Skip to Content

La peur du bonheur : tu es heureuse, pourquoi doutes-tu donc de toi ?

La peur du bonheur : tu es heureuse, pourquoi doutes-tu donc de toi ?

S’il te plaît, arrête de tout remettre en question. Tu mérites ce bonheur et personne ne peut te dire le contraire !

Tu es heureuse ! Vraiment, sincèrement heureuse ! Après tant de temps passé à patauger dans ta misère émotionnelle, tu as enfin repris le dessus.

Enfin, tu as réussi à créer la stabilité que tu espérais tant. Après un passage douloureux et compliqué, tu te sens épanouie.

En effet, tu as finalement obtenu tout ce que tu voulais de la vie. Pourtant, tu ne peux pas t’empêcher de douter.

Pour une raison inconnue, tu ne peux pas arrêter de penser que tu ne mérites pas ce bonheur.

Une petite voix dans ta tête continue de te rabaisser et de te prédire un avenir morose et triste.

“Ce nouveau boulot ? Cette nouvelle maison ? Cette nouvelle vie que tu as construit ? Ne t’y habitue pas ! Très vite, tout cela va virer au cauchemar !”

Pourquoi ? Pourquoi te maltraites-tu de la sorte ? Qu’est-ce qui te pousse à tout remettre en question alors que tu sembles tout avoir pour toi ?

La peur du bonheur est une anxiété bien réelle.

Contrairement à ce que les gens pourraient te dire, la peur du bonheur est une peur qui existe vraiment.

La peur du bonheur affecte surtout les personnes qui ont toujours été exubérantes. Du moins, jusqu’au moment où un brusque changement survient.

Dans ta vie, tout se passe bien. Tu es heureuse, tu as un bon boulot et tes relations amoureuses, amicales et familiales semblent stables.

Et, tu penses que toutes ces choses que tu as réussies à obtenir ou construire seront toujours là pour toi.

Puis, soudainement, tu découvres le revers de la médaille. Tout s’effondre autour de toi. Tout disparaît…

Ce que tu pensais être comme quelque chose de stable et sûr s’est évanoui dans la nature, sans préavis et sans signe avant-coureur.

La peur du bonheur touche particulièrement les perfectionnistes, les accros au travail et les personnes qui ont subi des abus sur le long terme.

Quel que soit le cas et quelles que soient les raisons qui donnent naissance à cette peur, cette personne se demande :

“Est-ce que je mérite d’être heureuse ? Est-ce que ce que j’ai va bientôt disparaître ? Quelqu’un va-t-il me voler mon bonheur ?”

Cette peur du bonheur est liée à la notion du mérite. Bref, psychologiquement parlant, tu doutes de ta valeur.

Le monde est une place où l’injustice et l’inégalité sont reines. Donc, dès que tu perçois ton bout de bonheur, tu penses que tu ne le mérites pas.

D’ailleurs, tu crois même que les circonstances dans lesquelles tu es arrivée vers ce bonheur sont suspicieuses.

Ainsi, dès que tu tombes dans un schéma de routine où tu as un système de soutien fort et stable, tu commences à douter.

Comment se caractérise la peur du bonheur ?

La peur du bonheur est appelée la chérophobie. Elle se caractérise principalement par la crainte de la joie et de la gaieté. Donc, par extension, du bonheur.

Les personnes qui en souffrent pensent que tout bonheur a un prix. Bref, que tout se paye dans la vie.

Ainsi, dès qu’elles sont heureuses, elles commencent déjà à penser aux conséquences de ce bonheur.

Quel malheur va se produire ? Quel effet négatif ce bonheur va-t-il engendrer ?

Bien évidemment, comme je l’ai dit plus haut, la peur du bonheur est liée à un traumatisme.

En effet, cette phobie provient d’une honte ou d’une humiliation liée à un événement de joie.

Ainsi, le bonheur a été bafoué d’une manière suffisamment choquante par quelqu’un pour pousser cette personne à refuser tout type de bonheur.

La chérophobie : comment se comportent les gens qui en souffrent ?

Les chérophobes, c’est-à-dire les gens qui ont peur du bonheur, sont souvent des personnes dépressives, mélancoliques et tristes. 

Avec le temps, elles sont devenues fatalistes et obsédées par la laideur ou la mort. Et, seule une psychothérapie peut aider les chérophobes à se débarrasser de cette peur.

Une mélancolie omniprésente et profonde entoure ce genre de personne. Et, comme tout phobie, un fond dépressif la caractérise.

De plus, toutes ces émotions négatives peuvent réellement menées vers une véritable dépression.

La peur du bonheur peut avoir des conséquences physiques, psychiques et comportementales.

Ainsi, les chérophobes sont souvent tristes et renfermés. Le concept de beauté leur est étranger donc ils se concentrent principalement sur tout ce qui est lié à un certain mal de vivre.

Cette phobie crée des fascinations, voire des obsessions, pour le morbide et le côté sombre et négatif des différentes situations et personnalités qu’ils rencontrent.

D’ailleurs, très souvent la peur du bonheur peut se transformer en misanthropie.

En effet, une personne qui craint le bonheur peut, avec le temps, commencer à détester les êtres humains, de manière générale.

