Skip to Content

Parent/enfant comment éviter le conflit de loyauté ?

Parent/enfant comment éviter le conflit de loyauté ?

Le conflit de loyauté naît lorsque l’enfant se retrouve entre deux parents qui se font la guerre.

Que cela soit à cause d’un divorce ou d’une dispute temporaire.

Dans un contexte d’augmentation du nombre de divorces et de différends concernant le droit de garde et de visite de leurs enfants, il existe de plus en plus de cas dans lesquels les parents tentent d’aliéner un enfant de l’autre parent et de l’exclure du contact et de l’éducation.

Non seulement les avocats, les juges, les experts et les employés des offices de protection de la jeunesse sont impliqués dans un conflit de loyauté souvent incessant, mais aussi les psychothérapeutes, les médecins (pédiatres) et les pédopsychiatres.

La plupart du temps, un parent veut des attestations et certificats attestant que les problèmes de comportement ou les symptômes fonctionnels (mouillage, comportement oppositionnel, dépression, troubles du sommeil et autres) d’un enfant sont dus à des influences négatives de l’autre parent.

Le sujet s’enflamme généralement à un moment où les conflits de séparation se transforment en conflit de loyauté ou de garde et un parent veut exclure l’autre de l’éducation future. La situation s’aggrave lorsque deux « camps » se font face.

Par exemple un père avec les grands-parents avec lesquels l’enfant séjourne lors des visites et une mère avec un nouveau conjoint. Il est utile pour les médecins et les thérapeutes de différencier les différentes constellations de conflits afin d’éduquer les parents d’une part et de prévenir l’abus de certificats médicaux d’autre part.

Définition : le conflit de loyauté

Il existe un conflit de loyauté entre les enfants des familles dites intactes ainsi que des familles séparées. En règle générale, l’enfant qui a dépassé la petite enfance veut être loyal envers ses deux parents, sa mère et son père.

Ce n’est pas un problème dans les familles équilibrées, où l’enfant peut vivre sa loyauté envers ses deux parents et aussi apprendre à vivre des écarts plus petits.

Cela peut se représenter symboliquement. L’enfant, le père et la mère forment un triangle. Tout le monde voit tout le monde et est en contact avec tout le monde.

Chaque membre de la famille a la possibilité de changer temporairement de position et de faire évoluer la relation distance-proximité. Sans développer une relation exclusive à double sens (dyade) ou des coalitions durables de deux membres du système contre un troisième membre.

C’est comme ça que l’on évite le conflit de loyauté !

Il ne viendrait à l’esprit de personne ici que l’enfant ne construirait qu’un seul parent comme « son propre moi ». Selon certains experts, cela devrait être soudainement nécessaire lorsque les parents se séparent.

Si la mère et le père commencent à se disputer l’enfant, le conflit de loyauté peut ressembler à ça :

Ici, métaphoriquement parlant, la famille est un « champ de bataille » où se livrent des luttes de pouvoir et où se forment des triangles « inverses », des coalitions et des alliances. C’est là que le dysthymique est chez lui. L’observateur naïf comprend immédiatement comment et pourquoi cela conduit à maladie… Des années de conflit dans le mariage, des escalades symétriques, des séparations et des réconciliations, des violences et des intrigues, des bains alternés entre indulgence et sévérité. Ici aucun membre de la famille n’a la chance de rester neutre. Si vous prenez position d’un côté, vous êtes menacé de mettre l’autre côté en colère. Cela engendre de la peur, un malaise constant et des sentiments de culpabilité qui s’intensifient jusqu’à ce qu’un membre de la famille « sort » de la dépression – ou plutôt la dysthymie. 

Horn, Jürgen : « Troubles dépressifs – Causes et traitement (Partie I) » 

Dans la famille séparée, la position de départ des parties opposées, c’est-à-dire principalement les parents, est quelque peu différente. Ici, l’enfant est souvent dans la sphère d’influence prédominante d’un parent (ce que l’on appelle le parent soignant). Et c’est là que naît le conflit de loyauté.

En pratique, c’est généralement la mère avec qui l’enfant passe le plus clair de son temps. Elle nourrit alors le conflit de loyauté et fait culpabiliser son enfant.

Les parents, préoccupés par leurs propres charges à la suite de la séparation, ne remarquent souvent pas le stress psychologique sur les enfants et ne leur accordent pas suffisamment d’attention.

Par conséquent, les symptômes de stress naturels des enfants sont souvent réinterprétés dans d’autres conflits entre les parents, comme étant le résultat d’une influence négative ou d’« exigences excessives » en traitant avec l’autre parent.

En effet, les réactions psychologiques et fonctionnelles, les infections, les réactions agressives ou dépressives ne sont pas seulement déclenchées par la séparation elle-même. Ils surviennent surtout lorsque l’enfant est censé passer d’un parent à l’autre.

Mais que le parent soignant refuse ce contact, au motif par exemple que l’enfant a besoin de « venir se reposer » ou ne veut pas aller chez l’autre parent. Ce comportement nourrit le conflit de loyauté et l’enfant est de plus en plus perdu.

