Skip to Content

Ne t’inquiète pas de grandir sans un père : tu pourras toujours compter sur moi, ta maman

Ne t’inquiète pas de grandir sans un père : tu pourras toujours compter sur moi, ta maman

Ma fille, ma douce, mon adorable Coccinelle,

Je t’offre cette lettre dans l’espoir que tes craintes s’apaisent. Dans l’espoir que tu comprennes que grandir sans avoir un père auprès de toi, ce n’est pas si grave, même si ça peut rendre triste ou mettre en colère.

J’ai dû faire un choix qui peut te sembler injuste aujourd’hui

J’ai toujours tout fait toute seule, dès le moment même où j’ai appris que je t’attendais.

Je savais que tu méritais une meilleure enfance que moi, même si celle-ci avait été convenable. Moi, je voulais que la tienne soit fantastique, qu’elle soit incroyable.

Tu méritais d’avoir une mère extraordinaire et pour ça, je savais que je devais changer de vie.

L’un de ces changements a été de laisser partir ton père, car je savais que ce petit garçon que j’aimais alors ne se transformerait jamais vraiment en homme. Pas dans les temps en tout cas. Et il ne m’a pas arrêtée.

Dès l’instant où j’ai su que tu grandissais en moi, je me suis sentie connectée à ton être en devenir

Tu vas rouler des yeux, je sais, “maman, arrête le cliché”, mais c’est la vérité, le jour où j’ai accouché, ma belle, cela a été le plus beau jour de ma vie.

Les mères parlent toujours de ce jour comme étant celui où tu deviens mère mais pour moi, il est venu bien avant ton arrivée.

Je me suis sentie maman dès le moment où j’ai su que tu grandissais en moi.

Et toi qui aimes les clichés, laisse-moi en ajouter un autre à la liste : l’amour inconditionnel.

Je n’ai jamais su à quel point je pouvais aimer quelqu’un jusqu’à ce que je te rencontre. C’est une sensation écrasante de sentiments et d’émotions, d’une pureté folle, que je n’ai jamais vraiment réussi à décrire d’ailleurs.

Des sensations avec lesquelles je continue à vivre tous tous les jours.

Être mère me donne vraiment l’impression que mon cœur vit en dehors de mon corps. Je pensais naïvement que je savais ce qu’était l’amour avant de t’avoir dans ma vie mais j’avais tout faux.

Je t’aime inconditionnellement et l’intensité de mon amour pour toi ne ressemble à rien de ce que j’ai jamais connu auparavant.

Dès l’instant où j’ai entendu ton petit coeur battre, je suis tombée amoureuse. Tout est devenu si réel ! Il y avait une vie qui grandissait en moi et qui allait bientôt ne devoir compter que sur moi.

Tourbillon d’émotions

La peur était bien présente : allais-je pouvoir être à la hauteur et élever cette enfant sans soutien paternel ?

Mais le bonheur anticipé, l’amour, écrasaient allègrement cette peur et je savais déjà ce que je sais encore aujourd’hui : je ferai tout mon possible pour t’offrir la meilleure des vies, la plus agréable que tu puisses imaginer.

Et ce garçon qui m’avait mise enceinte, il n’allait pas pouvoir réaliser ça pour toi, moi seule allait en être capable.

Il n’était pas mature et notre histoire était vouée à l’échec. Le laisser partir a été facile pour moi mais je comprends que tu puisses trouver cela triste et injuste.

Je voulais et je veux toujours une vie normale pour toi : une maison avec 2 parents, dans un bon quartier avec de bonnes écoles. Une maison pleine de bonheur, d’amour et de rires.

Et je pense que je ne me suis quand même pas trop mal débrouillée, je t’ai donné tout ça, sauf un homme que tu pouvais appeler papa.

Et tu sembles être d’accord avec ça, la plupart du temps.

Tu m’appelles “mapa”, ta “maman-papa”

J’ai fait ce que j’ai pu pour t’apprendre comment être une demoiselle bien dans ses baskets, endossant la double responsabilité du père et de la mère.

Tu as eu la chance d’avoir la présence de mon propre père pour te montrer comment un homme est censé te traiter.

Je t’ai appris à te tenir droite et à te battre pour tes idées, tu n’as peur de rien sauf peut-être des araignées (et oui, tout est de ma faute mais vraiment, quelles affreuses bestioles).

Cela n’empêche que nous faisons de notre mieux pour dépasser nos peurs.

Quand tu étais petite, j’ai adoré jouer au catch avec toi, t’acheter des camions pour construire de faux chantiers et puis le soir, te raconter des histoires de princesses.