Les symptômes les plus courants liés à la peur du bonheur :

Loin de dire qu’une personne qui souffre de chérophobie est triste tout le temps mais elle évite tout de même toutes les situations qui pourraient lui apporter du bonheur.

Parfois, il peut être facile de confondre cette phobie avec la simple triste ou le début d’une dépression.

Voici donc les principaux symptômes qui décrivent la chérophobie. En prenant connaissance de ces signes révélateurs, tu vas pouvoir agir à temps pour éviter de devenir complètement pessimiste et anxieuses.

1. Dans ta tête, c’est clair : être heureuse signifie que quelque chose de mal va bientôt se produire.

2. Tu ne fais aucun changement positif dans ta vie car tu as bien trop peur des conséquences négatives liées à ce bonheur.

3. Tu es convaincue qu’être heureuse signifie que tu es une mauvaise personne. En effet, pour toi le monde est injuste et seuls les pires individus y gagnent quelque chose.

4. Être heureuse est, pour toi, une véritable perte de temps. Ce sont des efforts vains qui vont de toute façon avoir des conséquences horribles.

5. Tu refuses catégoriquement de participer à des activités rigolotes, sociales, sportives ou culturelles.

6. Tu ressens de l’angoisse lorsque tu es invitée à une soirée, un dîner ou à un événement social.

Est-il possible de soigner la peur du bonheur ?

Comme c’est un trouble mental, la psychothérapie reste la meilleure option. Dans ce genre de traitement, l’objectif est de vaincre sa peur tout en faisant un travail de rétrospective.

De plus, un changement des habitudes est nécessaire. En effet, cette phobie affecte la vision des choses et la qualité de la vie.

Pourtant, tu peux ne pas choisir de suivre un traitement. En effet, tant que la peur du bonheur ne te met pas en danger ou ne porte pas préjudice à ta vie professionnelle, tu peux vivre avec !

Mais, si tu as l’impression de couler un peu plus dans un état dépressif et de perdre le contrôle de ta vie. Voici les 3 solutions qui s’offrent à toi :

1. Regarde tes peurs en face et modifie tes habitudes.

Par exemple, essaye de participer à une soirée ou accepte une invitation à dîner pour bien te rendre compte que rien de négatif ne va se passer simplement parce que tu rigoles ou t’amuses.

2. L’hypnothérapie.

C’est le meilleur moyen de découvrir quel traumatisme est à l’origine de ta chérophobie. Dans un cadre serein et sûr, tu vas pouvoir faire l’analyse de tes expériences négatives et en tirer des leçons importantes.

3. La relaxation.

Quoi qu’il arrive et quel que soit le stade de développement de ta peur du bonheur, tu ne peux pas échapper aux crises de panique.

Donc, pour apprendre à les gérer et à te calmer toute seule, la relaxation est un outil essentiel que tu dois réussir à maîtriser.

Tu mérites d’être heureuse !

La peur du bonheur est une phobie qui peut vite transformer ta vie en véritable cauchemar.

Peu à peu, tu t’éloignes de tes proches et tu t’isoles. Tu refuses de participer à quelque activité que ce soit car tu ne veux pas “risquer” d’être heureuse ?

Est-ce que tu penses vraiment pouvoir vivre comme ça jusqu’à la fin de ta vie ? Non… Ce n’est pas possible.

Tu dois donc te reprendre en mains et trouver le traitement qui te correspond le plus. Si tu penses n’être qu’au premier stade de la chérophobie, tu peux essayer la relaxation.

En revanche, si tu crois que ton mal est bien plus développé que ça, consulte un spécialiste. Ne laisse pas ce trouble diriger ta vie.

Ne te laisse pas bouffer par tes traumatismes passés. Ils ont déjà volé une partie de ta vie donc il est temps d’arrêter les dommages.

Le bonheur est à portée de main.

Il y a bien une chose que tu dois comprendre : tu mérites d’être heureuse ! Un point c’est tout.

Oui, le monde est un lieu injuste. Bien évidemment, les choses changent et tu ne seras pas toujours aussi heureuse que tu l’aies maintenant.

Mais, vivre avec la peur du bonheur et penser que tu ne mérites pas d’être heureuse est finalement une prophétie qui s’accomplit d’elle-même.

Tu as assez souffert au cours de ta vie. Tu as vécu des moments douloureux et traversé des situations très difficiles.

D’ailleurs, tu ne méritais pas toute cette tristesse. Et, le bonheur que tu vis aujourd’hui ne peut même pas se comparer à cette tristesse.

En effet, ton cœur a été brisé tellement de fois que tu mérites bien plus que ce bonheur que tu vis en ce moment.

Voilà pourquoi tu mérites d’être heureuse.

Donc, j’espère sincèrement que cet instant n’est que le début de ton ascension vers un bonheur à l’état pur.

Je te souhaite de trouver de la joie et de la sérénité à tel point que tu ne saurais même plus quoi en faire.

À lire aussi : Philophobie : Identifier et combattre sa peur d’être amoureux/se

Se battre pour une relation toxique ? NON ! Voici pourquoi il vaut mieux être célibataire !
← Previous
Tu aurais dû l'aimer pendant qu'elle t'offrait encore une chance !
Next →
Comments are closed.