Skip to Content

Mamans, arrêtez de vous excuser de vouloir tout réussir

Mamans, arrêtez de vous excuser de vouloir tout réussir

Fixez des priorités est le secret pour vivre une vie heureuse. Mais vous n’êtes pas obligée de faire des choix drastiques. En effet, vous n’êtes pas forcée de faire de votre travail une priorité, aux dépens de votre famille.

Et inversement ! Vous pouvez choisir les deux. Et vous pouvez trouver un équilibre qui fonctionne pour votre famille. N’ayez pas honte de vouloir une vie épanouie et accomplie. Et assumez qui vous êtes réellement !

Hier, j’ai entendu l’une de mes collègues s’excuser d’être arrivée une heure en avance, car elle devait partir une heure plus tôt. Pourquoi ? Parce qu’elle devait aller soutenir son fils qui passait une audition pour une école de musique.

Autour de moi, les gens hochaient les sourcils.

Mais, au fond de moi, je comprenais exactement ce que cette femme traversait. En effet, je l’imaginais déjà en train de sortir du boulot en courant pour arriver à l’heure à l’audition.

Trop souvent, elle s’en est voulu d’avoir raté un anniversaire ou de ne pas avoir été présente lorsque son fils est tombé. Trop souvent, elle en faisait trop pour équilibrer les moments où elle était absente.

Et trop souvent elle s’excusait de courir après un équilibre.

Donc maintenant, elle court pour ne pas rater encore quelque chose.

Pourtant, il n’y a pas besoin de faire des pieds et des mains pour concilier votre vie professionnelle et votre vie familiale. En réalité, vous ne cherchez même pas à créer un équilibre.

L’objectif est d’atteindre un état d’esprit où vous vivez pleinement et profitez de votre vie en dehors du travail et où vous réussissez au travail.

Parfois plus ou moins d’un côté ou de l’autre de l’équation, mais à un niveau qui vous convient. 

Pour y parvenir, vous devez comprendre les priorités. Vous obtiendrez absolument plus – et serez moins encline à vous excuser – si vous utilisez le temps de manière efficace pour vous concentrer sur les activités essentielles.

La première étape consiste à être parfaitement claire sur les problèmes que les gens comptent sur vous pour résoudre ou sur les projets qui doivent être menés à bien.

Si vous n’êtes pas certaine, revoyez votre liste de “choses à faire” avec votre patron. Vous devez parfaitement vous informer lorsque vous fixez vos priorités.

Une fois les priorités définies, demandez-vous si vous vous donnez suffisamment de temps pour accomplir ces tâches importantes car, en fin de compte, ce sont les réalisations dont on se souviendra.

Réservez du temps dans votre agenda pour accomplir ce travail, comme vous le feriez pour une réunion importante ou un rendez-vous chez le médecin.

Ne perdez pas de temps sur des tâches que les gens oublieront, comme prendre des notes ou commander le déjeuner. Oui, quelqu’un doit faire ces choses, mais il est plus important que vous vous concentriez sur une tâche essentielle que les gens comptent que vous fassiez bien… et que vous la fassiez.

Vous devez également donner la priorité à vos activités après le travail.

Vous n’êtes pas obligée d’être partout, car de toute façon, vous ne le pouvez pas. Bien sûr, il y a l’invitation à cette collecte de fonds sur votre bureau, mais demandez-vous : “Est-ce un moment où mon absence sera inoubliable ?

Ou est-ce que je donne la priorité à des événements ou des réunions dont je ne me souviendrai même pas la semaine prochaine ?”

Lorsque vous avez mis de l’ordre dans vos priorités professionnelles, prenez une mesure tout aussi honnête dans votre vie en dehors du bureau.

Votre santé devrait toujours être une grande priorité. Si vous n’êtes pas en bonne forme physique, mentale et émotionnelle, tout le reste en pâtira.

Arrêtez de manger à votre bureau, faites de l’exercice et n’envoyez pas d’e-mails tard le soir ; ils ne représentent pas le meilleur de vous-même et vous devriez vous concentrer sur le sommeil essentiel.

Et si je ne suis pas du genre à tolérer les excuses pour l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, vos proches méritent peut-être de vous entendre admettre certaines erreurs.

Il est souvent plus facile de dire non à un enfant de 13 ans qui a besoin de parler qu’à un patron qui vous envoie des messages nuit et jour, mais qui mérite le plus votre attention ?

Les relations avec la famille et les amis sont la plus grande source de satisfaction pour vous. Si votre carrière nuit à vos relations, les deux en souffriront.

Commencez à établir des priorités à la maison aussi. Vous n’avez pas besoin d’être une SuperMaman et d’assumer toutes les tâches. Il est normal de partager la charge de travail.

Vos enfants se moquent de savoir qui plie leur linge ou balaie les planchers, alors, si vous le pouvez, déléguez les tâches qui n’ont aucune importance si vous ne les faites pas.

Et n’oubliez pas qu’un certain désordre est normal à la maison – le temps que vous passez avec vos amis et votre famille est plus précieux qu’un tapis aspiré.

Vous devriez également envisager de parler davantage à vos collègues du temps passé en dehors du bureau, surtout si vous occupez un poste de supervision.

Le fait de discuter ouvertement des événements familiaux et amicaux donne aux autres membres de votre organisation la permission de faire de même et de travailler à un meilleur équilibre.

Enfin, ne vous culpabilisez pas si chaque jour n’est pas un mélange satisfaisant d’accomplissement et de moments mémorables avec vos proches.

Les femmes évaluent souvent leurs performances et leurs capacités de manière plus négative que les hommes et lorsque ce critique intérieur est aux commandes, il peut avoir un impact négatif sur vos perceptions, vos décisions et vos actions.

Mettez au défi ces pensées négatives et renforcez votre confiance en vous. Commencez à établir des priorités et, quoi que vous fassiez, arrêtez de vous excuser. Il y a de fortes chances que vous fassiez déjà beaucoup mieux que vous ne le pensez.

À lire aussi : Voici les erreurs que l’on fait dans l’éducation de nos filles