduit par des tendances perfectionnistes. Leurs paillettes extérieures sont ce qui nous attire en premier lieu.

Les accusateurs ne veulent pas échouer, et leur estime de soi est souvent si basse qu’ils ne peuvent l’admettre.

Ils peuvent mentir, trouver des excuses et rejeter leurs problèmes sur les autres – tout cela pour garder le secret sur ces sentiments d’inadéquation qui les rongent.

Ils se sentent comme des imposteurs là-haut sur leur scène étoilée, et ils feraient n’importe quoi pour ne pas tomber du piédestal sur lequel nous – et probablement beaucoup d’autres – les avons placés.

Que faire :

Vous pouvez sentir la tristesse et l’angoisse sous-jacente chez les gens qui veulent nous faire des reproches et nous faire honte.

Vous voudrez peut-être aider ou guérir la personne parce que vous vous souciez d’elle. Vous pouvez leur fournir vos propres excuses. Vous pouvez faire des suggestions, et ils peuvent vous récompenser par intermittence avec une pluie d’affection attentive.

Ils semblent être sur la bonne voie, mais ensuite ils déraillent, et les disputes (ou pire) recommencent.

La plupart des gens qui portent beaucoup de honte et de reproches ont besoin d’un conseiller professionnel empathique et d’un espace neutre pour guérir.

Si vous avez dit à un ami ou à un partenaire ce que VOUS ressentez à cause de ses actions, en utilisant une phrase comme « Quand tu me cries dessus, je me sens méprisée » et que ses attitudes blessantes continuent (surtout si vous vous sentez manipulé), son manque d’assurance est chronique et il a besoin d’une aide que vous n’êtes pas en mesure de leur apporter.

Si votre patron vous traite ainsi, commencez à chercher un autre emploi.

Si votre ami ou partenaire refuse de se regarder dans le miroir, vous devez le quitter.

Dans quelques années, votre vie sera plus légère et probablement plus heureuse, et vous serez heureux de l’avoir fait.

Tout ce qui restera dans votre cœur, c’est l’amour que vous avez partagé et l’amour et le respect de vous-même que vous avez retrouvés.