Vie de couple

L’infidélité : ce n’est pas si simple que ça !

J’ai bien peur que parmi tous ceux qui me lisent, beaucoup aient déjà été trompés. Vous savez, tout comme moi à quel point c’est douloureux. C’est comme un million de lames que l’on enfoncerait dans votre cœur en même temps.

On pourrait croire que ce sont les hommes qui sont majoritairement infidèles. Pourtant, ce n’est pas tout à fait vrai. En effet, les femmes le sont tout autant que leurs homologues masculins. Mais peut-être pas de la même manière, ni pour les mêmes raisons. À voir, ça pourrait être le sujet d’un autre article !

Quoi qu’il en soit, nous sommes tous concernés par l’infidélité.

L’infidélité, c’est du sérieux

Face à un tel sujet, difficile de dédramatiser. L’infidélité est vécue comme une trahison de la pire espèce.

Et à juste titre puisque c’est tout l’équilibre du couple qui est remis en question. Aussi, pour celle ou celui qui est trompé, c’est son estime de soi qui en prend un coup. Parce qu’on ne peut pas s’empêcher de se demander si l’on y est pour quelque chose.

Bien-sûr, l’infidélité est l’entière responsabilité de celui qui a décidé de franchir les limites. C’est son choix. Pour autant, dans certains cas, ce n’est pas aussi simple. Il ne faut pas juger trop hâtivement. Certains couples ont vécu l’enfer et chacun dispose de ses propres mécanismes de survie.

J’ai par exemple eu le cas d’un couple ayant perdu un enfant. Monsieur s’étant complètement renfermé après le décès, sa femme en est arrivée à le tromper. Elle a embrassé un autre homme. Après des mois et des mois de thérapie et de reconstruction, ils ont malgré tout réussi à surmonter cette épreuve.

Bref, je voulais vous donner cet exemple, simplement pour vous montrer que dans la vie rien n’est jamais tout noir ou tout blanc.

Peut-on pardonner l’infidélité ?

C’est un fait : nombreux sont celles et ceux qui font le choix de pardonner ou en tous cas, de rester. Certainement parce que l’amour prend le dessus. Et aussi pour des douzaines d’autres raisons qui sont propres à chaque couple.

On peut rester par habitude. Par peur de se retrouver seul. Parce qu’on a soi-même déjà été infidèle et que l’on comprend l’autre. Etc.

Que l’on attrape notre partenaire la main dans le sac ou qu’il choisisse délibérément de confesser son erreur, ce sont souvent les mêmes excuses qui reviennent. Il a toujours une explication. Il arrive toujours à se justifier, d’une manière ou d’une autre.

Il dit que ça n’arrivera plus. Que c’était une terrible erreur et qu’il ne la répétera jamais. Mais peut-on vraiment y croire ? 

Parce que tromper son partenaire, c’est choisir de briser sa confiance et de ne peut-être jamais plus la retrouver. Quelque chose se casse à tout jamais, qu’on le veuille ou non. Alors, les excuses ne veulent plus dire grand-chose. Le mal est fait.

Peu importe aussi les promesses. Quand on trompe, on promet que l’on a compris son erreur et que l’on fera tout ce qu’il faut pour regagner la confiance de l’être aimé. Mais si l’on aime vraiment quelqu’un, peut-on en venir à le tromper ? L’infidélité n’est-elle pas justement la preuve d’une absence ou d’un manque d’amour ? 

Ça serait trop facile si c’était le cas. L’histoire et ma propre expérience m’ont prouvé que l’on pouvait tromper quelqu’un, tout en l’aimant.

Attention, je ne cautionne pas du tout l’infidélité. Je dis simplement que dans un couple, il faut savoir se montrer compréhensif. Il faut garder l’esprit ouvert. Après, libre à chacun d’agir comme il le veut et comme il le peut face à une situation de ce type.

L’infidélité : une maladie chronique ?

Vous avez très certainement déjà entendu le dicton que voici : “infidèle un jour, infidèle toujours”. Est-il véridique ? Je ne peux pas vous répondre avec certitude, mais je crois bien que quelqu’un qui a trompé une fois recommencera.

Le rapport de quelqu’un à l’infidélité en dit long sur sa personnalité. Sur sa vision du couple et de l’amour. Sur les valeurs qui sont les siennes et sur sa manière de voir la vie. Un homme qui prend un baiser à la légère sera rarement un homme de confiance, c’est certain.

Mais dans ce cas, comme en amour en général, il est risqué de vouloir faire des généralisations. Ainsi, je suis certaines qu’il existe des gens qui ont dérapé une fois et ne recommenceront jamais. Ils ont fait une erreur et après tout l’erreur est humaine.

Une question de circonstances ?

Se pose ensuite la question de ce que l’on considère comme une infidélité : un baiser, un message échangé, un rapport sexuel ? Là aussi, je crois que ça dépend de chacun. Pour certains, le simple fait d’échanger des messages avec un autre est de la tromperie. D’autres en revanche pardonneront facilement l’infidélité, si tant est qu’elle se résume à un “simple” baiser.

