Skip to Content

Pourquoi n’arrivez-vous plus à pleurer ?

Pourquoi n’arrivez-vous plus à pleurer ?

Il est normal de pleurer et c’est même sain !

D’ailleurs, il est nécessaire de pleurer pour se débarrasser des émotions négatives et pour réduire le stress que l’on ressent.

Les scientifiques ont des opinions très différentes sur les raisons des pleurs.

Les poètes disent qu’une personne pleure pour réduire la force de la tristesse et du chagrin (Shakespeare dans Henry VI), d’autres affirment que les pleurs améliorent et réduisent les mauvais sentiments, bien que rien ne change réellement après que les larmes ont été versées.

Le scientifique Charles Darwin croyait que les larmes sont un effet secondaire inutile de la contraction de certains muscles, qui doivent être contractés périodiquement pour éviter que trop de sang ne s’y accumule.

Aujourd’hui, on pense que pleurer est une réponse complexe à un état émotionnel.

Pleurer est littéralement un appel à l’attention, un moyen de rechercher le soutien et l’aide d’amis lorsque nous en avons le plus besoin.

Bien sûr, les vrais pleurs émotionnels sont quelque chose de complètement différent des larmes causées, par exemple, par le fait de couper un oignon.

Parfois, les larmes apparaissent dans des situations amusantes.

Le signe le plus visible des pleurs est les larmes, mais cela inclut également des changements dans l’expression du visage et le rythme respiratoire, qui se transforment parfois en sanglots.

Il y a aussi des pleurs cathartiques !

Il existe de nombreuses opinions et idées sur les raisons pour lesquelles les adultes pleurent.

La première est qu’ils le font pour la même raison que les bébés, lorsqu’ils recherchent du soutien et de l’attention.

Cependant, les gens pleurent parfois seuls, on pense donc que cela sert de confirmation secondaire de leur état émotionnel, les aidant à comprendre leur propre état d’âme.

Il y a aussi les pleurs cathartiques, comme relaxation de situations émotionnellement très stressantes.

Cette attitude, avec Shakespeare, est également soutenue par le poète romain Ovide, qui dit que c’est un soulagement de pleurer, car le chagrin est satisfait et emporté par les larmes.

Et Aristote a dit que pleurer nettoie l’esprit.

Dans une étude de 1986 sur ce qui était écrit dans les magazines populaires américains, 94 % des articles suggéraient que les pleurs atténuaient la tension psychologique.

Mais on ne peut pas pleurer quand on retient ses larmes, quand il y a un blocage par rapport aux pleurs.

Les larmes les plus pénibles ne sont pas celles que tes yeux ont versées, mais toutes celles que ton cœur a retenues à l’intérieur, là où ton cœur se noie.

John Joos

Malheureusement, au cours de leur vie, beaucoup ont appris qu’ils devaient être forts et courageux (les hommes beaucoup plus, mais aussi les femmes), que les larmes sont un signe de faiblesse.

On nous a appris, à tort, que seuls les faibles pleurent –

Dès la petite enfance, on répète aux garçons qu’ils ne sont pas des fillettes et qu’ils ne doivent donc pas pleurer.

Mais les filles ne sont pas en manque.

On leur répète que pour être des fillettes « bien », elles doivent toujours sourire.

On nous a appris qu’il n’est pas normal d’être triste, effrayée, en colère, nerveuse ou frustrée.

Que la seule chose acceptable est d’être heureuse, de bonne humeur, satisfaite ou éventuellement, s’il le faut, d’être « bien ».

Aussi, peut-être que les parents cachaient leurs pleurs, n’exprimaient pas eux-mêmes leurs émotions (parce qu’eux-mêmes avaient peur de leurs émotions et ne savaient pas le contraire) et c’était en quelque sorte interdit dans la famille.

Ce genre d’éducation reste empreinte en nous pendant toute la vie.

Finalement, toute notre vie, nous considérons les pleurs comme un signe de faiblesse.

Ou bien, on les associe à quelque chose de terrible et trop douloureux pour nous permettre de pleurer.

Pourtant, nous savons consciemment que ce n’est pas le cas !

Alors, on crée un blocage et on ne s’autorise pas à pleurer, malgré le fait que l’on a un très grand besoin de le faire.

La vérité est que pleurer est un signe d’humanité.

En fait, pleurer purifie l’âme.

Pleurer aide à libérer la douleur que nous avons accumulée pendant des jours (certains même des années).

Pleurer est un signe que nous nous permettons de ressentir ce que nous ressentons et que nous nous donnons la possibilité de regretter ce que nous voulons ou devons regretter.

Oui, lorsque nous accumulons certaines choses en nous pendant longtemps et que nous fuyons les émotions, il peut nous être difficile de prendre du temps pour nous, de nous asseoir et de pleurer.

Nous pouvons avoir peur de ce moment !

En effet, il peut nous sembler qu’une fois que nous aurons laissé toute cette douleur s’échapper de nous, nous n’arrêterons plus de pleurer.

Mais ce n’est pas comme ça que cela marche.

Il est possible que ce soit difficile au début, comme c’est certainement difficile pour nous lorsque nous portons ce fardeau avec nous.

Mais après cela, il y aura un grand soulagement.

Quand on nous apprend que les larmes ne sont pas acceptables, il faut du temps pour vraiment comprendre et accepter qu’elles le sont.

Pleurer, c’est bien.

Ça l’est vraiment.

Donnez-vous la permission, l’espace et le temps de libérer vos larmes, et avec elles les chagrins, les douleurs et les peurs accumulés.

Rappelez-vous, autant de fois que nécessaire, que pleurer est parfaitement sain et que c’est juste un signe que vous êtes humain.

Vous n’êtes pas une mauviette, une lâche ou une pleurnicharde.

Parfois, les pleurs ne peuvent pas si facilement guérir de gros chagrins.

Lorsque nous vivons des choses très douloureuses, nous voudrons pleurer plusieurs fois et nous devrions nous permettre de le faire.

Pleurez autant que vous voulez, quand vous en avez besoin et à quel point vous en avez besoin.

Sans honte, remords de conscience, culpabilité, le sentiment que vous êtes en quelque sorte mal pour pleurer.

Rappelez-vous que c’est juste quelque chose que vous avez appris.

Et maintenant, décidez de vous apprendre que pleurer est sain et donnez-vous la permission de crier ce qui pèse sur votre âme.

Si vous remarquez que, malgré tout ce que vous avez essayé, vous ne pouvez pas pleurer et que vous avez un fort besoin de le faire, vous pouvez demander de l’aide.

Cherchez votre espace sûr et votre soutien, que ce soit avec un ami, un partenaire, un membre de la famille ou un conseiller.

Cela n’a pas d’importance, tant que vous vous sentez suffisamment en sécurité avec cette personne pour pouvoir dire ce qui vous fait mal et « lâchez » cette partie vulnérable de vous-même.

Tout cela demande beaucoup de compréhension de soi et de patience, mais cela en vaut la peine.

En effet, lorsque nous nous permettons d’être vulnérables, nous nous donnons également la permission d’être vraiment joyeux et heureux.

À lire aussi : Est-il vrai que les hommes ne pleurent jamais ?