Même si ça a été compliqué à planifier, j’ai participé à tous tes événements scolaires et je t’ai emmenée à toutes tes activités parascolaires.

J’ai été et serai toujours là pour chaque genou écorché et chaque crise de colère.

Tu es belle, juste comme tu es

Je sais que tu penses souvent le contraire et que d’autres appuient là où ça fait mal. Tu doutes de toi-même et tu te trouves sans cesse de nouveaux défauts.

Tu as l’impression d’être obligée de respecter des standards, de devoir suivre des normes pour être aimée.

Cela ne changera pas, même quand tu seras une adulte accomplie ! Tu continueras à te comparer aux autres et tu te trouveras inférieure à bien des égards. Tu seras ta pire critique, ton propre bourreau.

Et pourtant, tu sais quoi ? Nous sommes toutes et tous uniques.

Nous venons dans toutes les formes et tailles différentes. Certaines personnes sont grandes, d’autres sont petites ; certaines filles sont rondes, certaines filles sont maigres.

Nous avons des cheveux différents, une peau différente, des yeux différents… la liste est longue.

Il sera facile de voir la beauté chez les autres mais beaucoup plus difficile à la voir en toi-même.

Mais crois-moi, tu es belle et parfaite, juste comme ça, au naturel.

Et même si je comprends tes difficultés à l’accepter ou le croire, mon cœur se brise chaque fois que tu penses que tu ne l’es pas.

Tu as le droit d’être ce que tu désires et ne laisse personne te dire le contraire

Je te trouve intelligente, courageuse, débrouillarde. Tu peux tenir tête aux mecs, tu as du caractère mais tu restes délicate.

Sache aussi que je suis vraiment épatée par tous tes talents : tu peux faire tellement de choses qui me sont impossibles.

En bref, tu es une bien meilleure version de moi ma Coccinelle ; tu es spéciale et unique et je ne te veux pas autrement.

Concernant les études, bien sûr elles sont importantes mais avant tout, je veux que tu apprennes pour toi-même. Je veux que tu fasses quelque chose que tu aimes et qui te feras plaisir.

Mon propre bonheur se trouve là, pas dans ce que moi j’aimerais que tu fasses.

Je t’interdis de choisir un travail que tu n’aimeras pas, sous quelque pression que ce soit (comme celle de te dire que gagner beaucoup d’argent fera ton bonheur).

Ne te contente que du meilleur pour toi et toi seule. Cela ne me dérangera pas que tu sois serveuse ou avocate, tant que tu es heureuse.

Je respecterai aussi tous tes choix amoureux, que tu préfères vivre en couple ou rester célibataire.

Sache que j’aimerai ceux qui te rendront heureuse (tant qu’ils te traiteront bien sinon gare à leurs fesses !)

Vis ta vie amoureuse comme tu le souhaites. Ne te marie pas si c’est ce que tu désires, n’aie pas d’enfants.

Sois qui tu veux être. Je ne te mettrai jamais la pression pour être ou faire quelque chose de différent. Avance avec ton cœur, suis tes rêves.

Tant que je serai en vie, ma maison restera ta maison. Peu importe où tu iras et les choix que tu feras, tu pourras toujours revenir.

J’espère que tu ne commettras pas les mêmes erreurs que moi

Ton propre chemin, tes propres erreurs. Et crois-moi, tu en feras un paquet. Certaines seront plus grosses que d’autres mais ne t’inquiète pas, c’est normal. Je continue aussi à en faire !

Si tu ne faisais jamais d’erreurs, cela voudrait dire que tu ne prends jamais aucun risque ou ne saisis aucune opportunité qui se présenteraient à toi.

Ne vis pas comme ça.

J’espère que tu te lanceras, que tu tenteras le coup, que tu prendras des risques car sans ça, tu ne sauras jamais ce qui aurait pu arriver.

Va et mets le feu au monde. Si cela ne fonctionne pas, éteins les flammes et recommence. Apprends de tes erreurs et continue d’apprendre des autres qui suivront.

Sache que tu ne pourras jamais plaire à tout le monde.

Ce n’est pas possible et cela n’a de toute façon aucun intérêt.

Compte sur tes ami(e)s, sur les gens qui te soutiennent et soutiendront.

Tu auras tout au long de la vie, tes propres pom-pom girls qui se tiendront à tes côtés et t’encourageront.

Tu auras des amis qui t’accompagneront même quand penseront que tu avais tort : ceux-là, garde-les précieusement, ils deviendront tes meilleurs amis.

Mais oui, tu rencontreras également des gens qui ne t’aimeront pas ou qui ne te comprendront tout simplement pas.

Et c’est ok aussi, ne te rends pas malade avec ça, d’accord ?

