Please assign a menu to the primary menu location under menu

Aller de l'avantPeine d'amour

Voici pourquoi j’ai quitté un homme que j’aime encore

En matière de rupture, tout le monde semble se focaliser sur la personne qui est abandonnée et sur la douleur de celle-ci. Les gens tendent à juger la personne qui est partie, pensant que s’en aller est la chose la plus facile à faire. Mais il arrive que ce soit la chose la plus difficile que l’on ait jamais eue à faire.

Il arrive que l’on ne veuille pas partir, mais que ce soit l’unique option. Il arrive que l’on aime encore la personne qu’on laisse derrière, mais que l’on soit simplement obligé de prendre la décision de s’aimer un peu plus.

Puis vient un moment où l’on doit choisir entre notre santé mentale et notre couple – entre soi et entre l’autre. Votre cœur vous dit peut-être le contraire, mais votre raison sait que c’est la bonne chose à faire.

Ce n’est pas non plus un acte de lâcheté. Parfois, partir exige plus de courage que rester. Couper les ponts avec une personne pour qui on a encore des sentiments, sachant qu’elle ne vous fait pas de bien est l’une des choses les plus courageuses du monde.

Vous avez une totale conscience des conséquences – vous savez que vous finirez par être dévasté, mais vous le faites quand même. Vous savez qu’il le faut, pour votre propre bien.

Oui, en partant, vous aurez le cœur brisé. Mais vous savez que ce serait bien pire si vous restiez. Alors, vous décidez de vous choisir, pour la première fois de votre vie. Vous décidez de tourner le dos à la seule personne que vous n’aimerez jamais.

Ne pensez pas, même une seconde que ça sera moins douloureux parce que c’est vous qui choisissez de partir. Un chagrin d’amour est toujours un chagrin d’amour, peu importe lequel a choisi de s’en aller.

J’ai été dans la même situation et j’ai déjà fait ça, alors, je sais. J’ai quitté l’homme que j’aimais et que j’aimerais probablement jusqu’à la fin de mes jours. Et ce fut l’un des choix les plus difficiles que j’ai eus à faire.

Nous avons tous dans notre vie, une personne qui constitue notre faiblesse. Et malheureusement, cet homme n’est souvent pas le bon. J’étais dans une relation extrêmement toxique. Quand je me repenche sur les choses avec le point de vue que j’ai aujourd’hui, je ne peux pas dire qu’il était le seul à être toxique. Je pense que nous étions toxiques, l’un pour l’autre.

Il arrive que des gens s’aiment avec passion, mais ne soient simplement pas compatibles. Vous pouvez croire que ce sont des choses sur lesquelles vous pourrez travailler, mais si vous avez tous les deux fort caractère et êtes têtus, les choses ne fonctionneront jamais correctement. Oui, vous pouvez essayer de trouver des compromis et ce sera une bonne solution temporairement. Mais tôt ou tard, vos différences referont surface.

J’ai aimé un homme qui n’était pas bon pour moi. Et cet homme m’aimait, bien que je fusse aussi mauvaise pour lui. Peut-être étions-nous masochistes et était-ce pour cette raison que nous nous aimions autant ou peut-être que si nous avions été bénéfiques l’un pour l’autre, nous nous serions aimés encore plus – je ne le saurai jamais.

Ce que j’ai su dès le début, c’est que notre couple était voué à l’échec. Au départ, je ne pensais pas que ça deviendrait sérieux et j’ai laissé ma passion me guider. Mais sans même m’en rendre compte, je suis tombée amoureuse de lui.

J’ai essayé de combattre ces sentiments. J’ai essayé de le quitter, dès que j’ai compris que je perdais tout contrôle sur moi-même. C’était la première fois de ma vie que mon cœur prenait le pas sur ma raison. C’est peut-être aussi pour ça que c’était aussi bon.

Cette relation m’a fait vivre des montagnes russes émotionnelles. Par moment, j’avais l’impression de dominer le monde et le jour d’après, d’être au fond d’un trou. Cet homme avait une emprise sur moi et je ne pouvais rien y faire.

On se disputait. Toujours et n’importe où. Et plutôt que de me sentir apaisée et heureuse, je me sentais de plus en plus stressée et angoissée.

Nous avons tous les deux essayé de mettre un terme à cette relation, plus de fois que nous ne pourrions compter. Mais quelque chose n’avait de cesse de nous attirer l’un vers l’autre. Je pensais que les rares moments de paix que nous partagions valaient toute la négativité qui envahissait ma vie. Et je croyais qu’il finirait par changer. Mais les choses ne faisaient qu’empirer.

Dès que j’ai réalisé que tout ceci m’affectait physiquement et psychologiquement, plus que ça ne le devait, j’ai décidé de partir. C’est donc ce que j’ai fait. Et ce fut l’une des choses les plus difficiles que j’ai faites de ma vie. Mais je savais qu’il le fallait.

Au départ, j’étais rongée par la culpabilité. Je me disais que j’aurais pu faire autrement. Je me disais que si j’avais été différente, les choses auraient été différentes. J’avais l’impression de l’abandonner au moment où il avait le plus besoin de moi. Je savais qu’il avait des sentiments pour moi et pourtant, je le laissais seul.

J’avais des doutes. Ce qui m’a sauvée, c’est que lui aussi a réalisé que notre relation était finie et que nous ne pourrions jamais être heureux. Ainsi, il ne m’a pas couru après. S’il l’avait fait, j’aurais probablement changé d’avis et serais retournée auprès de lui.

Une fois la période de culpabilité passée, j’ai commencé à faire mon deuil. J’avais le cœur brisé et c’était ma faute. Je l’aimais tellement que j’étais incapable de recommencer à vivre sans lui. Ma raison et mon cœur étaient en guerre perpétuelle. Et j’ai presque failli la perdre.

Mais j’ai continué. Si vous me posiez la question maintenant, je ne saurais pas vous expliquer comment j’ai réussi. Au fond, je savais qu’il serait fou de revenir auprès de cet homme. Je sais que nous aurions été heureux un certain temps et que très vite, nous aurions été à nouveau piégés dans ce cercle vicieux de disputes et de réconciliations. Et ce ne sont pas des bases solides pour une relation de couple et une vie saines. C’est ce que je me répète sans cesse.

Bien-sûr, quand on est dans cette phase, tout le négatif et toutes les choses qui vous ont conduite à partir semblent insignifiantes. On ne pense qu’aux bons moments, qu’à l’amour qui nous unissait, qu’aux moments où l’on se sentait la femme la plus heureuse du monde et qu’à ceux où l’on se sentait plus vivant que jamais.

Mais très vite, la réalité nous rattrape. On sait que ce que l’on a fait était nécessaire à notre survie. On sait que l’on n’avait aucun avenir et que l’on ne peut pas simplement vivre au présent.

Et on vit au jour le jour. Chaque jour devenant un peu plus facile à affronter.

Je ne vais pas vous mentir. Je n’ai jamais complètement cessé d’aimer cet homme et je ne sais pas si j’y arriverai un jour. Il m’a changée en bien et surtout, il m’a permis de découvrir ma force.

Mais j’ai appris à vivre sans lui. Et je sais que le quitter était la bonne décision. Je sais que j’ai eu le courage nécessaire afin de prendre cette décision majeure qui m’a sauvée.