Les enfants de la maternelle et de l’école primaire semblent souvent nerveux, irritables et peu disposés à rendre visite à l’autre parent ou ils se plaignent de douleurs abdominales. Le temps de visite lui-même se déroule après une courte acclimatation sans conflits et dans une atmosphère joyeuse.

Cependant, l’enfant ne veut rien dire de la maison et ne veut pas y aller. L’enfant revient en pleurs et à contrecœur vers le parent attentionné. Après les visites, il se comporte exagérément, il est fermé ou grincheux pendant quelques jours, ne veut rien dire sur les visites elles-mêmes, jusqu’à ce qu’il redevienne enfin « normal ».

Les parents tirent des conclusions opposées de ce schéma : la mère (éventuellement le père) ne voit aucun intérêt aux visites, mais plutôt du mal. L’enfant sera tourmenté uniquement pour répondre au droit légal du père (éventuellement mère) : les visites devraient donc être interrompues.

Le père, en revanche, se demande si l’enfant est entre de bonnes mains avec la mère, puisqu’il lui arrive dans un état si pitoyable et hésite à retourner auprès de la mère.
Contrairement à un syndrome d’aliénation, ce « syndrome du conflit de loyauté » ne repose sur aucune intention d’aliénation.

Les causes peuvent résider dans des peurs de séparation, des conflits psychodynamiques de loyauté, un problème d’autonomie, un manque de constance objectale chez l’enfant, au niveau parental dans des blessures, un isolement social ou des problèmes avec un nouveau partenaire.

Les parents s’inquiètent des symptômes. Au début, ils n’ont pas tendance à dévaloriser l’autre parent, à lui reprocher les symptômes ou à vouloir le marginaliser. Dans ces cas, il suffit de souligner au cours de l’anamnèse que les réactions de l’enfant sont naturelles et qu’elles s’atténueront après environ six mois à un an.

Le conflit de loyauté pour l’enfant

Le syndrome d’aliénation parentale se distingue du syndrome du conflit de loyauté et des cas où un enfant a été victime d’abus ou de négligence et ne souhaite donc pas prendre contact.

Le conflit de loyauté ne se développe que lorsqu’un enfant – consciemment ou inconsciemment – est entraîné dans une forte dualité par le parent attentionné. Celui-ci lui explique qu’il est extrêmement difficile de traiter avec l’autre parent, alors l’enfant développe des sentiments de culpabilité en raison de son désir de rester en contact.

Dans le cas des parents bienveillants, le problème borderline sous-jacent est souvent activé par le processus de séparation. Ils ressentent le stress accru de la situation de séparation tardive, submergent et régulent de plus en plus l’enfant. 

Ils se retrouvent souvent dans le rôle d’un partenaire de substitution et une relation symbiotique se développe. Chaque contact entre l’enfant et l’autre parent déclenche une peur panique de la perte.

Les rendez-vous de visite sont souvent annulés. De nombreuses stratégies d’aliénation véhiculent une image négative de l’autre parent à l’enfant – un conflit de loyauté intense est encouragé. Contrairement au syndrome du droit de visite, le conflit de loyauté montre plusieurs symptômes facilement reconnaissables dans le comportement de l’enfant :

1. Les opinions et les formulations textuelles sont tirées du parent attentionné qui caractérise son attitude envers l’autre.

Ce qui est dit est dit dans un langage qui ne convient pas aux enfants (« Il a un complexe de pouvoir. »). Et un ton de voix artificiel. De nouvelles raisons de rejet sont « inventées », l’enfant apparaît agité et tendu au cours de la conversation.

Un conflit de loyauté stresse énormément un enfant, surtout s’il n’est pas encore capable de comprendre ce qu’il se passe.

2. Non seulement l’autre parent, mais tout son environnement social et familial entre dans le jeu du conflit de loyauté.

Par exemple, les grands-parents et les amis deviennent des ennemis, alors que jusque-là ils étaient un soutien. 

3. L’enfant « divise » la situation : le parent attentionné n’est que « bon », l’autre que « mauvais ».

L’ambivalence naturelle fait défaut. L’enfant prend par réflexe le parti de l’aidant. Ce qui est un comportement typique du conflit de loyauté, qu’un enfant ne comprend pas !

4. L’enfant insiste sur le fait que tout ce qu’il dit est de sa propre volonté (« Je veux ça. »).

Si le processus de conflit de loyauté avance et que le parent soignant est sûr que l’enfant n’exprime pas le désir de plus de contacts, il dit souvent : « l’enfant ne veut pas.  »

5. Le parent soignant dévalorise l’autre et tente d’intégrer l’enfant dans une alliance contre lui.

En même temps, cependant, les efforts de discours et de médiation qui affectent sa personne et son rôle dans le processus de séparation se rejettent.

Comment savoir si votre enfant souffre à cause d’un conflit de loyauté ?