Quand tu auras le cœur brisé

Je serai là.

Que ce soit par une autre personne ou par quelque chose qui se passera, ou ne se passera pas.

Je sais que tu seras blessée. Plus d’une fois.

Lorsque cela se produira, je te suggèrerai de prendre ton temps, de prendre soin de toi et de te “réparer”.

Cela ressemblera à la fin du monde et comme si rien n’allait plus jamais être pareil mais ça passera. Je te le promets.

Cela ne signifie pas que cela cessera complètement de faire mal ou que tu oublieras… Mais cela deviendra plus facile et tu seras à nouveau heureuse par la suite.

Je te demande aussi de prendre soin du cœur des autres, dans la mesure du possible.

Tous les jours, j’improvise

Personne ne sait vraiment comment être parent. Tous les guides du monde ne suffiront pas.

En attendant, je fais tout ce que je peux pour être la meilleure personne et la meilleure maman que je puisse être mais je continue de bousiller des trucs parfois.

Juste au moment où je pensais que je savais enfin ce que je faisais, la vie me lance autre chose. Tout ce que je peux faire, c’est d’essayer de résoudre un problème à la fois.

Je te donne des conseils en fonction de ce que je sais et de ce que j’ai vécu car incroyable ma chérie, ta maman a été jeune auparavant aussi ! Alors je te comprends, plus que tu ne le penses.

J’avais peur, je n’étais pas en sécurité, je ne savais pas qui j’allais être. Du coup, j’espère que tu sais que tu peux toujours me parler de tout.

Je t’écouterai toujours, sans juger et j’essaierai vraiment de dire et de faire les bonnes choses. Tout comme maintenant.

Mais, chaque jour, j’apprends et j’espère que tu pardonneras toutes mes futures erreurs. Nulle n’est parfaite, pas même ta super maman !

Sache que je ne changerais mon choix pour rien au monde

Parce que toutes les routes m’ont amenée à t’avoir. Je sais que je n’ai pas eu la chance de prendre la route la plus simple mais je sais aussi que je suis la personne la plus chanceuse du monde.

Être ta maman est la meilleure chose que j’ai jamais faite et tu es une bénédiction.

Quel honneur vraiment, que celui d’être ta mère. De toutes les femmes sur terre, tu m’as choisie moi, pour être ta maman. Cette prise de conscience m’a apportée tellement de gratitude et de joie.

Tu m’as donnée un titre et une responsabilité que je chéris plus que tout au monde.

Cela ne me dérange pas d’échouer dans cette vie, tant que cela ne te concerne pas, tant que je sais que j’ai réussi à être une bonne mère.

Tu m’as donnée une force que je ne savais pas avoir en moi. Je me bats pour toi depuis le moment où j’ai appris ton existence.

Je savais qu’à partir de ce moment, le but de ma vie serait de t’aimer et de te protéger sans crainte.

Tu es pour moi un rappel constant de toujours rester fidèle à soi-même et à ses valeurs.

Je promets de continuer à t’aimer inconditionnellement

Pour toujours. Je promets de t’accepter pleinement pour qui tu es et seras, pas pour qui je pense que tu devrais être.

Je promets de soutenir tes efforts, d’encourager tes intérêts et de nourrir tes passions. Mes bras te seront ouverts lorsque tu réussiras et lorsque tu échoueras.

Je m’efforcerai de toujours te protéger de la douleur mais quand elle sera inévitable, je serai là pour la soulager. Je te guiderai lorsque tu auras perdu ton chemin.

Je serai une source de lumière lorsque ton monde te paraîtra totalement obscur.

J’apprendrai de toi et avec toi et je mettrai toujours tes besoins au-dessus des miens.

Si à un moment donné, nous ne sommes pas toujours d’accord l’une avec l’autre, mes intentions seront toujours d’agir dans ton meilleur intérêt.

L’amour d’une mère est altruiste et éternel, tu sais.

Ma Coccinelle, tu es une source de lumière et de joie pour tous ceux qui te connaissent depuis le jour de ta naissance.

Mais rien de surprenant à ça car je vois comment tu aimes les autres et comment les autres t’aiment en retour.

Je ne peux pas m’empêcher de rayonner de fierté.

Peu importe où ton voyage te mènera, je serai toujours avec toi dans ton cœur et tu seras toujours dans le mien.

Après tout, tu es la seule personne à avoir jamais entendu mon cœur battre à deux endroits différents : de l’intérieur… et de l’extérieur.

Quand tout va trop vite... Même si je garde l'espoir que tu me reviendras
← Previous
10 Raisons qui la poussent à croire qu'elle n'est pas destinée à être aimée
Next →
Comments are closed.