Please assign a menu to the primary menu location under menu

FamilleParentalité

Je suis de celles qui communiquent avec leur maman tous les jours

En grandissant, nos parents nous parlent de la façon dont un jour, quand nous serons en âge d’aller à l’université, nous finirons par les oublier. Que nous allons continuer à grandir sous leur toit, créer d’innombrables souvenirs mais que bien trop tôt pour eux, nous quitterons le nid et commencerons les nouveaux chapitres de notre propre vie. J’ai eu quelques appréhensions sur comment j’allais me comporter une fois à l’université, même si je ne voulais pas croire en ce discours et aussi parce que j’aimais à penser que j’avais toujours eu une relation assez étroite avec ma mère. Se pourrait-il donc que mes parents se trompent ? Mais ensuite, je suis entrée à l’université et j’ai vite eu la réponse : oui, ils s’étaient trompés.
Rien, pas même l’école ne pourrait me tenir éloignée de ma mère.

“Hé maman ! Devine ce qui vient de se passer ?”

Alors oui, je suis cette nana, cette nana que vous voyez marcher dans les couloirs de l’université, avec le téléphone collé à l’oreille, toujours en train de babiller. Si vous vous approchez, vous m’entendrez peut-être dire : “Hé maman ! Devine ce qui vient de se passer ?” ou peut-être serai-je sur le point de raccrocher avec un “Je t’aime maman, on se reparle ce soir.
Certains disent que je gâche ma vie d’étudiante en étant constamment en contact avec ma mère et que ça ne me rend pas spécialement plus cool d’être capable de tout lui raconter.

Des gens m’ont par exemple dit que j’étais à une période de la vie où je suis censée m’éloigner de ma famille, afin de découvrir qui je suis vraiment en tant que personne, sans être parasitée par leur présence et leur opinion. J’ai aussi entendu dire : “Pourquoi tout raconter à ta mère alors que ta seule chance de pouvoir être libre est maintenant ?
Ils ne comprennent pas que je lui envoie des messages tous les jours, que je ne puisse pas dormir paisiblement si je ne l’ai pas entendue me souhaiter bonne nuit.
Beaucoup au final pensent que d’être toujours aussi proche de sa mère à mon âge est une mauvaise chose, comme si ça allait m’empêcher d’évoluer ou de me construire comme adulte de demain. Comme si cette proximité était une nuisance et cachait quelque chose.

Ma maman, c’est tout simplement ma meilleure amie.

Laissez-moi vous dire pourquoi je suis si proche de ma maman. Ma maman, c’est tout simplement ma meilleure amie absolue de tous les temps pour toujours ! Du coup, vu que je la considère comme étant ma meilleure amie, je veux qu’elle soit presque sur le même pied d’égalité que mes autres amis, qui savent tout de ma vie aussi. Je dis presque parce que bon, il y a quand même quelques détails que je ne partagerai pas avec elle car ils sont tout à fait insignifiants. Par exemple, je ne lui parlerai pas de ce que j’ai pu manger à la cantine (mais c’est toi maman la meilleure en cuisine, ne crains rien) mais tout le reste, tout ce qui m’arrive ou pourrait m’arriver sur le campus, je veux qu’elle le sache.

Soyons clairs, je ne me sens pas le moins du monde obligée de lui raconter ma vie et je ne me sens pas non plus dépendante d’avoir besoin de lui parler pour me sentir bien et avancer dans la vie. C’est juste que puisqu’elle est ma meilleure amie, pourquoi ne lui dirais-je pas tout ? Je sais qu’elle ne me jugera jamais si je fais une erreur et je sais que si je réussis quelque chose, elle me félicitera et en sera fière.

Une maman, c’est quelqu’un qui vous écoutera sans rien attendre en retour.

Je n’ai jamais eu à m’inquiéter ou à penser qu’elle parle mal de moi dans mon dos, d’avoir l’angoisse qu’elle m’abandonne ou qu’elle me prête moins attention. Je sais qu’elle a à cœur de m’offrir le meilleur qui soit et qu’elle ne me fera jamais de mal intentionnellement. Il n’y a rien de toxique entre nous, beaucoup de respect et un amour inconditionnel qui me donnent des ailes. C’est peut-être cliché mais elle est toujours là pour moi, c’est ma plus grande fan et je ne veux pas avoir à regretter quoi que ce soit quand viendra l’heure pour elle de rejoindre les cieux.

Cette pensée, je crois que peu de personnes de mon âge l’ont mais même avec toute la meilleure volonté du monde, ma mère ne deviendra pas immortelle et c’est pourquoi il est important pour moi de l’inclure au maximum dans ma vie et c’est aussi pour ça que je veux continuer à m’intéresser à la sienne, au travers de petites questions banales telles que de savoir ce qu’elle a préparé à manger, si papa va bien, quel est le dernier film qu’elle a regardé et si il ne fait pas trop chaud en ce moment.
Pensez-y, une maman, c’est quelqu’un qui vous écoutera sans rien attendre en retour, vous félicitera pour le moindre petit succès ; c’est quelqu’un d’expérimenté qui vous donnera probablement de bien meilleurs conseils que n’importe qui d’autre.

Pour rien au monde je ne l’abandonnerai.

Alors oui, d’accord, j’ai compris que ça vous dérangeait que je parle à ma mère tous les jours mais je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. Pourquoi devrais-je prendre mes distances avec quelqu’un de si spécial ?  Elle m’a encouragée à être une meilleure personne et elle a veillé sur moi dans les moments difficiles alors pour rien au monde je ne l’abandonnerai et je sais qu’elle fera pareil de son côté, sans même y penser.