Les signes peuvent être des difficultés ou des problèmes de comportement à plusieurs reprises. Peut-être même essaient-ils de refuser d’aller voir l’autre parent. Ils ne veulent pas que vous soyez triste par leur départ. Et ils ne reviendront certainement pas en montrant qu’ils ont passé un bon moment, même si c’était le cas.

Faire peser un tel fardeau sur vos enfants est très dommageable. Et, même si vous vous sentez temporairement mieux en voyant qu’ils « semblent » vouloir rester avec vous et ne pas passer de bons moments avec l’autre parent, les effets à long terme ne seront pas aussi agréables. Ils se cacheront et nourriront des sentiments très confus en matière de loyauté.

Les enfants dans une situation de conflit de loyauté peuvent même adopter une stratégie consistant à dire délibérément du mal de l’autre parent. Car ils pensent que cela vous fera plaisir. Ce qui ne fait que perpétuer leurs propres sentiments de confusion et de blessure.

Si un enfant vit dans une famille où il n’y a pas ou peu de soutien émotionnel, il peut présenter certains des traits suivants, où il est obligé de faire face à ses sentiments de confusion et de souffrance en :

  • ignorant complètement l’un de ses parents
  • s’éloignant de l’un de ses parents sur le plan émotionnel et physique
  • se réfugiant dans le travail scolaire pour éviter le problème
  • se mettant en colère, s’angoissant ou même devenant phobique à l’égard d’un parent

L’une des choses les plus tristes pour ces enfants est qu’on les force à se retrouver dans ces situations, sciemment ou souvent sans le savoir, par un parent, et que l’instinct de conservation se met en marche.

S’ils choisissent de ne pas voir ou parler à l’un de leurs parents, ils regrettent ce choix au fond d’eux-mêmes. En effet, ils se sentent coupables et honteux. En apparence pourtant, ils peuvent sembler tout à fait satisfaits de leur décision. Souvent, ils sont alors en colère. Et pour faire face à cette peur et à cette confusion, ils dirigent davantage de colère vers le parent qu’ils ont rejeté.

Conflit de loyauté : quelle est la solution ?

Éviter de participer !

Il est possible de recommander aux parents une thérapie de soutien/des conseils ou un contact avec un groupe d’entraide. L’autoportrait des parents qui créent un conflit de loyauté comme s’ils étaient des « victimes malheureuses » séduit facilement. Alors, l’entourage a tendance à soutenir, participer et encourager ce comportement.

Cependant, la solution à l’exclusion est en plus soutenue par le médecin/thérapeute. Cependant, les parents doivent savoir que :

  • l’enfant avait une relation bonne et affectueuse avec l’autre parent ;
  • le parent aliénant a effectivement besoin de soutien et d’affection, mais cela ne peut consister à soutenir des efforts pour s’exclure ;
  • les accusations portées par le parent soignant sont pour la plupart des projections.

Si un comportement aliénant actif a pour conséquence un conflit de loyauté chez l’enfant, les parents bienveillants doivent d’une part être sensibilisés à la nature destructrice et immorale de leurs actions, mais d’autre part leur besoin émotionnel doit également être accepté.

La relation équilibrée entre confrontation et empathie, importante pour les thérapies borderline, est le meilleur moyen d’atteindre les parents aliénants.

Les enfants n’ont pas besoin de thérapie. Le comportement se normalise rapidement lorsque l’enfant apprend qu’il peut rendre visite à l’autre parent de manière fiable sans se sentir coupable et profiter du temps passé ensemble.

Conflit de loyauté : quand les deux parents travaillent ensemble pour aider l’enfant

Les suggestions suivantes ne fonctionnent que si les deux parents sont d’accord avec l’idée et peuvent communiquer normalement. Entre eux et avec leurs enfants. Pour résoudre le conflit de loyauté ou pour ne jamais en arriver là :

  1. Chaque parent doit soutenir le rôle parental égal de l’autre.
  2. Les parents ne doivent pas saper l’autorité de l’ancien partenaire auprès des enfants.
  3. Les parents ne doivent pas se disputer devant les enfants ou à portée de voix.
  4. Ils ne doivent pas impliquer les enfants dans les conflits parentaux.
  5. Faites en sorte que les enfants puissent avoir des relations agréables avec leurs deux parents.
  6. Soyez activement encourageant et heureux d’entendre parler des activités avec l’autre parent.
  7. Les parents ne doivent pas obliger leurs enfants à choisir entre eux.
  8. Ils doivent au contraire les encourager à être proches de leurs deux parents en même temps.
  9. Les parents doivent encourager les autres membres du cercle familial à adopter une position neutre vis-à-vis de la séparation. Cela inclut les grands-parents, les enseignants et les autres adultes importants.
  10. Les enfants doivent pouvoir bénéficier du soutien de ces personnes sans qu’elles prennent parti ou rejettent la faute sur l’un ou l’autre parent.

Mettez fin au conflit de loyauté pour le bien de votre propre enfant !

À lire aussi : Témoignage : comment j’ai réussi à me sauver de la toxicité de mes parents