Pour ma part, je ne porte pas le même regard sur l’infidélité d’un homme marié depuis 20 ans et père de 3 enfants que sur celle d’un jeune homme en couple depuis 6 mois. Le mariage est très certainement un des plus grands défis que l’homme ait à relever. De fait, il est possible de perdre pied…

Mais quand on est en couple depuis 6 mois, que tout est beau et rose, une infidélité n’augure rien de bon. S’il y a bien un moment où l’on doit être fidèle, tout naturellement et sans avoir besoin de se forcer, c’est en début de relation !

Attention, je n’en dédouane pas pour autant l’homme marié. Je dis que sa relation de couple doit certainement être bien plus compliquée et parfois plus lourde à porter que celle d’un jeune homme venant tout juste de rencontrer sa compagne. Être en couple ce n’est clairement pas toujours facile.

Parfois, l’amour ou la vie prennent le dessus

Mais il est des couples qui peuvent survivre à tout, même à ça. Je n’en doute pas et j’en connais moi-même. On dit souvent que quand il y a eu infidélité, quelque chose est cassé à tout jamais. Et c’est peut-être vrai, mais certaines personnes parviennent malgré tout à se reconstruire par la suite.

Là aussi, quand on a des enfants, une maison et 3 chiens, on réfléchit peut-être davantage à la possibilité de pardonner que quand on sort tout juste du lycée et que l’on n’a aucune attache.

Face à une infidélité, il faut être compréhensif et tolérant. Mais il ne faut pas non plus être aveugle et stupide. Alors, attention aux excuses bidons.

Les hommes qui ont eu un moment de faiblesse. Les femmes qui avaient besoin de se rassurer sur leur pouvoir de séduction. Les hommes dont la vie sexuelle est au point mort, etc. Toutes ces excuses sont valables, bien-sûr. Mais suffisent-elle à justifier que l’on brise le cœur de celui ou de celle qui partage notre vie ?

Ce n’est pas à moi de répondre à cette question, mais j’invite tous ceux qui auraient été infidèles ou songeraient à l’être à se la poser sérieusement. Parce que même si le pardon existe, il procède souvent d’un chemin extrêmement long et semé d’embuches.

Certains couples mettent plusieurs années à s’en remettre, malgré les efforts et l’envie de se reconstruire.

La liaison : là, c’est trop !

Nous n’avons parlé ici que de l’infidélité brève. Un baiser volé, un moment d’intimité après une soirée trop arrosée, une conversation qui va un peu trop loin, etc.

Mais il y a aussi les liaisons. Ces histoires secrètes qui durent et se répètent. Pour celles-là, il n’est nul pardon possible. Enfin, selon moi en tous cas. Parce qu’il s’agit à mes yeux de quelque chose qui est tout à fait différent.

On parle là de dissimulation, de mensonges, voire de double-vie. Et pour moi, c’est impardonnable. Inexcusable.

Si mon compagnon me faisait une telle chose, il pourrait me dire adieu de suite. Qu’il ne rêve pas, je ne lui poserais pas d’ultimatum. Il a joué et il a perdu. Qu’il aille se consoler auprès de sa maitresse. Je suis compréhensive mais il y a des limites tout de même !

Je ne vais pas perdre mon temps et mon énergie pour un homme de ce genre, c’est certain. Je ne voudrais ni excuses, ni explications. Juste qu’il débarrasse le plancher et sorte de ma vie pour de bon ! Je ne crierais pas et je ne lui rappellerais pas toutes les choses que j’ai faites pour lui.

Je n lui hurlerais pas dessus et je ne jetterais pas non plus ses affaires par la fenêtre. Je ne brûlerais pas ses vêtements et je ne lancerais pas une campagne de vengeance sur les réseaux sociaux.

Non, je ne lui ferais même pas ce cadeau.

Moralité : l’important, c’est de penser d’abord à soi

Parce que mesdames, voilà ce qu’il faut surtout que vous gardiez à l’esprit si jamais vous devez un jour faire face à l’infidélité de votre compagnon : c’est lui qui finira par s’en mordre les doigts. Croyez-moi, sans vous, il sera malheureux et il ne pourra s’en prendre qu’à lui. Il sera seul avec sa culpabilité et ses regrets.

Pas de seconde chance. Pas de pardon. Pas de retour en arrière possible.

OU… L’oublie, le pardon et la reconstruction. Vous l’aurez compris, c’est possible. En effet, vous êtes libre de vos choix et vous pouvez tout à fait décider de travailler avec votre conjoint et de reconstruire ce qui a été brisé.

Le plus important, c’est que vous fassiez ce que vous avez envie de faire. Que vous ne preniez aucune décision forcée. Que vous pensiez à vous avant tout et à ce qui vous rend heureuse. Ce qui est certain, c’est que vous méritez le meilleur.